Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 05:00

La-tele-ce-mal-qui-nous-fait-du-bien---enfant----copie-1.pngJe n'ai jamais été une accro du petit écran. Certes j'ai eu moi aussi mes périodes de séries américaines. De télé-réalitié. D'émissions à deux balles. Mais je n'ai jamais été une fondue. Et Zam non plus. Alors il nous était très naturel de penser que l'écran n'aurait pas raison de nos enfants, que non ils ne regarderaient pas la télé sans bouger, bouche ouverte, l'air béat... Dans notre société où chacun de nos gestes de parents est analysé, comparé, jugé, observé à la loupe, la télévision chez les enfants est souvent considérée comme le MAL. Mais comme tout, je crois au juste milieu des choses.

 

Au début on s'est tenu. Vous allez me dire avec un nouveau né ou un bébé de 1 an c'est facile. Puis un jour, finalement, faible que nous sommes, nous avons craqué. Le jour où chez des amis, Zoulette s'est posté devant la télé avec les autres enfants et n'a pas bougé. 1, 2, 5, 10 minutes... Jamais je n'avais vu mon fils s'arrêter en mouvement dans la journée. Jamais je ne l'avais vu capable de se poser. Silencieux. Sans nous réclamer pour jouer. Alors là j'ai imaginé toutes ces choses que je pourrais faire dans le calme. Et la télé oui nous a sauvé !

 

Aujourd'hui, nous essayons toujours de limiter son utilisation, et de privilégier les activités à l'éxtèrieure, en famille, les arts plastiques, la cuisine, les livres... Mais bien que nous adorons Zam et moi passer du temps avec notre fils, on ne se cache pas que parfois, sur une journée de 12 heures, il nous est difficile de jouer à 4 pattes tout au long de la journée. Zoulette joue parfois tout seul quelques minutes, jusqu'à 20 minutes, mais c'est encore épisodique. il est très demandeur. Veut jouer avec nous. La télé devient alors le compagnon-nounou que nous avions toujours critiqué.

 

Nos règles face à l'écran :

- Zoulette n'a pas le droit d'allumer seul la télé, il doit demander, ou attendre que nous lui proposons (souvent comme dernier recours)

- Pas de télé les Lundi, Mardi, Jeudi qui sont des jours de oulot-bcrèche, personne n'a le temps de s'ennuyer le matin avant de partir bosser, ou le soir en rentrant à la maison.

- Télé qui me sauve et qui rend trop heureux Zoulette : le mercredi matin, au départ de papa au boulot jusqu'à ce que tout soit prêt pour notre départ à tous les deux à notre hebdomadaire parc-piscine-pique nique avec les copains. Soit environ 60-90 min de télé pour que je puisse dans le calme me préparer, préparer nos affaires, lancer des lessives, ranger la maison...

- Il en est de même pour le vendredi matin, mon 2ème jour off avec zoulette. J'essaie au mieux de nous organiser plein d'activités dès le matin. S'il ne veut pas jouer seul, ou s'occuper tranquillement même dans mes pattes, la télé l'occupe (car c'est le cas n'est ce pas?) pendant ce temps là. 

- Terminés les pleurs, les gérémiades, l'agacement pendant que je me prépare. Ces matinées se passent dans le calme, et la bonne humeur. Je le préviens toujours à l'avance du moment où il devra lui même éteindre la télé pour que nous partions ou passons à une autre activité. 9/10 tout se passe très bien. 

- Zoulette est un bon dormeur, mais un couche tôt. Donc un lève tôt. Nous commencions vraiment à en avoir marre de commencer nos samedi et dimanche à 6 heures du matin. Nous avions envie de flâner au lit. De dormir plus longtemps. Mais Zoulette ne s'est JAMAIS rendormi à nos côtés. A peine levé qu'il veut jouer, aller dehors, manger, bouger, sauter... Notre solution a été progressivement de le responsabiliser. Aujourd'hui, un matin sur deux pendant le week-end, il fait sa vie tout seul au levé : prend son biberon dans le frigo, trouve la boite de céréales, un bol, une cuillère sur la table basse, allume la télé par lui même (chaine programmée, surveillée, la veille par nous) et SURTOUT ne doit pas venir réveiller papa et maman. Notre 6ème sens de parents fait que chaque fois nous l'entendons se lever et s'installer. Nous savons qu'il est là. L'heure est raisonnable (il ne se lève pas à 4 heures non plus pour comencer la journée) et nous pouvons nous rassoupir sur une oreille en toute tranquilité. Nous lui faisons confiance. Quel bonheur dimanche dernier de se réveiller en amoureux et de sortir de la chambre à 8.30.

- Zoulette est content de nous retrouver et de se mettre à table avec nous pour le petit-déj familial. A part quelques négociations parfois il n'a pas de mal à éteindre la télé et venir nous rejoindre.

 

La télévision est la seule activité qui peut le captiver plus de 15 minutes. Encore utilisée avec parcimonie, elle reste une activité plaisir. Il est toujours aux anges quand on lui propose d'aillumer la télévision. Et nous répète plusieurs fois "Merci Maman" "Merci Papa". 

 

Je me déculpabilise de ne pas être 12 heures par jour avec lui à lui proposer 15000 activités. Je ne peux pas, je ne veux plus, je ne sais pas faire. J'apprécie aussi le calme à la maison. Parfois je viens m'asseoir à ses côtés pour partager ce moment avec lui. Il aime venir se blottir contre moi pour un câlin. Et on commente ce qu'on voit. Il pose un tas de questions. Je lui réponds. J'aime aussi ces moments tendres. 

Notre fils a 2 ans et demi et il est une vraie pile éléctrique. Je pense sincèrement qu'il tient son hyper-activité de nous, nous sommes les premiers à ne pas savoir tenir en place. Mais du haut de ses 31 mois, il se fatigue moins vite que nous. Aujourd'hui avec la grossesse, j'apprécie tous les moments de calme avec lui. Depuis que nous avons passé le cap de ce principe qui nous tenait à coeur, depuis que nous avons accepté que la télévision soit allumée à la maison, (cela fait seulement quelques semaines), la maison nous semble plus sereine. Nous pouvons vaquer à nos occupations chacun tranquillement, et lorsque nous sommes prêts à jouer tous ensemble, tout le monde est content. 

Je suis aujourd'hui persuadée que l'utilisation de la télévision ne fait pas de nous de mauvais parents. Nous l'assumons complètement. Nous maitrisons encore son utilisation et n'avons pas l'intention d'en lacher plus pour le moment.

 

La télévision, ce mal qui nous fait du bien...

Et chez toi ça se passe comment?

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 04:00

Des pères grimpent en haut des grues pour faire valoir leurs droits. Ces hommes qui demandent l'aide de la justice pour exister en tant que papa ! Pour faire appliquer des droits qui leur sont chères. Afin de profiter pleinement de leur rôle de père et que leur enfant puisse vivre à leurs côtés après séparation avec la maman. J'allume les infos et je vois ces pères désespérés, prêts à tout pour exister. Cette folie de devoir passer par la justice pour régler des soucis personnels : ils s'aiment puis se déchirent, c'est triste!  (Bref, là est un autre sujet). Le paradoxe me saute alors aux yeux, quand blogueuse que je suis, je passe mon temps à lire des articles de mères desespérées, divorcées qui se battent pour que leur ex-époux s'occupent de leur progéniture. D'un côté ces femmes assurant seules le rôle de parents et de l'autre ces pères qui font tout pour survivre. N'y-a-t-il pas un problème quelquepart? Les sujets de société ne commencent-ils pas légèrement à se confondre?

 

Je m'explique - je médite depuis longtemps déjà sur les valeurs de notre société. Des valeurs aussi vieilles que sa création. Des valeurs mises en place par des générations obsolètes. Voilà comment on en arrive à des débats houleux sur des questions de moeurs. Il s'agit avant tout d'habitudes bien encrées, mais ouvrons notre esprit et avancons! Nous vivons dans une société qui associe la maternité à, comme son nom l'indique, la mère ! Certes les femmes portent les enfants, ainsi la nature est faite et il sera difficile de revenir dessus. Mais ensuite la société offre des droits et des devoirs uniques à la mère plutôt qu'au père. Ainsi qu'une image préconçue! Aujourd'hui nous vivons dans une société où il est convenu que la mère prenne son congés maternité. Qu'elle mette de côté sa vie professionnelle afin de subvenir aux besoins (non financiers) de ses chers-et-tendres enfants. On parle plus souvent de la crise de la quarantaine de ces femmes qui réalisent qu'elles ont mis de côté tant d'années leurs passions, leurs envies, leur vie au nom d'une vie de famille parfaite ! Les hommes ont certes leur crise de la quarantaine mais d'autres raisons (et voilà je fais comme tout le monde je livre là des clichés) Une société qui stygmatise encore le rôle de la mère dans les couches culottes, le ménage, les lessives et le repassage. Nous pensions vivre dans une société moderne, évoluée, qui offre certes de plus en plus d'égalité homme-femme dans un tas de domaines, et pourtant la femme a du mal à se décoller de cette image de parfaite ménagère épouse et mère à la fois.

      Sauver-la-societe---Mademoiselle-Maman.png

Les femmes ont un jour réclamé des droits égaux dans la société, quand je vois ces papas en haut de cette grue je me dis qu'il est temps que les hommes revendiquent leurs droits en matière de couche-culotte et de tâches ménagères. Certains pères osent passer le cap du congés paternité (il a le mérite d'exister même s'il est différent) pour s'occuper de leur(s) enfant(s) et de la maison pendant que Madame se crève au bureau ! Cependant il est tellement dommage que ces hommes soient si peu nombreux et encore montrés du doigt à la sortie de l'école ! L'enfant né de l'amour d'un père et d'une mère (ou bien d'un père et d'un père, ou bien d'une mère et d'une mère soit!), n'est il pas normal que les deux membres du couple parental aient les mêmes droits en terme d'éducation, de garde, de parentalité, de responsabilités? Est-il normal que dans 85% des cas (à vérifier), après un divorce la garde soit confiée de manière automatique à la mère sans examen approfondi du dossier. Est-il normal que des pères se retrouvent laisés, bafoués, privés de leur enfant à cause d'une décision arbitraire d'adulte? Est-il normal de grandir sans son père au nom d'une société qui favorise les droits de la mère? Et pour quelle raison?

 

Certes cet article est avant tout le résultat d'une pensée complètement personnelle (qui je l'espère sera partagée par nombre de mes lecteurs). Je suis bien consciente qu'il y a encore des couples qui vivent dans ces clichés de clivage homme/femme et que leur quotidien leur plait ainsi ! La femme aux fourneaux, l'homme au boulot. La femme avec les enfants, l'homme n'ayant jamais touché à une couche ou un biberon ! J'en connais. Cela existe et existera certainement toujours ! Un choix avant d'être une "normalité.

Je sais aussi qu'en cas de divorce (et la je pense au récent article de Happy Hippie Shake) certaines femmes aimeraient voir leur ex prendre d'avantage leur responsabilité devant ces enfants qui deviennent d'un seul coup un poids. Certains crétins, vivent encore avec l'image d'une société complètement dépassée car ils ne savent que en tirer leur profit, penser à leur petit nombril qu'il ne faut pas trop bousculer. Il est tellement plus facile pour eux que la maman s'occupe des bambins et qu'eux profitent des bons moments d'un week-end sur deux ! "Mais pas ce week-end là s'il vous plait car j'aimerai rester tranquille !" Mais je vous rassure il existe des mères complètement identiques ! 

Le message est juste que chacun ouvre son esprit en terme de parentalité. Et fasse la peau à ces shémas de société compètement dépassés. Un enfant a besoin d'amour, d'éducation au sein d'un couple équilibré. Bientôt avec la reconnaissance "officielle" des couples homosexuels on ne pourra plus faire cette différence entre la mère et le père. L'enfant aura deux parents, quel qu'ils soient, l'important est que le tout soit équilibré. Elle auraient l'air malines ces couples de lesbiennes si elles deux restaient à la maison pour pouponner et nettoyer. Qui ramènerait les sous? Et ces couples hommes qui ne toucheraient pas à une couche culotte et préfererait aller travailler. Qui s'occuperait de la maison? Franchement vous croyez vraiment que notre vraie société d'aujourd'hui répond à tous ces critères shématiques que la justice et les moeurs nous exposent. Non ! Que les pères qui savent se servir d'un balai, de la machine à laver et changent les couches du nouveau-né retrouvent leur caractère "normaux" et non plus "dieux vivants". Que les femmes qui bossent, tondent ou bricolent retrouvent leur statut de femme "normale" et non plus "créatures bizarres"! 


Stop aux caricatures, que chacun trouve sa place, que tout le monde y mette du sien, que la famille évolue dans un équilibre qui rende tous ses membres HEUREUX ! Un point c'est tout !

 

 

 

Es-tu pour ou contre faire évoluer cette société stigmatisée? 

 

 

 

(Merci mon ZAM pour m'accompagner dans cette vie qui est la notre, sans shéma pré-conçu, sans stigmatisations, chacun sa place, un ensemble équilibré, une famille qui pue respire le bonheur intense!)

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 22:36

Même expatriée au bout du monde, je suis les informations françaises. Certes ça va mal, enfin pas très bien, les français sont moroses, l'économie raplapla, franchement il est temps que l'été repointe le bout de son nez chez vous pour vous rendre le sourire. Pensez à toute la gastronomie que vous possedez, aux petits plaisirs de la vie, à la sécurité de l'emploi et votre sécurité sociale, beaucoup se poseraient la question de rentrer pour certains de ces éléments. (Surtout pour le fromage et le vin) Bref je m'égare je tente juste de vous donner un peu le sourire si c'est possible. Donc, je suis l'actualité (merci internet et canal plus) et depuis quelques semaines je suis effarée de l'engouement autour du mariage et adoption pour tous ! Nous français, nous nous exprimons difficilement sur certains sujets gouvernementaux et là des familles entières sortent de chez elles pour aller manifester, fanion et bannière sous le bras, slogans en bouche ! Pourquoi un tel engouement? Je devrais dire pourquoi un tel acharnement?

 

Il y a le sujet mariage. Il y a le sujet adoption. Chacun son opinion. Comme pour tout ! Chacun sa vision. Mais je dis non à l'acharnement ! Aux propos virulents ! Aux comparaisons des couples homos avec le diable ! Aux références à leur sexualité et leur fidélité ! Aux propos désobligeants! Croire que les enfants d'homo deviendront homo ! Penser que cette loi va détruire notre société ! L'équilibre si bien équilibré (n'est-ce-pas?) de la vie actuelle ! Il est tellement plus facile d'imaginer le pire, de critiquer le voisin que de voir ce qui se passe chez soi ! Je suis de ceux qui diront que la situation d'un enfant d'un couple homo et à comparer avec les enfants de parents divorcés. De parents déchirés. De parents célibataires. De parents trop vieux. De parents trop jeunes. Ou bien encore trop riche ou trop pauvres ! Posons-nous vraiment la bonne question? Celle du bonheur de l'enfant? De son bien-être? De son équilibre ! De sa santé ! 

 Mariage et Adoption pour tous - Mademoiselle Maman

Moi j'aurai adoré avoir deux papas comme le mien  ! 


La société évolue. Il y a 50 ans les familles n'imaginaient pas le divorce. Ou l'IVG. Ni même l'homosexualité ! Aujourd'hui cela fait partie du commun et du quotidien. Alors j'ose imaginer que la société continuera d'évoluer. Et que les enfants de couples homos ne seront pas considérés comme différents. Comme à part. Mais comme des individus d'une société moderne ! C'est un dialogue de sourd si on imagine le nombre de couples homos qui ces dernières années élèvent un enfant ensemble. Ben oui Mesdames peuvent tomber enceinte par un ami. Messieurs peuvent s'arranger avec une mère porteuse. C'est si fort l'amitié dans certains moments ! Ou bien les couples divorcés qui font leur coming-out en embarquant les enfants dans cette nouvelle aventure. Dire que les couples homos sont plus libertins? Mais quelle foutaise ! Parceque vous croyez les couples hétéros si sages et fidèles? Je vous rappelle que le mariage dure en moyenne 5 ans. Qu'entre 30 et 50% des couples divorcent. 1 personne sur 3 tromperait son conjoint. Et 1 enfant sur 30 ne serait pas du père déclaré. Ca ne vous fait pas réfléchir ça?

 

Les sujets sont nombreux. Le mariage pour tous? Demander l'avis des enfants adoptés? Autoriser la PMA? Etre pour la GPA?J'ai un avis, mai j'aimerai éviter de lancer un débat trop profond pour un blog de maman. Je ne suis pas certaine de vouloir lire vos commentaires affolés. Je m'abstiendrai de trop donner mon opinion. L'idée est juste de dire STOP aux propos virulents. STOP aux jugements gratuits. STOP à la haine ! STOP à la connerie humaine! Ceux sont ces propos déplacés qui rendent le sujet délicat. Si chacun ouvrait un peu son esprit. Acceptait les différences, ces couples et ces enfants ne seraient pas montrer du doigt.

 

Mais l'humain a besoin de juger, de pointer du doigt, de donner un avis virulent, de se moquer ou de stigmatiser. L'humain mal dans sa peau, à la quête sans cesse d'un bonheur innaccessible, préfère regarder chez les autres et critiquer. Qu'il s'agisse de couples hétéros, de mères célibataires, de l'allaitement, de différence d'âge etc... Combien de fois sommes-nous jugés et critiqués? Concernant l'homosexualité, ne s'agit-il pas là d'une discrimination parmi tant d'autres qui sont punies par la loi? Les communautés religieuses s'élèvent (la mienne la première!), mais la religion rythme combien de famille aujourd'hui? Alors pourquoi continuer de la suivre pour ces décisions humaines du quotidien. 

 

Je prends des pincettes. Je ne veux pas attirer les foudres. Je pense à mes amis homosexuels. Je pense à ces couples qui s'aiment. Je pense à ces amoureux qui veulent un enfant. Je pense à ces personnes autant humaines que moi hétérosexuelle. Je pense à ces parents capables d'élever, d'aimer un bébé. Je pense à ces enfants qui seront heureux. Je pense à cette société qui évolue. Je pense aux pays qui ont franchi le pas il y a longtemps. Enrichissons nous des différences que offre le monde. Apprenons à s'interesser aux autres plutôt qu'à se concentrer sur son propre nombril ! Elevons nos enfants dans le respect et la tolérance. Je suis tellement effarée par bon nombre de propos que j'ai souvent envie de crier : Mais Taisez-vous !

 

 

Tu veux donner ton avis? 

 

 


Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 05:00

Enfant-parfait---Bebe-est-un-ange---Mademoiselle-Maman.pngQuand t'es enceinte et que tu n'y connais rien en bébé, tu idéalises ta vie avec l'arrivée de ce petit bout là ! 

Quand t'es jeune maman et plutôt psycho-rigide et pleine de principes, une mère à routine, tu te dis que ton bébé à toi vaut mieux que les autres.

Quand ton bébé ne pleure plus grâce à son pouce tu es fière ! Ouf car tu es contre la tétine !

Quand ton bébé est un gros dormeur (la chance! oui je sais!) tu en parles tout le temps !

Quand tu peux emmener ton enfant partout, tu en profites et ne comprend pas les autres qui ne peuvent se le permettre !

Quand ton gamin se réveille à 10h avec le sourire (et en mode câlin) tu profites tu profites tu profites !

Quand ton bébé commence doucement à ramper tu lui vantes ses premiers pas en quatre pattes. C'est sûr à 10 mois il gambadera !

Quand ton fils gazouille de plus en plus, tu entends qu'il dit Maman. Et puis à 9 mois il connais son prénom et la table de 3 !

Bref tu as idéalisé un enfant parfait, et parfois tu te dis qu'il l'est bel et bien.

 

 

Sauf qu'un jour tu déchantes car ton enfant pleure et tu te sens démunie.

Un jour ton bébé refuse de faire convenablement ses nuits !

Un jour ton bambin hurle dans le caddie dans le magasin !

Un jour Bébé te semble complétement imprévisible !

Un jour ton chérubin repousse son repas à deux mains, et renverse tout partout alors que vous êtes installés au restaurant !

Un jour ton enfant te semble bien différent, il dit non, et fait tout ce qui est interdit !

Un jour ton petit ange retourne les tiroirs et leur contenu !

Un jour il y a la crise des 8 mois, puis des 2 ans, puis des 3 ans ! (Toujours une crise qui explique et qui pardonne !)

Bref un jour ton enfant grandit et affirme son caractère. 

 

Finalement n'est ce pas complétement normal ?

 

soit tu te remets maladroitement en question, en te dévalorisant, te disant que tu es la pire des mères, que tu as loupé quelque chose, 9 mois et déjà un futur rebel à la maison, tu pleures, tu cries, tu hurles, tu remets ta vie en question, tu perds pied et plus rien ne va !

Soit tu te dis simplement que l'enfant parfait n'existe pas. Que l'important est que ton bébé soit un ange dans 80% des cas. Mais tu reconnais qu'il a aussi besoin de s'affirmer. De pleurer. De crier. De tester. Pour exister ! Que des enfants qui pleurent ou font un caprice il y en a plein autour de toi. Non non il n'y a pas que le tien. Même les enfants super-bien-élevés de la copine Germaine ont déjà fait des colères. Est-ce que ça fait d'eux des mauvais enfants? Non !  C'est juste que les enfants des autres tu les observes moins que ton propre enfant à toi !

Finalement la solution n'est-elle pas d'accepter? De relativiser? Et de tenter de comprendre pour solutionner ! Personne n'est parfait, combien de fois on l'entend. Toi la première ou le premier? Tu reconnais avoir des défauts? Alors ne soit pas trop exigeant(e) avec ton tout petit. Essaie d'apporter des solutions. De garder le sourire. Conserver le moral au beau fixe. Aucun bébé n'est parfait. Toutes les mères font face à des moments plus difficiles. Mais il faut savoir se préserver pour ne pas débloquer. 

 

Alors zen... l'enfant parfait n'existe pas ! 

 

 

 

D'accord ou pas d'accord? 

Ton bébé est-il un bébé parfait ?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman 

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 23:19

 

Hier je suis tombée sur deux articles forts interessants concernant "T'as pas d'enfants, tu ne peux pas comprendre!" Les articles et ! Et je me suis souvenue à quel point je ne supportais pas cette phrase non plus avant de fonder ma propre famille. Ces parents qui se justifiaient honteusement de leur enfant braillant, ralant et désobéissant. Ils me semblaient bien trop facile pour eux d'utiliser cette phrase qui voulaient tout et rien dire à la fois. Certes n'ayant pas d'enfant il y a bien des choses que je ne comprenais pas. Les copines qui annulaient un rendez-vous pour la sieste du bébé. Les sorties privilégiées at home (et seulement at home) pour pouvoir coucher bébé. Les enfants qui chougnaient, pleurnichaient, hurlaient dans les lieux publics. Les parents qui optaient pour des solutions de facilité pour calmer bébé : la télé, lui laisser son téléphone ou lui donner un gâteau. Bref avant de devenir Maman j'étais pleines de principes et de jugements. Pour moi il était certain qu'un bébé ne changerait pas notre vie. Qu'on l'emmenerait partout, au pub y compris. Qu'il se ferait garder sans sourciller par la première personne disponible. Qu'il ne pleurerait pas car je ne lui laisserai pas le choix. Qui ne désobéirait pas car mer** c'est moi le chef quand même ! Un bébé oui mais le cododo, la tétine, les caprices non ! Des principes bien affirmés alors qu'au fond je ne savais pas de quoi je parlais.

 

Maman je le suis devenue très vite ! Et très vite j'ai compris que la vie avec Bébé n'était pas toujours comme je l'avais décidé. Un bébé ça pleure. Des siestes c'est sacré, archi sacré si tu ne veux pas te retrouver avec un zombie-ronchonnant-raleur à la maison. Les baby-sitter c'est bien mais ça revient vite cher, donc les soirées à la maison pour coucher bébé c'est bien aussi ! L'adaptation avec l'entourage n'est pas toujours évidente selon la routine de bébé et la façon de faire des proches ! Parfois un bébé ça hurle pour la faim, la soif, la fatigue ou juste un pet de travers. En tout cas un bébé hurle toujours dans les lieux les moins appropriés où tu aimerais bien pouvoir te cacher. Quand bébé arrête de ronchonner car il joue avec la télécommande ou parcequ'il a un gâteau dans la bouche et bien tu le laisses faire histoire d'avoir trois minutes de paix ! Bref un bébé que tu le veules ou non, ça te change la vie, ça t'impose un rythme, ça t'apprends les imprévus et tu t'adaptes pour son bien et le tien ! On a gardé notre cap sur certains principes, Zoulette a toujours dormi dans son lit, a deux mois il était dans sa chambre, jamais une tétine n'a approché sa bouche, il s'endort seul et joue seul (mouai ça ça dépend des jours quand même), on l'emmène partout, il commence sa nuit chez les amis ou dans la poussette au restaurant, fait ses siestes partout où on le pose (poussette, matelas au sol, plaid au parc. Finalement aujourd'hui on le vit bien, très bien même car notre vie est faite selon certains de nos principes.  Puis on est entouré d'amis avec enfants ainsi nos rythmes de vie sont similaires !

Toi t'as pas d'enfants ! - Mademoiselle Maman

Les amis avec enfants parlons-en ! Car certes avant je n'étais pas Maman alors je ne pouvais pas comprendre. Mais maintenant si ! Moi aussi j'ai un bébé à la maison. Moi aussi je vis avec les couches, les biberons, les petits pots, les jouets, la poussette... Moi aussi je connais les pleurs, les plaintes, les besoins, les envies, la fatigue... Je sais ce que ça fait d'avoir un Bébé à la maison, et je sais que même si tu ne peux pas tout maitriser et bien il y a des limites à ne pas franchir. Ben oui faut pas déconner c'est quand même pas lui qui fait sa loi ! Alors maintenant je me permets de comparer, de juger parfois (à bon escient hein) car oui car maintenant je comprends !

 

Alors les enfants d'amis qui hurlent du haut de leurs trois ans pour réclamer une glace là tout de suite maintenant alors que papa et maman viennent de dire non, désolée je ne comprends pas ! Le fiston de 18 mois qui tape sa mère avec les gros yeux de pas content, désolée je ne comprends pas ! Un enfant de 24 mois au sein de sa mère, en pleine journée, quand lui a décidé de prendre sa gourmandise sans que maman n'ait son mot à dire avant de se retrouver le sein à l'air au milieu du café, désolée je ne comprends pas ! Un bébé de 11 mois qu'il faut bercer 1h pour l'endormir, pour les siestes, pour le soir, désolée je ne comprends pas ! Un bébé de 20 mois qui se balade la journée entière avec sa tétine en bouche, qui ne daigne à peine la retirer pour te parler, désolée je ne comprends pas ! Alors que vous l'acceptiez ou non, on m'a tellement rabâché quand je n'avais pas d'enfants que je ne pouvais pas comprendre, aujourd'hui je suis Maman et certaines choses non je ne les comprends toujours pas. 

 

 

Et toi, qu'as tu compris en devenant Maman?

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 22:12

Maman-fatiguee---Mademoiselle-Maman-copie-1.pngCombien de fois j'ai pu l'entendre cette phrase. 

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as un bon boulot !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as une vie de couple épanouie !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, tu pars régulièrement en vacances !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as tout de la fille heureuse !

Les sujets sont futils. Les excuses bidons ! Les gens qui t'empêchent de te plaindre, sont souvent les gens qui n'arrivent pas (et n'arriveront jamais) à relativiser leur vie ! Qui se plaignent de tout et de rien à la fois. Qui voient le verre à moitié vide quand tu le vois à moitié plein. Les gens qui ne seront jamais heureux car c'est toujours mieux chez les autres. Et qui attendent que le bonheur leur tombe tout cuit dans leur bouche grande ouverte de conneries bêtises !

Etant du genre positive et enjouée j'ai souvent pris le parti de "Ha non je n'ai pas le droit de me plaindre. Ok je ne me plains pas et j'avance la tête haute, le sourire aux lèvres. De toutes façons j'aime ma vie !"

 

 

Maintenant je suis Maman et ce discours n'a pas changé. C'est même presque pire ! 

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton fils n'a pas eu de coliques !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton bébé a toujours fait ses nuits !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton mec il assure dans son rôle de père !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as réalisé ton rêve, tu vis au bout du monde, en short toute l'année !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton gamin n'est pas un bébé aux besoin intenses !!!

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, Zoulette il sait jouer tout seul sans te réclamer.

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton fiston il s'endort partout !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton môme il mange de tout !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, alors tais toi et souris !

 

Alors oui ma vie est belle. Oui mon gosse est une crème. Oui devenir maman c'est magique. Oui je fais ce que je veux et réalise mes rêves. Oui MAIS !

 

Mais je suis comme toutes les mamans, je suis fatiguée !

Je suis comme toutes les mamans, j'assure 3 rôles à la fois : Mère, Femme et Epouse !

Je suis comme toutes les mamans (ou pas), je me bats pour faire de notre vie un rêve et ça demande de l'implication !

Je suis comme toutes les mamans, je suis dépassée par le temps et les journées sont trop courtes.

Je suis comme toutes les mamans, j'ai mes soucis et mes angoisses !

Je suis comme toutes les mamans, j'ai de moins en moins de temps juste pour moi

Je suis comme toutes les mamans, j'aimerai me retrouver en tête à tête avec mon amoureux !

Je suis comme toutes les mamans, j'ai un bébé qui parfois ronchonne, parfois pleure, parfois hurle ! 

Je suis comme toutes les mamans, y'a des jours où je ne supporte pas ses gérémiades !

Je suis comme toutes les mamans, j'en ai ras le bol des tâches ménagères ! 

Je suis comme toutes les mamans, un bébé c'est beaucoup d'imprévus ! Beaucoup de besoins. Beaucoup d'attentions !

Je suis comme toutes les mamans, parfois je me dispute avec mon mec car on n'est pas tous les jours d'accord ! 

Je suis comme toutes les mamans, j'ai une mère et une belle-mère !

Je suis comme toutes les mamans installées en Australie, je vis avec la pression quotidienne de la famille qui fait que je culpabilise ! 

 

Pourquoi certaines auraient le droit de se plaindre et d'autres non ! Je revendique le besoin de chacune de se plaindre, de se faire plaindre, de réaliser que ce n'est pas tous les jours facile et de trouver des solutions pour que demain soit meilleur. A force de me dire que je n'ai pas le droit de me plaindre, je prends la vie à bras le corps, je fonce sans me retourner, sans me reposer, je ne réalise pas l'accumulation, il n'y a rien de pire pour un jour craquer et tout envoyer valser. Parfois je m'effondre, je suis à fleur de peau, je suis crevée, je ne supporte plus aucun poids sur mes épaules. En ce moment je me dis qu'on a besoin de vacances, de quelques jours juste pour nous, se reposer, farnienter, oublier la maison et nos obligations.

Donc oui parfois je me plains. C'est une façon de prendre du recul. D'analyser. De parfois solutionner. Et souvent de constater que finalement le verre est à moitié plein, que le positif l'emporte. Mais tout de même. On a toutes les droit d'être chamboulée. D'être fatiguée. D'avoir envie de changer d'air. Ca veut dire quoi avoir le droit? Qui est ce qui décide? Toi là qui croit avoir tous les malheurs du monde sur ta tête? Toi qui croit que l'herbe est plus verte chez le voisin ?

 

Alors que je n'entende plus "Toi tu n'as pas le droit de te plaindre!" sinon je mords ! Petit article qui ne sert pas à grand chose, mais si je lisais qu'une maman qui a tout pour être heureuse craque aussi parfois, je crois que cela me ferait du bien. Ce billet est pour les mamans qui supportent sans rien dire et qui n'osent pas se plaindre. Pensez-vous à vous bor***! 

 

 

Et toi, droit de te plaindre ou pas? 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 08:00

C'est Astrid, La Reine de l'Iode qui m'a lancé avec son récent billet. Elle y expose les principes qu'elle a du mettre de côté en devenant maman. On est bien tous pareil. Pendant la grossesse on réflechit aux mille et une façons d'être la mère idéale. D'avoir l'enfant rêvé avec l'éducation parfaite. Oui mais la réalité est toute autre, les enfants parfois déconcertant, on est pris au dépourvu et hop les principes volent en éclat. Oui mais pas tous. Et nous, nous n'avons pas cédé à la tétine.

 

Avec ZAM nous avons toujours été anti-tétine. Ce bout de plastique qui donne l'impression de "fermer" bébé. De lui mettre un "bouchon" (dixit Astrid - c'est exactement l'expression que j'aime utiliser). Cette tétine qui traine partout, qu'on cherche tout le temps, qui tombe sans arrêt, que les parents nettoient avec leur bouche (et leurs microbes). Et pire ces grands bébés qui marchent, qui courent et qui ont la tétine dans la bouche toute la journée. Qui te parlent (essaient?) avec la tétine coincée entre les lèvres! Et je sais de quoi je parle, je me souviens des stratagèmes de ma grand-mère pour faire oublier la tétine à ma petite cousine de 6 ans. Et puis toutes ces photos de naissance, où bébé apparait avec sa tétine dans la bouche, une marque de fabrique? un sacré souvenir? Sérieusement vous trouvez ça chouette un faire-part de naissance où bébé apparait avec son bouchon plastique?

Bref cela faisait partie de nos nombreux principes mis sur papier élaborés pendant la grossesse. ZOULETTE n'aura pas de tétine. 

Et on a tenu bon...


 

Contre-la-tetine---Mademoiselle-Maman.pngEvidemment pas de tétine dans le sac de maternité. Et pourtant nous avons eu le droit au discours du "besoin de succion" à la maternité. Les 2 premières nuits (et journées? j'ai oublié !) on a gracieusement loué notre petit doigt à notre nouveau-né. Puis la troisième nuit, on l'a entendu téter. On a allumé la veilleuse et là on a vu ZOULETTE le pouce dans la bouche. Certes il grognait quand il le perdait. Mais nous l'aidions à le retrouver et à le garder le plus longtemps possible. Et notre petit doigt a signé un contrat de location de quelques semaines, c'était notre remède pour le calmer. (Alors les avis divergent. Certains sont contre le pouce dans la bouche ! Problèmes de dents? Bref il est bien connu que chacun a ses avis (surtout dans la blogo) donc nous étions contre la tétine mais nous n'avions rien contre le fait qu'il suce son pouce)

 

Nous avons été surpris (comme tous les jeunes parents) dans les premières heures par ce bébé qui pleure. Des hurlements qui sortent de ce tout petit corps. C'était notre premier nous n'étions donc pas habitués. Mais bizarrement cela ne nous a pas "dérangé". On a réussi à s'y accomoder, à se dire que c'était "normal" pour un bébé de pleurer. Vous ne voyez pas le rapport? Tout simplement que nous considérons la tétine comme un bouchon anti-bruit ! Un bouchon anti-pleure. UN MIRACLE DU SILENCE pour de nombreux parents ! Les parents (de notre entourage) qui cèdent à la tétine, expliquent pourquoi ils ont cédé en citant le besoin de succion et surtout le ras-le-bol des pleurs. 

 

Je suis toujours si étonnée des parents qui dégainent la tétine en lieu public (car je ne suis pas avec eux dans le privé hein...) au premier bruit, son de leur bébé. Parfois il ne s'agit même pas de pleurs. Pourquoi ne pas laisser ce bébé s'exprimer ? Je trouve que nous sommes dans une société où les jeunes parents veulent des bébés parfaits. Qui ne pleurent pas. Qui ne ralent pas. Qui ne pètent pas. La tranquilité avec un bébé à la maison? Mais cela n'existe pas, n'est ce pas? Le bébé a besoin de s'exprimer non? C'est normal que votre vie soit légèrement chamboulée !!! Souvent parmis les bébés du même âge mon fils est le seul à ronchonner. Mais c'est aussi le seul sans tétine ! 

 

Notre grande peur avec la tétine était de savoir quand s'en débarrasser? Comment? Car comme dit plus haut, inimaginable pour nous de voir un grand bébé, qui gambade, avec sa tétine dans la bouche. Oui mais quand votre enfant s'est habitué à l'avoir en bouche pour s'endormir, pour être calme, pour jouer... Comment lui expliquer un jour qu'il est trop grand pour cela? 

 

Bébé a un besoin de succion. Il aime mettre des choses dans la bouche. Il adore faire "calin" pour s'endormir. Notre fils n'échappe évidemment pas à la règle. Il y a tellement de chose pour remplacer ce bouchon plastique. ZOULETTE suce son pouce dès qu'il est fatigué. Il a plusieurs doudous dans le lit a qui il dévore les oreilles ou les pieds. Il s'attrape l'oreille. Ou encore tout tissu qui traîne est bon pour faire "nin-nin". 

 

Certes certains parents optent pour la tétine, pour 1001 raisons, mais savent encadrer son usage à des endroits (le lit par exemple) et dans un temps limité (et non 24/24). Alors là je dirai pourquoi pas. Chaque histoire est différente. Chaque famille aussi. Chaque bébé encore plus. Et loin de moi l'envie de juger. Mais pour les autres... n'hésitez pas, expliquez moi. Qu'est ce que la tétine apporte vraiment? A lui? A vous? Et les grands bébés à tétine, pourquoi ? Peut-être que les parents trouvent cela tout aussi mignon que je trouve ça moche. C'est vrai, chacun son point de vue après tout !

 

Donc LA TETINE, un principe qui en est resté un ! Youhouuu! Oui nous sommes fiers. Et oui j'adore voir mon bébé le pouce dans la bouche (je fond à chaque fois) Evidemment, comme tout sujet qui fâche certains seront d'accord. Certains pas d'accord. Certains vont s'énerver. D'autres passer leur chemin. Mais je suis certaine que des mamans vont se reconnaître dans mon billet. Et je serai curieuse de lire vos avis. Maman à tétine svp commentez ! Astrid me dit en commentaire, que les enfants sans tétine deviennent rare ! J'ai du mal à y croire. Auriez vous toutes cédé à la tentation?

 

 

Et chez vous, tétine ou pas?

Et pour quelles raisons ?

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 05:32

Il y a d'abord eu l'article de Maman What Else puis des Filles Electriques, et j'ai réalisé que j'en faisais partie. De ces femmes que j'avais dis que j'en deviendrai jamais. De ce rôle qui ne m'a jamais fait rêver. Oui oui je suis une mère au foyer. Ca ne fait pas longtemps, ça se finira peut-être bientôt... mais est ce que je l'ai choisi? Est ce que je suis bien avec ça? Ce sont les questions que je me suis posée. Et être mère au foyer ça veut dire quoi? S'occuper des enfants et de la maison? Etre tip-top pour le mari qui rentre le soir? Mais non ce sont des clichés, chez nous Mère Au Foyer ce n'est pas tellement ça ! 

 

Quand nous sommes arrivés il y a un an en Australie, j'étais Chef d'Entreprise sur Paris. A la tête d'une agence de communication et d'événementiel crée 2 ans plus tôt. Mon premier bébé en quelques sorte. Un projet qui me tenait à coeur, qui s'est réalisé et qui marchait bien. Oui mais voilà le projet Australie arrivant rapidement il a fallu prendre des décisions. Donc à notre arrivée ici, plus de nouveaux clients, plus de nouveaux contrats, mais des devis et des commandes à honorer encore quelques mois. Un rythme un peu ralenti mais qui correspondait bien à notre arrivée ici, toutes ces nouveautés et ces choses à gérer pour se recréer une nouvelle vie. Donc du home-office, en direct d'Australie, avec une team et des clients en france. Pas facile mais faisable. Alors je l'ai fais.

 

Et surtout en arrivant ici, un gros projet poussait sous mon nombril. L'avenir était difficilement prévisible. L'arrivée de ce bébé nous semblait tellement ENORME que notre organisation était DIFFICILE à prévoir. Je me suis toujours imaginée Maman-Working-Girl (si nous étions resté en Europe j'étais bien partie pour). Je ne m'imaginais pas prendre de congés maternité. Tant mieux il tentait ZAM. Pour moi une Maman se devait de travailler et de laisser bébé en garde. Mais ça c'était avant.

 

Mere-au-Foyer---Mademoiselle-Maman.png

 

Avant que ZOULETTE vienne envahir notre vie de son amour. De sa tendresse. De ses sourires. Car pleine de projets professionnels en cours avant l'acocuchement, tout a été abandonné dès ma rencontre avec mon fils. L'évidence est tombée très vite, jamais je ne voudrais le laisser à garder, jamais je ne voudrais partir de la maison, j'avais trop envie de profiter à fond de lui. Et c'est ce que j'ai fais. Les derniers contrats confiés à des tiers, tous mes projets en stand-by, je suis devenue une Maman au Foyer. C'est à dire une Maman qui ne travaille pas!  A m'occuper de ce tout petit bébé. A le comprendre. A l'observer. A lui apporter un rythme. A répondre à ses besoins.  (A le "laisser-pleurer", mdr je ne reviendrai pas dessus). A le câliner. A jouer. A sourire. A rire. A nous promener. A rencontrer d'autres mamans et à parler de mon bébé, encore de mon bébé, toujours de mon bébé. Une vraie passion en moi est née, elle s'appelle ZOULETTE. 

 

Mais voilà ZOULETTE a 6 mois et moi j'ai des fourmis dans les pieds. J'adore le voir grandir mais je m'ennuie un peu d'une vie sociale qui sorte de mon monde de jeune maman. Une vie professionnelle. Je rêve de rejoindre une équipe. D'avoir des collègues. De quitter la maison 1-2 ou 3 jours par semaine. Ou en tout cas d'avoir ce temps pour moi seule sans enfant. De laisser ZOULETTE à la crèche ou chez la nounou et d'aller le récupérer après ma journée de travail! Avoir des responsabilités. Des discussions d'adultes. D'avoir de nouvelles choses à raconter à ZAM le soir quand il rentre du boulot. Ou bien de me lancer dans ma propre activité (oui j'ai la passion de la création d'entreprise...) mais ça prend du temps et du temps j'en ai actuellement pas beaucoup. Etre mère au foyer c'est prenant, épuisant voire érintant. Tant de gens ne l'imaginent pas. Ne le croient pas. Et pourtant.

 

On imagine toujours le mauvais côté de la mère au foyer. Jusqu'à maintenant je ne le ressentais pas ainsi, mais il y a des jours où je ne voyais que ces mauvais côtés, que je n'étais pas certaine d'avoir choisis, et qui ne faisaient plus mon bonheur au quotidien. Etre à la maison pour m'occuper de mon fils, profiter des matins câlins, ne pas me lasser de le voir sourire, de l'entendre rire, d'aller me promener, de retrouver les copines-mamans ça c'est chouette. Mais profiter des siestes de ZOULETTE (ou de sa journée de crèche) pour faire du ménage, des lessives, la vaisselle, les courses, la cuisine, de l'administratif, du repassage, du rangement, du récurage, du tri. Non merci ! Je ne voulais pas avoir que ça à raconter le soir ! 

 

Alors ma vie de Mère au Foyer j'ai essayé ces derniers temps de la façonner à mon goût. Le Blog. Le Dessin. La reprise de la Couture et de la Création. L'Ecriture. Les rendez-vous avec les copines. Les déjeuners à l'extérieur. Les sorties à la piscine. Mes émissions de radio ! Et un nouveau projet professionnel est en train de grandir dans mon esprit. J'y travaille dur ! Alors oui parfois la maison n'est pas rangée, le repas n'est pas prêt, mais ni plus ni moins que si je rentrais d'une journée de boulot dans une entreprise. Il est possible que ZOULETTE soit garder une deuxième et une troisième journée dans la semaine. Histoire d'avoir du temps pour moi. Parfois je réfléchis même à prendre une femme de ménage pour ne plus avoir à assurer ces tâches qui me paraissent si ingrates. Pour déculpabiliser je me dis souvent que pour que ZOULETTE aille bien, il faut que j'aille bien, et ainsi ZAM ira bien. Mais pourtant ce besoin de déculpabiliser?

 

Donc Mère au Foyer ce n'est pas forcément le cliché de la mère en jogging, pas coiffée qui ne s'occupe que des enfants et de la maison. Ce Mère au Foyer là très peu pour moi. Cela n'a d'ailleurs jamais été vraiment le cas!  

Maman-à-la-maison-avec-bébé c'est chouette. Demain je serai une Maman à la maison à mi-temps pour m'occuper de mon bébé et qui va créer, imaginer, travailler pour soi le reste du temps. C'est bon pour mon épanouissement personnel. C'est ma vie que j'ai choisi, celle qui me rend heureuse. Alors au grand damn de mes proches (de mes parents qui ne comprennent pas), si je ne retourne pas dans une entreprise demain cela ne voudra pas dire que j'ai raté ma vie. Ma vie je l'aime comme elle est et comme elle peut devenir dans quelques semaines. L'expression Mère au Foyer est propre aux envies et besoins de ces mamans qui restent à la maison la plupart de leur temps !

 

 

 

 

Et toi ta vie de mère au foyer? Elle te plait? Tu l'as choisi?

 

 

 

Crédit Illsutration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 21:20

Parfois je me lance dans la lecture d'articles, parfois ça fait du bien, parfois ça fait du mal. Hier je suis tombée sur cet article là, de Okaasan, qui explique pourquoi elle ne laisse pas pleurer ses bébés. En une seconde, je me suis sentie mal, genre mauvaise mère, me suis posée un tas de questions : et si? et pourquoi?, j'ai tenté de me justifier moi-même... Et puis finalement j'ai fais notre propre analyse, ai réalisé notre propre résultat familial et me suis sentie un peu mieux. (Beaucoup mieux!) Par contre, comme tous ces sujets qui nous diffèrent, j'ai eu envie de partager mon expérience. Oui je laisse pleurer bébé, je vais vous expliquer pourquoi !

 

A l'annonce de ma grossesse les questions ont été nombreuses (oui je suis du genre à me poser 15000 questions de trop pour tout, tout le temps!). Serai-je une bonne mère? Aurai-je les bons gestes? Notre bébé sera-t-il heureux avec nous? Mais il y avait les questions que certaines jugent plus égoïstes du genre : quelle vie de femme? quelle vie de couple? comment garder notre équilibre? Certes si notre priorité number one est évidemment de nous occuper correctement de ce tout petit, de le choyer, de l'aimer, de le rendre heureux... Il nous semblait aussi important, à tous les deux, de savoir garder notre équilibre de couple, de savoir placer parents d'un côté et bébé de l'autre, et d'être chacun heureux ainsi.

 

Laisser-pleurer-Bebe---Mademoiselle-Maman-.pngJe dis bien tous les deux, car les décisions en terme d'éducation (si on peut déjà employer ce mot!) se prennent en commun accord avec ZAM. Donc l'une des plus grandes décisions étaient de savoir laisser pleurer bébé, de l'aider à trouver sa propre place dans son propre espace, savoir être seul parfois pour dormir, observer ou jouer. Une décision prise en observant les couples de notre entourage qui "volaient au secours" au moindre pleurs et qui finalement se perdaient progressivement dans cette nouvelle logique à trois.

 

Dès la naissance, dès le retour à la maison (de plus je vous rappelle que nous avons accueillis la famille non-stop pendant 9 semaines, il fallait bien s'occuper de tout ce petit monde), nous avons commencé tous les TROIS, l'apprentissage de laisser-pleurer. Je vous rassure, nous ne laissions pas notre nouveau-né pleurer toute la nuit, ou pendant des heures sans même le réconforter. Nous avons beaucoup utilisé la méthode des 5min, 10min, 15min, 20min ect... ZOULETTE a appris à pleurer quelques instants avant d'obtenir de nous l'attention, le biberon, le change ou tout autre besoin. Je passais mes journées avec lui, je lui ai toujours beaucoup parlé, beaucoup "expliqué", mais il y a des fois où il n'avait pas le choix, si Maman voulait déjeuner c'était sans lui dans les bras, donc il devait patienter à observer s'il le souhaitait, dans son transat ou son doumou! Pareil pour les couchés, ZOULETTE a toujours été (enfin depuis ses 8 semaines plus particulièrement) un bébé routine. Il l'a trouvée seul, (avec un peu notre aide quand même). Les 3 siestes par jour ne sont pas discutables. Il les fera. Car de plus je connais mon bébé, s'il ne dort pas, s'il est fatigué, il est ronchon et c'est le cercle vicieux. Ces siestes il en a besoin. Alors à base de rituels, d'habitudes, de repères les 3 siestes ont été instaurées et se sont toujours déroulées dans son lit, dans sa chambre. Parfois il pleurait, mais si je savais qu'il était propre, qu'il avait mangé, qu'il ne faisait ni trop ni trop froid etc... je lui parlais, lui expliquais et sortais. Il pouvait pleurer 5 min, ou même 20min, mais il finissait toujours pas s'endormir. Paisiblement. Se reposer. Et à son réveil il avait le sourire. 

 

Le laisser-pleurer a donc toujours été instauré à la maison. Et aujourd'hui ZOULETTE a 6 mois et parfois cela continue. C'est un bébé, le pleure est son seul moyen de communiquer alors c'est normal qu'il pleure. Mais il y a un moment pour tout. Et si Papa et Maman sont occupés à autre chose, ZOULETTE doit savoir patienter, s'occuper, jouer tout seul. Aujourd'hui il a grandit, les expressions ont vraiment remplacé les pleurs. Il ne pleure plus il s'exprime. Parfois en gazouillant. Parfois en ronchonnant. 

 

Le résultat ? Je ne blâme pas du tout les mamans qui ont une vie différente, qu'on soit bien d'accord. Je suis consciente que le résultat est dû à notre façon de faire, mais aussi au caractère plutôt cool de notre fils. Nous ne savons pas comment nous réagirons avec le second. De la même manière nous espérons. Mais aujourd'hui notre résultat nous semble positif. ZOULETTE ne pleure pas quand il se réveille le matin, il sait patienter dans son lit, gazouiller jusqu'à ce qu'on vienne le chercher. Il dort jusqu'à 9h, parfois 10h ! Dans la matinée, il sait passer 30min, 45min, 60min selon les jours à jouer tout seul sur son tapis, pendant que je vaque à l'ensemble des tâches de la maison. Il ne m'a jamais accompagné aux toilettes. Je peux déjeuner, manger tranquillement, prendre ma douche, m'occuper de moi, de la maison pendant qu'il joue seul. Quand c'est l'heure du dodo c'est l'heure. Les siestes ou le couché du soir ne posent jamais de problèmes. Il y a à chaque fois un rituel, on le couche, on l'embrasse et il tombe dans les bras de morphée. Alors oui parfois il ronchonne ou il pleure, ça dure quelques minutes, on le laisse il se calme toujours tout seul. Il a fait ses nuits très vite et dort dans son grand lit dans sa chambre depuis le jour de ses 2 mois. On l'emmène partout, il ne fait jamais de crise. On va au restaurant. Je déjeune avec les copines en ville (j'en reviens tout juste). On le fait découcher chez les amis le temps de passer la soirée. ZOULETTE sourit tout le temps, rigole pour un rien et n'a pas l'air, vraiment pas, malheureux. A 6 mois il doit comprendre que chacun a sa place, chacun a besoin de temps, que le calme et la solitude sont aussi des moments privilégiés. Qu'on n'obtient pas toujours ce qu'on veut. Encore moins dans la seconde. A 6 mois on agrémente, on rythme cette nouvelle vie mais on ne dirige pas la vie de Papa et Maman. Zoulette, on l'appelle notre bébé-porte-clé ! 

 

J'organise un Club de Mamans, on est une quinzaine, alors nos avis, nos témoignages on ne cesse de les partager. Je suis la maman qui parait "la plus sévère" dans mes habitudes et mes exigences. Et pourtant je suis aussi la maman qui parait "la plus sereine" dans ma vie, qui prend le temps de cuisiner, dessiner, bouquiner, coudre et tenir un blog. Les filles me disent souvent que je donne l'impression d'être bien dans mes baskets et d'avoir un bébé épanouie. Nous sommes trois depuis son arrivée, et tous les trois nous avons trouvé notre équilibre. Aujourd'hui nous allons bien tous les trois, personne ne manque de sommeil, chacun a son moment pour lui et si nous avions un autre enfant demain, nous ne changerions rien ! 

 

Je rassure les mauvaises langues, quand il faut jouer on joue. Quand il faut câliner on câline. Et on sourit. Et on rigole. Et on s'aime si fort si fort si fort. Zoulette sait aussi réclamer notre attention. Parfois il doit patienter. Parfois il a ce qu'il veut tout de suite. Alors non je ne suis pas une mauvaise mère. C'est juste notre façon de faire.

Vous allez vous dire "Et bien dis donc celle là elle n'allaite pas? Elle n'a pas eu l'écharpe? Elle est contre le cododo? Et maintenant elle laisse pleurer?" Ha oui et il m'arrive aussi de le gronder, d'élever la voix et de dire NON ! (Berk... Piouuuu... Pas gentille !!!!) Oui mais celle là elle est heureuse, épanouie et ses hommes aussi ! 

 

 

 

Et vous, Pour ou Contre le "laisser pleurer"?

 

 

EXPLICATION : Au vu de certains commentaires ici, ou sur Facebook, une petite précision s'impose. Je n'ai peut-être pas été assez claire, peut-être trop rapide en écrivant ce billet. "Laisser-Pleurer" chez nous rime avec quelques instants, quelques minutes. Il n'a jamais été question de laisser pleurer notre bébé pendant des heures sans le consoler sans lui parler. Oui quand mon bébé pleurait je lui répondais par des câlins, des paroles douces. Mais je savais aussi, quand j'étais sûre que "tout allait bien" (couche propre, biberon donné, confort assuré, pas de douleurs etc...) le "laisser-pleurer" quelques instants ! J'ai écris qu'il devait attendre quelques minutes pour un change, un biberon ... que nous ne sommes pas là dans la seconde. Ce n'est pas tout à fait juste, car quand il était d'avantage bébé on réagissait très vite pour le change, les repas, le confort etc...

Chez nous, le "laisser-pleurer" a été pratiqué surtout pour qu'il apprenne à s'endormir seul, nous n'arrivions pas en trombe dans la chambre aux premiers pleurs, on lui laissait le temps de se rendormir seul. Ca a fonctionné. Et aujourd'hui qu'il a 6 mois, le "laisser-pleurer" (je devrais peut-être dire le "laisser-chouigner") est utilisé pour qu'il sache aussi rester jouer seul. Je veux dire sans être dans nos bras, qu'on puisse aussi vaquer à nos occupations. Je vous rassure il joue seul au milieu du salon, là où il peut nous voir. Il n'est pas enfermé tout seul dans sa chambre, à hurler de terreur. :-)    

Dans certains commentaires, les mamans parlent de leur bébé-colique, de leur situation familiale etc... C'est certain que cette pratique s'accomode au bébé, à chaque situation, à la famille. On fait comme on veut, mais surtout comme on peut! Avec un bébé différent j'aurai certainement agis de manière différente. Aujourd'hui nous sommes heureux tous les trois ainsi.

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 04:51

Mensonge-vs-verite---Mademoiselle-Maman.png... quand on peut dire la vérité ? Nombreuses sont les phrases "toutes faites", balancées pour se trouver une excuse de mentir. Le mensonge serait parfois meilleur que la vérité? J'ai du mal à y croire ! De mon caractère la franchise a souvent été relevée. Parfois critiquée, parfois appréciée. Ce côté me permet avant tout de me sentir bien dans mes baskets et dans ma tête. Le plus dur dans le mensonge c'est de cacher la vérité. Il est rare de ne pouvoir faire qu'un petit mensonge, juste comme ça, pour nous arranger sur l'instant, sans qu'il n'y ait de conséquences. Parfois infimes, souvent malheureuses. Vous l'aurez compris je suis POUR la vérité. J'aime être aimée pour qui je suis et pas pour qui je parais être. La vérité pour moi est avant tout un gage de confiance accordée et à accorder. Vous suivez? 

 

J'ai déjà du mal à faire confiance aux gens, mais si je commence à me dire qu'ils peuvent me mentir, alors là c'est terminé je suis fermée. Alors je prône la vérité, qu'elle soit bonne ou mauvaise à dire et à entendre, elle a au moins le mérite d'exister. La vérité je la balance. La vérité je suis toujours prête à l'entendre. Le seul couac que je me permets est à la rigueur de ne rien dire. Ne pas dire la vérité n'est pas forcément mentir. Il est vrai qu'il est quelques fois préférable de se taire plutôt que de balancer la vérité au visage d'une personne au risque de la vexer, de la blesser et de se fâcher. Alors avec quelques personnes (ma mère en particulier :-) ) j'opte parfois pour le silence, cela évite bien des ennuis. (Ha si je suis une menteuse, je viens de répondre au téléphone à un démarcheur que j'étais la baby-sitter que je ne pouvais répondre à ses questions. Gloups.)

 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

La vérité et le mensonge. Voilà bien deux notions avec lesquelles nous devons vivre mais avec lesquelles il est parfois difficile de cohabiter. En tout cas dans mon cercle à moi, je suis pour la vérité et contre le mensonge. Depuis que j'ai rencontré ZAM je lui ai toujours tout dit. Même les détails qui auraient pu l'aggacer, le chiffonner, au moins ils étaient connus. Au quotidien, je suis un livre ouvert pour mon homme ce qui nous aide à vivre dans une harmonie que je considère absolue. Vous me poserez la question, et lui ? Il est vrai qu'on ne sait jamais. Comment faire confiance à 100%? Et bien juste en y croyant. Je suis sincère pourquoi ne le serait-il pas? La confiance est là un autre sujet. Mais qui fait bien parti de la notion de vérité.

 

Pour ma part, la vérité me rend heureuse, épanouie et sûre de moi. Oui je peux le dire car j'ai souvent été entourée de gens noyés dans leurs mensonges, reflétant la tristesse, le mal-être et l'ennui dans leur vie. Le problème du mensonge est qu'il crée souvent un cercle vicieux duquel il est difficile de sortir. Les menteurs (et menteuses) sont tristes. Insatisfaits de leur vie. Pensez-y la prochaine fois où vous voulez mentir!

 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

Les mensonges des autres ne me regardent pas, tant qu'ils ne me concernent pas. Je m'explique. Un menteur a bien souvent besoin d'un alibi. D'une personne pour confirmer son discours. Difficile (ou compliqué) d'agir seul. Le menteur est aux aguets que son entourage ne face pas d'impair. Et ça je n'aime pas ça. Je ne veux pas être cet alibi. Je n'aime pas devoir mentir pour le plaisir (malsain) de l'un. J'ai du mentir des années à mon amie sur les fracas de son fiancé (jamais je ne recommencerai, j'en ai perdu mon amie). Mentir à une copine sur la beauté de la collègue de son mari (ridicule). Les maris infidèls qui ne cachent qu'à leur femme leurs ébats. Ne pas dire à sa femme que son boss t'a invité pour Noël dans un bar à strip-tease est à mon avis plus sources d'ambiguités que de sécurité. Cacher à ton boss que ton collègue ment sur la nature de ses absences. Raconter des horreurs sur son employeur à tes amis alors que ces derniers peuvent le rencontrer, discuter et comprendre que tout est inventé ! 

 

Mentez si vous le souhaitez. Souffrez de votre côté. Mais arrêtez de mêler votre entourage. Aujourd'hui je le dis, aujourd'hui je l'écris, le mensonge n'est pas mon ami. Et je ne mentirai plus pour qui que soit. Amis. Famille. Ou connaissances. Il me rend mal à l'aise. Il me fait perdre mes moyens. Je ne suis plus moi même. Le mensonge m'inconforte dans mon quotidien. Il crée de l'incertitude. Ne permet pas la confiance. Est l'ennemi d'une relation saine.

 

La vérité faisait partie de ma vie de femme, elle fera partie de mon rôle de mère. Je promets de dire la vérité à mon fils pour qu'il me la dise en retour. Ainsi il aura confiance en moi et moi en lui. Je ne sais pas vivre autrement.

 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Et vous? Pour la vérité ou le non-dit ?


 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article

Facebook---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Hellocoton---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Twitter---Mademoiselle-Maman.png

Le-Blog---Mademoiselle-Maman.png Les-conseils---Mademoiselle-Maman.png

Coup-de-coeur---Mademoiselle-Maman.png Monsieur-Papa---Mademoiselle-Maman.png

 

Melle-Mam---Mademoiselle-Maman.png

 

Mademoiselle-Maman-2013-copie-1.pngA Propos : Zaz + Zam = Zoulette (né en Avril 2012)  et Zébulon (né en Février 2015) Quelle est la recette du bonheur? Les coups de gueule d'une jeune maman? Les joies et les peines d'une famille expatriée en Australie ! Notre quotidien de jeunes parents...

Les réponses aux questions que l'on se pose toutes (enfin moi je me les suis posées hein...)! Je m'appelle ZAZ, j'ai 30 ans. Je suis folle amoureuse (et il me le rend bien!) de ZAM depuis bientôt 8 ans. Nous sommes les parents de Zoulette et Zébulon, deux p'tits gars adorables et déjà plein de malice. Mademoiselle est devenue Maman : découvrez mon histoire et mon quotidien !

 

Retour à la page d'accueil

 

Me contacter : zazdaustralie@hotmail.com 

 

 

Articles-recents---Mademoiselle-Maman.png

Categories---Mademoiselle-Maman.png

 Newsletter---Mademoiselle-Maman.png

Pour suivre l'actualité du blog en direct...

Blogroll---Mademoiselle-Maman.png

 

- Marjolaine de Mamour Blogue

- La Prune Blogueuse

- Sous une étoile

- La Reine de l'Iode

- Fanala dans BB en route

- Marjolie Maman

- Sophia, expatriée en Asie "30 ans une vie nouvelle"

- Chez Vany

- La mare au canard de la Mère Cane

- Joyeux Bordel au fond du Jardin

- BlaBla et cie de Sophie

- Papa Blogueur

- Maman Café Addict

- La Vie rêvée de Maman

- Chroniques d'une Maman

- Lady Butterfly

- Anaïs et sa petite vie

- Hélène Citrouille

- Adventure Mom 13

- Les sorcières au clair d'étoile

- Ma vie en couleurs

- Baby meets the world

- La mère flémarde

- 1 boîte 2 bonheur

- Read my mind

- Kiff mes secrets de canon

- Petite fleur de cerisier

- Maman est occupée

- My Baby Girl Blog

- La mélodie des jours

- BBBs Mum

 

 

 

A-droite-a-gauche---Mademoiselle-Maman.png

 

 

Mes illustrations plaisent. Mes illustrations se baladent à droite à gauche sur les blog des copines !

Retrouvez ici tous les articles illustrés par ©Mademoiselle Maman ! 

 

 

- Bannière et Avatar chez Mamour Blogue

 

- Bannière et Avatar pour les 3 ans de blog de Lady Butterfly

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

- "J'ai toujours pas de rideaux", chez Blabla et cie

 

- "Avant j'étais une femme normale, mais ça c'était avant!", chez Maman Bavarde

 

- "Alors? Débordée?", chez Mamour Blogue

 

- "Tu peux pas compatir, t'as pas d'autres enfants", chez Truffi.net

 

- "Off", chez Rachel Passions

 

- "Inventaire à la Prévert", chez Véro Vire au Vert

 

- "Le Terrible two est arrivé!", chez Blabla et cie

 

- "Vivre dans un tourbillon", chez Mama Twins

 

- "Allo la Dass", chez Vive les pestes

 

- "Ma dépression post-partum", chez Les Blablas de Lili

 

- "Elle est plus forte que moi", chez Mon Incroyable Vie de Maman

 

- "Aujourd"hui j'aurai du reprendre le travail" chez Mama Twins

 

- "Bébé qui pleure = couple en péril", chez Les Blablas de Lili