Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:49

Article sans dessin - Mademoiselle MamanUne journée qui commence par un réveil toujours difficile qu'il soit 6h ou 9h, avec le même sourire en coin (car la vie est belle quand même), la même flegme, la même routine. Au saut du lit, les gestes s'enchainent, le bisou et les mots doux à mon amoureux, l'eau fraiche de la douche pour me réveiller (pour pas parler du premier pipi), le bruit de la cafetière, l'odeur du café, le craquant du pain grillé, le chant des oiseaux (non non ce n'est pas cliché, ils chantent d'ailleurs dès le levé du soleil soit 4h30 GGRrrr).

 

Une journée qui démarre réellement (c'est à dire t'as plus le choix faut y aller) par ses premiers gémissements, ses premiers appels, parfois tôt, parfois tard. (En ce moment plus tôt que tard Ggrrr) Une première visite dans sa chambre pour retrouver la gourde d'eau, le doudou perdu, quelques mots doux, des sourires et surtout un regard ferme pour dire que la nuit n'est pas terminée. Parfois ça fonctionne, parfois pas (son réveil oscille entre 6h et 10h, ce n'est plus une fourchette c'est un rateau!)

 

Une journée qui s'enchaîne par le réveil du héros parfois plus tôt, parfois plus tard. (Décidément!) Et la journée qui démarre en compagnie de ce tout petit bonhomme qui prend tant de place dans notre vie (et dans notre maison maintenant qu'il 4patte' partout - oui oui nouveau verbe - je 4patte, tu 4pattes, nous 4pattons...). Une journée rythmée en fonction des jeux, des rigolades. Une journée à s'organiser pour préparer et servir des bons repas à heures régulières (vaut mieux pas être en retard avec monsieur l'ogre). Une journée à espèrer que les siestes se passeront calmement, sans larmes et sans cris (oui c'est devenu rockn'roll)! Une journée à se balader, prendre l'air, voir les copines ou faire du shopping. Une journée à observer ce bébé et se dire que c'est le mien et que j'en suis fière (car malgrès tous ses défauts de bébé il est quand même sympa mon bébé)

 

Une journée parfois fatiguée à s'énerver pour le moindre pet de travers.
Une journée souvent à relativiser, à rire, rire de la vie, rire avec lui. 

 

Une journée à attendre son retour, le moment où nous serons trois, l'instant où il préfèrera ses bras aux miens, l'occasion de me poser quelques secondes pour souffler et les observer.

Une journée qui se termine de la même manière, le repas en famille, le bain dans les rires, le biberon détente et câlin, le rituel du couché qu'on aime tous tant, et la fin de journée par des baisers, en se souhaitant de doux rêves, bonne nuit mon bébé et à demain ! Ton sommeil est parfois (souvent?) le seul moment de calme et de détente dans ma journée avec toi (j'ai le droit de dire que j'aime beaucoup mes journées de boulot donc crèche?)

 

Les journées se suivent, les journées se ressemblent, agrémentées de bonheurs, de délices, de rires et parfois aussi de doutes, de sésorganisation, de fatigue et de ras-le-bol. Les journées se suivent et je me couche chaque soir satisfaite de notre famille, joyeuse de notre trio, amoureuse de notre complicité, passionnée par notre vie.

Les journées se suivent et j'ai l'impression qu'elles ont toujours été ainsi. Que tu as toujours été dans notre vie. J'essaie de me souvenir d'avant, de mes gestes accaparant mon temps autrement qu'en te changeant, te bercant, te calinant. J'essaie de me souvenir mais les souvenirs paraissent lointains, flous, ont-il vraiment existé? Avons-nous été un jour seulement tous les deux? Ai-je été un jour sans eux, mes amours, ma vie ! Je ne sais plus !

Au fond de moi je sais qu'elle a existé, qu'elle a fait ce que je suis aujourd'hui, je lui dois beaucoup, mes décisions, mon caractère, mon bonheur. Elle se mêle parfois à mon quotidien, ressurgir le temps d'un soupir, d'un sourire ou d'un souvenir. Mais ma vie d'avant sans lui, sans eux me parait bien vide aujourd'hui ! Je suis si ravie qu'ils soient venus l'envahir. Et que lui, ce tout petit, aujourd'hui y prenne une place si géante. Ma vie ce n'est pas tout à fait hier, c'est surtout aujourd'hui en imaginant demain !

 

 

Et toi te souviens-tu de ta vie d'avant ?

Quel goût a-t-elle aujourd'hui ?

 

 

_-_-_

CONCOURS ET CADEAU

La boutique MOI AUSSIE "Shop franco-australien pour les enfants et leur maman" (que j'aime tant et toi aussi non? ha ha ha) a décidé d'offrir un nouveau cadeau à une lectrice)

 

Capture-d-ecran-2013-01-31-a-11.20.04.pngCapture-d-ecran-2013-01-31-a-11.20.15.png

Le plaid de la collection "So chic, so frenchie" avec le bavoir assorti.

Bleu pour les garçons / Rouge pour les filles / Ou bien juste vous choississez votre couleur préférée.

 

Pour jouer c'est simple :

- Laissez un commentaire sur ce billet en disant votre objet préféré de la boutique : www.moi-aussie.com

- Aimer et partager la page de la boutique : http://www.facebook.com/MoiAussie

- Aimer et partager ce billet sur votre page facebook

 

Le tout avant Mercredi 6 Février 2013 23h59 :-)

Bonne chance ! 

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 06:00

Il y a quelques jours j'ai lu cet article  ! Un article sur les filles qui deviennent Maman à 20 ans ! Sur ces filles soit disant trop jeune pour devenir Mère. Des bébés élevant des bébés. Sur ces filles qui ne peuvent assurer ! J'ai été touché bien que je ne sois pas concernée. En revanche lire ces lignes m'ont fait poser quelques questions : quand devenir mère? pourquoi devenir mère? Comment devenir mère?


Que l'on ait 20 ans ou 40 ans. Qu'il s'agisse de notre premier ou cinquième enfant. Qu'on soit riche ou pauvre. Que l'on habite à la campagne ou en capitale. Que l'on soit chômeuse ou chef d'entreprise. Que l'on ait une mère modèle ou non ! Finalement peu importe qui on est et ce qu'on est, chaque femme a ce pouvoir en elle pour devenir Maman. 

Toutes-des-Mamans---Mademoiselle-Maman.png

Certaines seront plus maladroites que d'autres. Certaines s'en sortiront mieux. Certaines seront autoritaires et d'autres laxistes. Certaines seront organisées. Certaines seront débordées. Certaines commeteront des fautes que d'autres ne leur pardonneront pas. Certaines seront épanouies. D'autres tristounettes. Certaines auront des principes. Certaines seront fristyle. Certaines cuisineront. D'autres donneront des petits pots. Certaines allaiteront, d'autres utiliseront les biberons. Certaines cododoteront, certaines non ! Certaines se feront juger, et certainement que les autres aussi ! Certaines répondront, d'autres s'en ficheront ! Peut-être même que certaines jugeront à leur tour. 


Mais finalement est-ce que chacune n'a pas un point commun? L'amour pour son bébé! L'envie de bien faire ! La fierté de le voir évoluer. Le courage d'affronter chaque journée. La force de réconforter. Le pouvoir de câliner. La folie pour jouer et gazouiller. Le souhait de le croquer. De bisous le dévorer. L'espoir d'être toujours présente pour rassurer. La crainte de l'avenir incertain. Est-ce que finalement ce n'est pas là le plus important. Que chaque maman, peu importe la femme qu'elle est, soit capable d'aimer et d'élever son bébé. Que son bébé soit heureux, épanoui et en bonne santé. 

 

Peu importe notre âge ou notre situation personnelle, nous nous ressemblons bien plus que nous le pensons. Nous avons donné la vie. Nous avons porté notre bébé. Nous n'imaginons plus notre vie sans eux. Nous sommes là sur nos blogs à dévoiler leur exploit et leur quotidien. Nous crions aussi fort que possible l'amour que nous ressentons. Nous nous réveillons la nuit. Nous devenons infirmière si besoin. Ces enfants là nous regardent avec émerveillement. Ces enfants là nous appelent ou nous appeleront un jour "Maman". Cela a tellement de sens, de force et d'histoires.  Nous nous faisons toutes appeler pareil, mais finalement nous sommes uniques. Autant qu'ils le sont. 

Oui oui c'est bien cela notre force à nous toutes, nous sommes toutes Maman ! 

 

Pour ma part je suis devenue Maman à 26 ans. Expatriée au bout du monde depuis à peine 6 mois. Avec comme roc mon ZAM et c'est tout. Déçue par ma mère, déçue par mon entourage, j'ai très vite arrêté de poser des questions. De me fier à leur envie. Au fil des semaines je suis devenue Maman toute seule (avec mon chéri tout aussi inexpérimenté que moi!). J'ai suivi mon instinct. J'ai respecté mes envies. J'ai honoré ses besoins. J'élève mon bébé avec amour et autorité. J'élève mon bébé avec passion et organisation. J'élève mon bébé avec la seule idée qu'il soit heureux et que nous le soyons aussi. A quelques jours de ces 9 mois je ne suis pas peu fière de dire que je ne me suis pas trop mal débrouillée pour une novice ! Maman c'est en nous, c'est plus fort que tout !

 

 

Et toi quelle maman es-tu ?

 

 

 

CADEAU A GAGNER :

Et pour toutes les mamans qui me lisent régulièrement, pour toutes les mamans qui me laissent des commentaires plein de gentillesse, pour toutes les mamans qui sont fidèles au blog, j'ai un cadeau pour vous aujourd'hui ! 

Capture-d-ecran-2013-01-05-a-23.43.43.png

 Un sac à langer Mac Laren : vous aurez désormais l'essentiel à porté de main lors de vos ballades. Vous pourrez y ranger tout le nécessaire dont vous aurez besoin : biberon, téléphone, clés...

 

Pour gagner c'est simple - jusqu'à Dimanche 13 Janvier à 12h:

- Veuillez laisser un commentaire sur ce billet en expliquant quelle maman êtes-vous ?

(avec adresse email valide.) Avoir adresse en france métropolitaine.

- Aimez, partagez ce billet sur vos pages facebook (et autre...)

- Et surtout ce cadeau est réservé aux mamans qui aiment la page facebook du blog :

http://www.facebook.com/pages/Mademoiselle-Maman-Le-Blog/328563450525995?ref=hl

et qui sont inscrites à la newsletter du blog (en page d'accueil)

 

Bonne chance ! 

 

 

 

Capture-d-ecran-2013-01-21-a-10.31.58.pngET LA GAGNANTE EST : Laurianne, commentaire n°6

Mes félicitations ! Je t'envoie un email !

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 07:00

Maman-Gateau---Mademoiselle-Maman.pngQuand il était tout juste né j'ai aimé notre premier contact. Notre peau à peau. J'ai aimais l'observer. Dès la première seconde. Regarder chaque détail. Admirer chaque partie de son corps. Ses menottes recroquevillées. Ses si petites oreilles. Ses pieds si longs. Son petit nez retroussé. Ses grands yeux si profonds. Ses longues jambes. Ses cheveux si bruns (si blonds aujourd'hui). Ses petits plis au milieu des bras et des cuisses. Puis mon bébé a grandi et j'ai découvert en lui des petites expressions. Et je passais du temps à regarder chacune de ses mimiques. Le moindre sourire. Le plus petit clignement d'oeil. Ses petits doigts serrés autour du mien. Ses premiers areuh. Depuis qu'il est né j'acquiert cette nouvelle passion de l'observation. 

 

Chaque jour quelquechose de nouveau. Chaque instant un nouveau son. Chaque semaine un nouveau déplacement. Je crois que j'ai trouvé une passion qui n'est pas prête de me lasser. Une passion qui m'offre sans cesse de la nouveauté. Une passion bercée par l'amour. Cet amour demesuré. Cet amour d'une maman pour son bébé. Observer ce petit qui deviendra grand. Observer ce petit qui découvre la vie. Observer ce petit qui évolue si vite. Observer ce petit qui est le mien !

 

Aujourd'hui mon bébé a bientôt 9 mois. Quand je vois des nouveaux nés dans mon entourage je suis en admiration. J'oublie que j'ai eu le même à la maison. C'était pourtant il n'y a pas si longtemps. Aujourd'hui j'observe un petit garçon. J'aime me poser à quelques mètres de lui. Le laisser faire. Et l'admirer. Le voir se mettre sur les genoux et essayer d'avancer. Ramper jusqu'à l'objet désiré. Essayer de se mettre debout dès qu'il trouve un appui. S'asseoir à la demande ! Le regarder parler à ses peluches en enchainant les syllabes, les sons, les cris. Le surprendre à sourire puis rire et éclater de joie pour un détail à nos yeux insignifiants. J'adore parler avec lui, le faire imiter mes sons. Le voir essayer de prononcer un mot (un mot à lui on s'entend!). Et être si fier d'avoir réussi ! J'aime le regarder dormir, si paisiblement dans ses positions abracadabrantes. J'adore le laisser me dévisager, toucher mon visage et découvrir à son tour les parties de mon corps. J'aime sa façon qu'il a de faire le coquin. D'attirer notre attention. J'observe sa manière de prendre ses jouets et de savoir quoi en faire. Je l'observe dans l'eau et me dit qu'on dirait un poisson. Un poisson heureux ! Je suis épatée de le voir devenir chaque jour un petit homme. 

 

Je l'observe et je souris. Me dis que je suis heureuse. Qu'il est définitivement le plus beau projet de notre vie. Notre plus grande réussite. Je le regarde et je suis émue. Emue de penser que je lui ai donné vie. Qu'aujourd'hui il grandit. Qu'il découvre la vie. Cette vie que nous lui avons choisit. Je l'observe et je pleure. Je pleure de nostalgie car le temps passe si vite. Mais je pleure surtout de bonheur de l'avoir à nos côtés.  Je pleure à l'avenir qui reste devant nous, et toutes ces futures choses à observer. A admirer.

 

J'ai commencé ma passion de l'observation à sa naissance. Chaque jour me gâte d'une nouveauté à observer. A admirer. Oui car j'admire ce petit bout là ! Je trouve tout merveilleux. Je le trouve si beau ! Et l'observation continue... Et continuera... Pour ma vie entière ! Ma vie à l'observer ...

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 07:14

Article sans dessin - Mademoiselle MamanCe titre m'a frappé aujourd'hui, pendant notre excursion hôpital avec mon fils d'amour. Je vous rappelle les faits, 40° de fièvre depuis Mardi matin. Pas d'inquiétudes devant un ZOULETTE serein, rieur, joueur et gourmand. Une observation à la minute, des gestes qui se voulaient rassureur et un jeudi matin plus tard, après une pointe à 41.3°, un bébé qui chougne devant le biberon, qui s'endort en 3 secondes et qui gémit pendant 2 heures plus aucune hésitation : direction l'hôpital. 

 

Et là, quelquechose s'est passé, sans vraiment que je m'en rende compte : la maman fatiguée, impatiente et craintive (hypra craintive) du milieu hospitalier a été remplacée par une maman sereine, une maman clown, une maman chanteuse (alouette gentille alouette n'a plus de secret pour moi!), une maman berceuse, une maman rieuse. Bref une maman qui donne son meilleur pour que son bébé malade se sente mieux. Une maman qui ne cesse de parler de papa (absent pour le boulot, qui je le sais doit se mordre les doigts d'être loin. T'inquiètes ZAM j'ai aussi su faire le papa ces dernières heures ! Jtm x) Une maman qui a insisté pour ne pas lâcher ZOULETTE à chaque piqure plutôt qu'une infirmière fasse mon job de wonder-maman-rassurante. Une maman qui s'amusait de raconter des choses en français à son bébé pendant que personne ne pouvait comprendre (s'il savait de quoi je parlais...). Une maman qui était fière d'avoir dans son sac deux repas d'avance, 2 gourdes d'eau, des gâteaux, des doudous, une peluche mélodie, un plaid tout doux et des jouets (même s'il n'a pas voulu jouer). Une maman fière de voir son bébé gazouiller et sourire à tout le monde entre deux injections. Une maman émue de voir son tout petit s'endormir paisiblement sur le grand lit en attendant les premiers résultats. Une maman qui a oublié sa faim, sa soif et son envie de faire pipi depuis le matin. Une maman qui n'avait qu'une mission : garder le sourire sur le doux visage de son fils chéri d'amour.

 

Puis une fois les tests terminés, nous avons quitté l'hôpital (nous y retournerons demain pour la suite des tests car le médecin reste évasif sur le virus et/ou la bactérie qui s'en prend à mon bonhomme). En voiture, dans le rétroviseur j'observais mon fils drogué, stone, avec un petit sourire béat qui luttait pour ne pas s'endormir. J'ai de nouveau cru entendre le fameux "Maman" sortit de sa bouche mais n'étant toujours pas sur je ne dirai pas que c'est ça ! J'étais fière de me dire que je n'avais craqué devant ce tout petit bébé qui n'a que nous (moi aujourd'hui) sur qui compter. Ca ne m'empêche pas de verser ma larme à chaque fois. Mère, émotions et fatigue ne font pas bon ménage cette semaine.

 

A la maison, ZOULETTE dormait paisiblement de la voiture. A mes bras. A son lit. Je l'ai regardé dormir paisiblement. Sereinement. C'est certain qu'après les dernières 72h il a besoin de se reposer ce petit ange. Et c'est là que j'ai craqué. Une fois que j'étais certaine qu'il ne pouvait pas me voir. Pas m'entendre. J'ai craqué de fatigue. J'ai craqué de stress. J'ai craqué de peur. Un après coup bien après le coup ! J'ai pleuré. Certes pas longtemps. Mais jute le temps de réaliser. Etre Maman c'est aussi ça. Savoir assurer dans les pires moments. Se dire que nous sommes son roc et que nous ne pouvons flancher. Etre Maman c'est s'assurer qu'il va bien avant même notre état personnel. Etre Maman c'est tester tout un tas de métier qui n'ont jamais été notre vocation. A non jamais !

 

Alors pourquoi une mère parfaite ? Parce que aujourd'hui j'ai agis sans réfléchir. J'ai gardé mon calme. J'ai trouvé une source d'humour. J'ai été là pour lui. Le rassurer. Le caliner. Le bercer. Le papouiller. Je n'ai pas hésité à faire répéter 15 fois le docteur pour bien comprendre l'état de mon bébé dans un anglais médical que je suis encore loin de maitriser. J'ai maintenant à la maison un bébé qui a retrouvé son calme perdu dans les dernières heures. Un bébé qui ne pleure plus. Un bébé qui dort paisiblement. Une mère parfaite car là où j'aurai certainement laissé ZAM agir d'habitude, et bien là je ne me suis pas effondrée j'ai assuré. J'ai aussi réussi je pense à le rassurer du mieux que je pouvais (#tomorrowwearetogether #family4ever). Une mère parfaite qui agit d'instinct avec son bébé. Non ? Ce n'est pas ça une mère parfaite? Celle qui fait tout pour garder le sourire et la joie chez son petit. A l'hôpital ils l'ont appelé "Happy Boy". Soupir.... On est toutes des mères parfaites non? A notre façon, peu importe comment on le nourrit, comment on gère ses pleurs, si on cododote, si on lui donne la tétine ou non, on fait ce qu'on peut pour être mère parfaite, enfin mère avant tout !

 

 

 

Voilà c'était mon état du jour que j'avais envie de partager.

Et toi quand te rends-tu compte de la mère parfaite que tu es ?

 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Je vois déjà les mauvaises langues lire ce titre et se dire "A y est elle va encore se la raconter. Encore juger. Encore critiquer" Oui car c'est ce que certaines pensent à la lecture de mes articles polémiques qu'elles prennent toujours contre elles, oui car il est bien connu que je vous connais toutes par coeur et que je suis la méchante exilée qui juge tout le monde.

Chères lectrices aux propos désobligeants qui passent par là, j'ai bien fait attention de ne pas mentionner la façon dont j'ai nourris mon bébé aujourd'hui, dont j'ai géré ses pleurs, je n'ai pas dis -je ne comprends pas-. Bref j'ai essayé de ne faire aucune mention des articles qui t'ont récemment dérangé et où tu t'es laché en commentaires désobligeants. Si cet article ne te plait sous la forme, sur le fond, je t'en pris passe ton chemin sans laisser ton avis. Aujourd'hui je n'ai ni la force de te lire ni de te répondre.

#lemauvaiscotedelablogo #cestmonblogjediscequejeveux #jeneteconnaispasjenetejugepas

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman (pas le temps, pas le courage, pas la force de faire un dessin aujourd'hui. Désolée. Zoulette dort. Je vais aller faire une sieste aussi)

Repost 0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 03:44

Bebe-malade---Mademoiselle-Maman.pngLa semaine commencait plutôt bien. Malgré l'absence de ZAM pour quelques jours pour raisons professionnelles, la première journée en tête à tête avec mon petit bonhomme s'était bien déroulée. Crèche pour bébé, boulot pour Maman, des retrouvailles câlins en fin de journée et une soirée privilégiée entre mère et fils. La nuit s'annoncait sans encombres, comme d'habitude, et pourtant quelques petits pleurs m'ont sorti du sommeil vers 5 heures. Poussée par l'instinct je me lève, rentre doucement dans sa chambre et découvre ZOULETTE dans une position abracadabrante, perpendiculaire au lit, les pieds emmelés aux barreaux. Il me voit, il sourit. Je lui parle doucement, me moque gentiement, l'attrape pour le replacer et là me brule au contact de sa peau. ZOULETTE est bouillant. Les secondes, les minutes vont très vite, le thermomètre s'affole, pour la première fois je vois le 40° s'afficher.

 

Cela n'a pas l'air de le perturber, il commence à gazouiller et cherche à m'attraper le visage. Non bébé c'est encore l'heure de dormir. Je le découvre. Lui donne du paracétamol. Le fait boire. Bizarrement aucun affolement. La nuit se poursuit jusqu'à 9 heures. Au réveil, la température a chuté, on peut alors commencer une nouvelle journée pleines d'activités. Puis ZOULETTE rebrûle vers midi. Je lis quelques conseils sur la toile. M'inspire de mon livre bien utile "Le dico des petits et gros bobos". Je fais tous les gestes pour tenter de diminuer la température. Au final rien ne change, ZOULETTE oscille entre les 38.8 et 40.2. Mais il est fort mon fils, il est souriant. Parait si calme. Il demande des câlins, reste dans mes bras à se faire papouiller. L'appétit ne se perd pas, il continue d'avaler tout ce qui est présenté. La visite de son copain et il joue et il rigole. Un bain improvisé car il adore ça, il est heureux et fait le fou comme d'hab au contact de l'eau. Il cherche les jouets et me les balance comme pour vouloir jouer avec moi. La balade de fin de journée permet de prendre l'air comme à notre accoutumée. Lui sourit et moi commence à me faire du soucis. Son corps ne se rafraichit pas. Le soir venu, la fatigue est très présente, hop le diner et hop au lit plus tôt. Une histoire. Des câlins. Des bisous. Rien ne semble le chambouler. Morphée l'embarque facilement comme tous les jours.

 

Puis la nuit est parsemée de pleurs et de gémissements. Le réveil est mis toutes les 4h pour lui administrer du paracétamol. A chaque fois il se rendort puis chougne de nouveau quelques heures plus tard. A 5h il est brulant. Il finit la nuit avec moi, pour la toute première fois nous partageons le lit (qu'est ce qu'il prend de la place!!!). Il m'observe, sourit, cherche le contact il a l'air bien. Finalement il se rendort paisiblement. Et moi je l'observe. Que faire? Comment va-t-il? Quels gestes apporter? S'affoler ou se calmer? Je fais comment pour lui prendre son mal? A 8h il se réveille frais (37.6), souriant, gazouillant. Je me dis chouette on a vaincu la vilaine. Finalement elle est plus forte que ça, la vilaine s'apaise sur le petit matin pour mieux revenir ensuite. Et ZAM qui est si loin, que je ne veux pas inquiéter, qui essaie de me réconforter. Et ZOULETTE qui continue de sourire et de rire. Et moi qui me pose toutes ces questions.

 

J'ai signé pour être maman mais infirmière ce n'est pas facile. Ce n'est pas ma vocation. Surtout avec mon propre bébé. Le docteur dit qu'il n'y a pas raison de s'affoler. Qu'il faut patienter. Observer comment la vilaine va évoluer. Alors je patiente. Bébé est malade et Maman souffre de sa maladie ! Je le bichonne. Lui parle calmement. Cherche toutes les occasions pour conserver ce sourire si appaisé et apaisant sur son visage d'ange. Je lui souris aussi. On joue. On se caline. On fait des bisous. Et on continue notre journée comme elle est prévue de se dérouler. 

 

Et si c'était autre chose? Et si nous devions déjà être chez le docteur? Et si demain c'était parti? Et s'il n'était pas si fort? Et si je craquais devant lui? Et si ZAM n'était pas absent? Et si je dois aller seule à l'hôpital (car le medecin n'est pas dispo)? Et s'il est encore malade pour Noël? Et si c'était sa 4ème dent? Et si c'était une angine d'été? Et si c'était la roséole?

Et si... et si... et si j'arrêtais de me plaindre quand lui me montre que ça va ! 

Bref Bébé a la maladie mais c'est moi qui souffre. Dur dur d'être maman. Il est fatigué mais continue de rire et de jouer. Fatigué mais pas abbatu. Je suis si fière de mon petit bonhomme qui pour le coup est bien plus fort que nous ne le serions dans sa situation. 

 

 

Et toi, comment gères-tu bébé malade? 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:10

"Chez certains enfants, l'éruption des dents de lait passe presque inaperçue, tandis que chez d'autres, elle s'accompagne de divers malaises ou de douleurs" Et bien voilà, on est en plein dedans ! ZOULETTE sort ses premières dents et v'là comme on dérouille. On en bave ! On déguste ! On en a marre !

 

Bon ok surtout lui le pauvre, mais vous ne pouvez pas dire le contraire quand bébé souffre vous souffrez avec lui. Donc je souffre depuis près de 15 jours (3 semaines?). Mais c'est mon rôle de maman, je suis en plein dedans !

 

Poussée dentaire - Mademoiselle Maman

 

A 3 mois il a commencé à baver énormément. Il avait des pleurs qui ressemblait à des pleurs de douleurs. Ni une ni deux on a mis ça sur le compte des dents. On s'est dit qu'il serait précoce, on s'est préparé, on était prêt, "Vas-y ZOULETTE sort ta première dent! Go!" Puis finalement il a continué de baver, les autres symptômes ont diminué, pas de dents à l'horizon. A 5 mois, lors de notre (long) séjour en France, toutes les personnes qui rencontraient ZOULETTE pour la première fois disaient "Oh il fait ses dents ce petit!" Les symptômes étaient nombreux. Rhinopharingite, joues rouges, fesses rouges, diarhées, il ne bavait pas il dégoulinait, il semblait plus ronchon que d'habitude. Les grand-mères étaient fières de penser que leur petit fils du bout du monde ferait sa première dent chez elles. On s'est (grave) équipé : Doliprane, Nurofen, Homéopathie, Collier d'Ambre, Gel anesthésiant, Anneau de dentition, Biscuit dentaire. Avouez qu'on était archi prêt ! Finalement on est rentré chez nous au pays des kangourous sans dents dans la bouche de ZOULETTE. 

 

Puis (courant novembre) il y a eu la période où je ne voulais plus en entendre parler. Voilà plus de 3 mois qu'on mettait tout sur le compte des dents et que rien ne venait. En attendant je trouvais mon fiston de plus en plus ronchon, voire capricieux. Nos journées étaient devenues très compliquées. Difficile de prendre quelques minutes pour moi. Impossible de le poser plus de 5 minutes. Inimaginable de sortir de son champ de vision. Du retard dans le travail à la maison. Crise des 8 mois? De l'énervement. De la fatigue. Des nuits écourtées. A cette période ZOULETTE se retournait sur le ventre pendant la nuit et pleurait jusqu'à ce qu'on vienne le retourner. L'été a commencé à pointer son nez avec ses grosses chaleurs. Mine de rien cela demande pas mal d'organisation avec un bébé ! Parfois il faisait des crises de pleurs qui nous démunissaient complètement, nous rendaient impuissants. Me faisaient devenir cinglée dingue ! (Je sais pas pourquoi je parle au passé car on est encore en plein dedans !)

 

La semaine dernière tout s'est emballé. 39° de fièvre. La toux. Le nez qui coule. Le médecin diagnostique une Bronchiolitis. Pour nous notre bébé est malade (j'en ai d'ailleurs parlé dans le dernier article) alors on lui donne ses médocs, on le cajole, on le rassure ! On attaque notre 3ème semaine compliquée, mais là il y a une raison une vraie alors on assume ce rôle de parents. Et cette raison sera bientôt accompagnée d'une autre. A force de ne plus vouloir entendre parler des dents on avait presque oublié qu'à 7 mois et demi cela pouvait réellement le travailler. Vendredi matin, ZOULETTE se réveille plus tard que ces derniers jours. Il se réveille avec le sourire et en gazouillant. Ca fait du bien. Ca fait longtemps ! Avant de le lever, je joue un peu avec lui dans la chambre, il se met à rire et... mais... que vois-je... dans ta bouche bébé... UNE DENT !!! Il n'y a aucun doute. Il n'y avait rien la veille je suis presque sûre et là elle est bien là ! Je la trouve énorme ! Evidemment on l'attendait en bas comme les manuels disent, évidemment elle arrive EN HAUT A DROITE !!!

 

ZOULETTE semblait soulagé. Décontracté. On a passé un week-end reposant. Les grasses mat ont repris leur place à la maison. Les sourires. Les rires. Les babillages ! Ca fait du bien. Deux jours, juste le temps de se requinquer avec l'épisode II de la poussée dentaire de ZOULETTE. Deux jours seulement de répit pour bébé ! 

 

Une dent ne lui suffisait pas, non, il en voulait d'autre. Hier je me suis aperçue qu'une nouvelle dent avait percé. EN BAS à GAUCHE. C'est mignon ces deux dents qui s'opposent. Mais les deux autres en haut et bas sont en train de suivre, la gencive est gonflée, on voit les traces blanches ! C'est une question de jours je pense. En attendant depuis Lundi notre bébé passe du rire aux larmes. Ca fait mal au coeur. Il ne pleure pas, il hurle. Rien ne le calme. Rien du tout, c'est exténuant ! C'est si difficile de le soulager. On alterne toutes les solutions. Heureusement les sorties en voiture ou en poussette le calment instantanément ! Hier la matinée piscine lui a fait oublié la douleur tellement il s'amusait. En revanche la sieste de l'après-midi et le couché du soir ont été plus rock'nroll. Pour ne rien arrangé, on atteint les 40° depuis hier. On cherche la fraicheur partout. Cette nuit ce n'est pas descendue en dessous de 27°, dur dur de dormir convenablement et donc de se reposer pour une journée si compliquée, si douloureuse. A midi il a hurlé pendant 20 minutes, il refusait tous mes gestes. Il ne voulait pas manger. ll a finit par se calmer avec un petit pot gelé direct sorti du frigo ! (Note pour plus tard!)

 

Mon astuce en or pour calmer bébé à la maison : je l'ai trouvé ce matin. ZOULETTE s'est réveillé aujourd'hui à 8h en hurlant. Le biberon l'a calmé le temps de le boire. Puis il était ronchon. L'homéopathie et le nurofen n'avaient pas l'air de le calmer. Il ne voulait plus son anneau de dentition ni son biscuit qu'il jetait à terre. Et il pleurait, ronchonnait, souffrait. Mon pauvre bébé. Alors cette astuce en or ? Je l'ai calé dans son transat, devant des dessins-animés, et j'ai bercé le transat. L'objectif était de le calmer, finalement en 3 minutes chrono il s'est endormi pendant près de 30 minutes à même pas 9 heures ! OUF...

 

 

 

Et chez vous les poussées dentaires, quels souvenirs ?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 05:45

... ou comment réaliser que tu es belle et bien MAMAN ! L'instinct maternel on en pas parle énormément, cela fait partie des sujets incontournables ou chacun a son avis. L'instinct maternel on te le prête dès ton plus jeune âge quand tu joues avec tes poupées. Un baigneur le jour de tes 6 ans et voilà comment tu deviens pour la première fois une maman. Ou plutôt un petite mère ! Tu choisis son prénom. Ses vêtements. Tu lui coiffes les cheveux. Et l'emportes partout avec toi pour faire des câlins. Et voilà comment on t'inculque sans que tu t'en rendes comptes un aspect bien biaisé de l'instinct maternel. Comme si devenir Maman se résumait au choix du prénom, des vêtements, aux longues balades en poussette et aux câlins tout doux ! L'instinct maternel on commence à te rabacher le négatif à l'adolescence, ha non ma fille pas question que tu deviennes Mère à 16 ans! Tu es bien trop jeune ! Pas prête. Et tes études? L'aimes-tu vraiment? Tu me feras le plaisir d'utiliser un moyen de contraception (et si tu pouvais stopper ton intellect en ne pensant pas et n'ayant pas d'avis !) C'est dingue ça qu'on te mette des poupées dans les bras dès tes premiers pas, et que lorsque tu es en âge de prendre un temps soi peu tes propres décisions, on t'enlève tes poupées, te calent des bouquins et une boite de pilule contraceptive. Bref.

 

Personnellement je n'ai jamais aimé les bébés des autres. Je veux dire que je pouvais ressentir de l'affection pour les bébés de mes copines les plus proches. Ou de mes cousines. Mais l'affection s'arrêtait à offrir à ce bébé un beau cadeau, faire une photo, posait trois questions et c'est tout. Je n'ai jamais été complètement gaga des enfants des autres. Je n'ai jamais fais de areuh areuh. J'ai du changer un seul bébé dans ma vie, mon cousin, j'avais 13 ans, lui 3 mois, il m'a fait pipi dessus. Autant dire que cet unique souvenir en mémoire ne me donnait pas envie de retenter l'expérience. J'ai rarement porter des nouveaux-nés, peur de les casser, certaine de ne pas savoir m'y prendre. Et puis entre nous, quel interêt? Jusqu'à ma rencontre avec ZAM je ne m'imaginais pas Maman. En tout cas pas maintenant. Mes priorités étaient nombreuses. La carrière professionnelle une évidence. S'il fallait devenir Maman a 35 ans, aucun soucis pour moi ! Je disais souvent que si je pouvais accoucher d'un bébé de 3 ans, propre, qui marche, qui parle et qui a un peu d'autonomie ça m'allait bien. 

L-instinct-maternel---Mademoiselle-Maman.png

Je ne me souviens plus très bien quand et comment nous avons décidé de faire un enfant. Je me souviens seulement que dans ma tête cela a très vite : nous étions prêts à avoir notre bébé à nous ! Les choses n'étaient pas pressées jusqu'à ce que je tombe enceinte une première fois. Je me souviens de ce retour de vacances, de ces symptômes, de ces doutes qui ne sont pas vraiment des doutes, du test et hop... ces deux traits rouges qui apparaissent. Un coup de massue qui te tombe dessus : notre vie va littérallement changer, on va devenir parents !!! Notre vie a changé certes, mais cela ne sera pas grâce à ce petit oeuf qui s'est révélé non viable et qui a décidé de me quitter quelques semaines plus tard. Je crois que c'est en constatant ma tristesse et mon mal-être face à cette perte que j'ai réalisé à quel point je voulais devenir Maman. 

 

Quelques mois plus tard, mêmes symptômes, mêmes doutes qui sont plus des certitudes, un test-pipi et hop... ces deux traits rouges qui apparaissent. Loin de moi l'idée de m'emballer, trop peur de vivre une perte de nouveau. Finalement la grossesse se passe merveilleusement bien (ou presque...) et 9 mois plus tard est né notre (splendide) bébé. A la fin de la grossesse je me posais un tas de questions : Comment on change une couche? Mais je ne sais pas donner le bain moi ! Et les biberons ça se prépare comment? Comment je vais savoir si bébé a mal? a faim? a soif? Haaaaa mon dieuuuuuu je ne suis pas prête, vais-je aimer ce bébééééé !!!!! Je me souviens de la réponse claire d'une copine jeune maman : t'inquiètes c'est naturel ! 

 

Et effectivement ça l'est. Dès notre rencontre j'ai oublié tous ces doutes. Il est mon bébé. Je suis sa Maman. On est une Famille. C'est mon évidence. Les gestes sont arrivés naturellement. J'ai eu l'impression d'avoir toujours fait ça ! Je faisais énormément confiance à mon instinct. Je me suis surprise plus d'une fois. ZAM dit que je parle comme une Maman depuis que je suis tombée enceinte. J'aime cette idée ! Je viens de passer les 7mois3/4 dernier à me poser un tas de questions pour répondre au mieux à ces besoins, à ces envies, à son confort. J'essaie chaque jour de le comprendre. J'essaie qu'il me fasse confiance les yeux fermés. L'amour que je ressens pour lui a été immédiat à sa naissance et ne cesse d'augmenter chaque jour ! Je suis complètement gaga de ce petit gars là. Je fais des areuh. Je fais wouaf wouaf si ça doit le faire rire ! Je lui fais un tas de papouilles. Je saute partout pour le distraire. Je chante "Aux Champs Elysées" ou "Alouette gentille alouette" 1000000000 fois par jour car il aime ça ! Je lui fais des bisous partout pour le rassurer. Je lui dis 10000000 fois par jour qu'il est beau et que je l'aime ! Je (on!) me relève la nuit pour le remettre sur le dos (quand il pleure en se réveillant sur le ventre)! Je fais des km en poussette pour le calmer, l'endormir, le distraire ! Je me balade avec un sac à main dédié à sa vie à lui ! 

 

Et depuis une semaine mon bébé est malade. Rien de grave, on appelle ça ici une Bronchiolitis. Pas de médicaments, juste du doliprane, du mouchage de nez, et de la patience. En plus de ça il nous sort (enfin!) sa première dent (j'y reviendrai bientôt) et il semble souffrir le martyr! Nos nuits ont été récemment écourtées. Des réveils nocturnes en pleurs. Besoin d'un câlin, d'un biberon d'eau (avec médoc!), une chanson pour retomber dans les bras de morphée. Il passe du rire aux larmes en quelques secondes. Il réclame d'avantage d'attentions. Et se calme (pas toujours!) particulièrement dans les bras. Il chougne plus que la normal ! Tousse à s'en faire vomir ! Son nez est une fontaine à microbes dégoulinants. Son oreille infectée le démange ! Le sommeil est perturbé. Je passe mon temps à le moucher. Le rassurer. Le porter. Lui donner sa dose de médicaments. Le réconforter. Jouer. Faire la débile. (Parfois péter un plomb de fatigue ou d'énervement) Bref SOS Bébé malade à la maison ! Je viens de passer 30min à le calmer et l'endormir pour la sieste de l'après-midi. En chantonnant, cajolant, je l'observais et me suis dis "Ouah je suis Maman !"

 

Ce tout petit c'est moi qui lui ai donné la vie. Ce tout petit n'a rien demandé et de notre amour nous l'avons crée. Ce tout petit a besoin de nous, tout le temps, partout pour bien grandir. Ce tout petit on lui dédie notre vie. Ce tout petit n'a que nous en modèle. En référence. En réconfort ! Ce tout petit me regarde comme une sainte alors à moi d'assurer et de lui donner tout l'amour que j'ai d'emmagasiné. Mon instinct maternel est né avec lui, disparaitra avec moi ! Je le dis souvent mais ce petit gars là c'est toute ma vie ! Ce n'est pas tous les jours facile d'être maman, ha ça non, mais quel bonheur de l'avoir dans notre vie !

 

 

 

Et toi ton instinct maternel quand est-il né ? 

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:26

C'est un sujet qui me prend aux tripes. En plein coeur. Un sujet que j'ai longtemps refoulé, repoussé, comme s'il pouvait porter la poisse ! Mais c'est un sujet qui m'a bouffé de l'intérieur pendant longtemps. Et un jour ZAM a réussi à m'en faire parler. J'ai pu mettre des mots dessus. J'ai peur de la mort. J'ai perdu trop de personnes chères. En trop peu de temps. Sans avoir le temps de reprendre mon souffle ! J'ai accompagné trop de proches dans leur deuil, en me demandant chaque fois si j'avais réussi à vivre les miens! C'est même étonnant de ma part de réussir à l'écrire aujourd'hui alors que j'ai pendant longtemps refusé de prononcer ce mot. Les mots ne sont finalement pas nombreux pour exprimer ce malaise tellement il est difficile de le comprendre. Certes, vous me direz, tout le monde en a peur au fond de lui. Personne ne peut aimer ça. L'idée qu'un jour tout se termine. L'idée qu'on ne maitrise pas tout. Et en devenant Maman, l'idée horipilante de la mort se mêle à la peur. Une peur qui grandit. Une peur qui s'étend à chaque instant. Peur des risques de la maison autour de mon bébé. Peur d'une mauvaise chute, d'un mauvais geste. Et puis il y a les peurs où je me prend pour folle. Peur du kidnapping. Peur de tomber sur une nounou crazy ! Peur de le perdre...

 

 

Peur-de-le-s--perdre---Mademoiselle-Maman.pngLoin de moi l'idée de vous filer le cafard. Alors ravalez votre peine, votre larme que je ne saurai voir et retrouvez de suite votre gaieté. S'il vous plait ! La mort est un sujet qui fait partie intégrante de la vie, et en l'écrivant aujourd'hui c'est avant tout, une nouvelle fois pour faire part de l'amour viscéral qui m'unit avec ces deux là ! Mon amoureux je l'ai choisis. Je lui ai ouvert ma vie. Car il me plaisait. Me correspondait. Me complétait. Ensemble nous avons crée la plus belle merveille de notre vie. Notre fierté.  Un fils, le plus beau, le plus coquin, le plus gentil, le plus drôle... (ben oui c'est notre fils quoi!) A tous les trois nous formons un trio indéstructible basé sur l'amour, la confiance, la compréhension, la discussion. Mes hommes je les aime d'un amour démesuré qu'il est devenu impossible à décrire. Un amour si fort que sans eux je ne suis plus moi même ! Un amour si profond que je donnerai ma vie pour leur bien-être, leur confort, leur bonheur. Bien que je sais que sans l'un de nous trois, le trio serait un peu branlant. Et oui notre force on la puise dans nos trois corps. Nos trois coeurs !

 

Je les regarde, je les observe, je les admire. J'aime leur sourire. J'aime leur regard. J'aime leurs mouvements. Je ne me lasse de leurs jeux. De leur rire. De leur gaîeté. De leur amour pour la vie. Je réalise qu'ils sont mes hommes. Que ma vie tourne autour d'eux. Que je suis faire d'être leur nana. La nana du trio ! Et que j'aime ça ! Alors sans qu'ils s'en appercoivent vraiment je me blottis contre eux, respire leur douce odeur qui m'ennivre, je me drogue au contact de leur peau et ne peut résister à leur glisser un mot d'amour. Je souris interieurement, j'aime me dire que ma vie est plus parfaite que je ne l'avais rêvé gamine, que je suis chanceuse de l'avoir à mes côtés et qu'on a drolement bien bossé pour obtenir ce magnifique bébé ! La mort me fait toujours peur, alors parfois je pars dans mes pensées et je me mets à m'imaginer le pire. La maladie. L'accident. La folie ! La fin du monde. La perte de mes amours les plus chers. Demain. Ou dans 50 ans ! Et je ressens un profond vide en moi. Une boule qui se forme au fond de moi et qui ne partira qu'après un sourire de leur part ! Ou pas... 

 

Il faut juste ne pas y penser. C'est ce que je me dis à chaque fois. Il faut profiter de ce que la vie offre de meilleure : Elle-même ! Alors je vis ! Chaque jour à fond ! Je profite. Je dévore. Je m'ennivre ! J'en ai jamais assez ! Alors je vais en chercher encore plus ! Et parfois je sais me poser. Observer. Analyser. Et me rendre compte de la chance que j'ai. Des petits bonheurs qui composent mon quotodien. Se rendre compte de son bonheur. Pour avancer sereine. En se disant qu'au pire on aura eu une belle vie ! C'est facile à dire, car évidemment si je les perdais je ne me redresserai que difficilement. Si je me redresse ! 

 

 

Et toi quelle est ta peur ?

 

 

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

RESULTATS CONCOURS "OU VONT NOS SOUVENIRS ?"

Boutique Moi Aussie / www.moi-aussie.com

Et la gagnante est CHRISTELLE, Commentaire n°15 ! Bravo à toi. Je t'envoie un mail ! 

Capture-d-ecran-2012-11-29-a-08.26.37.png

Merci à toutes les participantes d'avoir joué. 

La Boutique MOI AUSSIE vous gâte encore ! 4 bon d'achats aux 4 plus intéressées, aux 4 plus rapides des participantes qui laisseront un commentaire ici en premier. 

- 20% sur COUTURE

- ou 10% sur DECORATION

Dites moi ce que vous préférez.

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 07:36

Bebe-au-biberon---Mademoiselle-Maman-copie-1.pngParfois il y les matins câlins (tout doux, tout tendre, tout sourire!) et parfois y'a les autres. Ceux où ZOULETTE se réveille bien plus tôt que d'habitude. Et appelle !!! Du genre "haaaa" qui veut dire "maman je suis réveillé". J'ai envie de lui répondre "mais t'as vu l'heure!". Mais je ne réponds rien je fais celle qui n'a pas entendu. Je continue de dormir. Ou je continue mes occupations. Mais c'est sans compter sur le second "Haaaaaaa" du genre "ouh ouh t'as pas entendu? je suis réveillé?" Ces matins là je suis comme perdue. Prise au dépourvu ! (Un bébé dormeur vous donne des mauvaises habitudes tout de même!) Je ne sais jamais quelle attitude adopter. Il est arrivé que je réponde au premier appel et qu'une fois sorti du lit ZOULETTE soit ronchon, se frotte les yeux et réclame le lit au bout de 20min. "Damn j'aurasi du le laisser". Et puis parfois les appels cessent rapidement, et en entrouvant tout doucement la porte pour-ne-pas-le-réveiller-ou-me-faire-repérer, j'apperçois mon bébé endormi, serein. "Faux appel. On recommence plus tard!". Et puis parfois sa nuit est vraiment terminée. Peu importe les stratagèmes mis en place, les mots doux à travers la porte pour lui dire de faire dodo, quand il a décidé qu'il ne voulait plus dormir, il ne veut plus dormir. Peu importe l'heure indiquée par le réveil.

 

Et ces matins je ne les aime pas. Non pas parce que mon fils m'agace. Non pas parce que j'ai encore envie de dormir. Non pas parce que je ne supporte pas son ralage matinal. Non pas pour pout tout ça ! Ces matins je ne les aime pas car dans le mauvais caractère de mon fils : je me vois ! Mal-aimable ! Tétue. Déterminée. Oui c'est tout moi! Avec une touche d'impatience du papa et voilà on a ZOULETTE les mauvais matins.

 

Quand c'est un matin sans câlin, sans sourire, sans tendresse. C'est un matin où il appelle en hurlant dès la première fois. Ou rien ne le fera stopper. Il râle de plus belle quand j'essaie de lui parler. Il doit se dire "non non maman j'ai compris que tu ne voulais pas me lever mais moi J'AI FAIM!" Oui j'ai remarqué qu'il y a souvent un lien de cause à effet. Alors ces matins là je me lève du lit encore toute endormie. Ou bien je stoppe toute activité en laissant tout en plan. Je rentre dans la chambre, tente le rituel du matin mais MonSeigneur râle jusqu'à sortir du lit. Alors je le prends avec moi. Il se calme. 2 secondes. Il s'agite. Grogne. Il veut sortir de la chambre. Malheur le biberon n'est pas prêt. Je dois déposer ZOULETTE dans son transat, bien l'attacher car il remue tellement qu'il en tomberait. Quelques secondes pour préparer son bib' à la hâte. Me poser la question :"Mais il est quelle heure? Ouh la la je lui donne combien? Il n'attendra jamais 12h30!" Peu importe faut nourrir l'ogre alors un bib' complet, on remue, on choppe un bavoir et hop on est prêt. On attrape ZOULETTE dans le transat, on s'installe tant bien que mal sur le canapé, on essaie de lui enfiler le bavoir mais le lion se défend. Il grogne de plus belle. Il parait vraiment mécontent. Pressé. Affamé. (Oui j'avoue je ne lui donne à manger qu'un jour sur deux!). On est prêt, sa bouche est grande ouverte à la vue du biberon, et hop biberon fermement attrapé. Tenu par les deux mains. SILENCE.

 

Ces matins ronchon avec cet air de vouloir dire "Je te parlerai après mon bib Maman" me fait amusement penser à moi certains matins, incapable d'aligner 3 mots et qui dit à ZAM "On peut en reparler après mon café!" Les chiens ne font pas des chats finalement, c'est ça? Avant de vouloir un bébé il faudrait faire un point sur ses propres défauts et les corriger si on ne veut pas les voir chez bébé.

 

Le bib' enfilé, je retrouve mon ZOULETTE repu, souriant, heureux. Prêt à causer. Prêt à jouer. Prêt à rigoler. Prêt à accueillir tous mes baisers. La journée peut commencer !

 

 

 

Et toi, tu connais aussi ces matins grognons?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 22:23

"Tout ça" c'est quoi? Décider de faire un enfant, tomber enceinte, le mettre au monde, l'inclure dans notre quotidien qui tournait si bien à deux, alors pourquoi pas à trois ? Depuis sa naissance la vie est toute autre : nouvelles responsabilités, nouvelles questions, nouvelles inquiétudes, nouvelles crises... Parfois trop destabilisés, trop chamboulés, pas prêts, trop fragiles : des parents subissent le Baby-Clash. Qu'est ce que c'est? C'est la séparation du couple avant que bébé n'ait soufflé sa première bougie. Il parait que c'est fréquent. Il parait que nous sommes tous concernés. Lectrices enceintes vous ne devriez pas lire cet article, ou sinon si lisez le afin de vous préparer au sauvetage de vous et votre amoureux...

Cette réflexion a commencé hier, lors des confidences de l'Irlandaise pendant notre balade poussette du mardi. Je lui parlais des soucis de couple de LaGirafe qui se pose un tas de questions sur sa vie amoureuse depuis l'arrivée du Girafon (9 mois). J'en plaisantais et jouais ma fille-femme-mère trop bien dans son couple, trop amoureuse de son amoureux-homme-père ! Gloups. J'avais mis le point sur un sujet délicat, l'Irlandaise se confie alors sur ses difficultés avec l'Irlandais, ses questions sur sa vie de femme, sa vie de mère, sa vie d'épouse. Gloups. Je n'en dirais pas plus cela relève de leur vie privée.

 

 

Le-couple---Mademoiselle-Maman.pngMais alors pourquoi une telle crise quand l'arrivée d'un enfant devrait rimer avec béatitude, émerveillement, zénitude, amour, calme et volupté? Les raisons paraissent nombreuses. Tout d'abord c'est clair ça chamboule le vie à deux. Et pour cela il faut être prêt, il faut être fort, il faut savoir faire face aux crises. Quelles qu'elles soient ! Le remaniement concerne d'abord le couple : entre les deux conjoints et avec leur monde social. Les nuits sont souvent écourtées, la fatigue accumulée, les questions sans réponses multipliées, les conflits exagérés et la vie sociale diminuée. C'est ce qu'on dit. 

Puis il y a le chamboulement individuel qui est bien différent entre la mère et le père. La femme est devenue Maman. Son comportement a changé à l'instant où elle a appris sa grossesse. A la seconde où son bébé est né. La fusion est instantanée, l'intêret devient singulier, les priorités bien différentes. Souvent la mère établie une grande proximité avec le bébé et en parrallèle une certaine distance avec son conjoint. Ses heures, sa journée, sa semaine, sa vie est tournée autour des besoins et des envies de ce tout petit être. Quitte à mettre à l'écart le rôle du papa et à laisser de côté les moments d'intimité conjugale.

Pour le Père c'est différent. Un nouveau sens de responsabilité se développe en lui. Lui est devenu Papa à partir de l'instant où son regard a croisé celui de son enfant. Parfois quelques heures ou quelques jours plus tard. Il a besoin d'un peu plus de temps pour réaliser. Il devient le chef de famille, son rôle de protection de la mère et de l'enfant est immédiat. L'apprentissage de la paternité se fait avec le temps, fait grandir sa maturité. Pour lui aussi la relation avec sa femme peut être chamboulée : elle est devenue mère à ses yeux avant d'être sa femme? Son corps appartient désormais au bébé qu'elle nourrit à la demande? Les moments à deux se font rares?

 

 

L'un des plus gros risques au clash du couple est le manque de sommeil, soit l'accumulation de fatigue. Cela dépend énormément du bébé et du comportement adopté. Il est certain que si pendant plusieurs mois, le couple est réveillé toutes les 2 heures par un bébé qui pleure, passe des heures à le nourrir et/ou le rendormir, ressent une fatigue croissante chaque matin, cela jouera sur les nerfs de chacun. Sur la patience. La tolérance. La compréhension. L'affection. Comment ne pas se disputer, éprouver un désaccord quand le bébé pleure depuis des heures? Que notre seule envie est de dormir? Que nos façons de faire divergent? Et si en plus de ne pas ou peu dormir, ce bébé réclame le contact, être toujours dans les bras? La Maman se balade maintenant collée à son bébé. Ses activités se trouvent donc diminuées. Et sa tolérance affaiblie. Papa a repris le boulot, ressent la frustration de ne pas assez voir son enfant, mais en rentrant le soir il se permet des réflexions maladroites sur le ménage pas fait, la maison en désordre... Alors la Mère sort du placard, encore en pyjama, complètement lessivée de sa journée, le regarde de travers et lui dépose dans les bras un bébé en pleurs, elle ne rêve que d'une douche ou du grand air! Là les disputes peuvent éclater sur un malentendu ou une incompréhension.

 

Le Baby-Clash dépend de tellement de facteurs. Peut-être qu'il suffit d'être prévenu pour y faire face? Elaborer un plan d'attaque à deux, pendant que bébé est encore bien au chaud? Se promettre d'être fort à deux, de vaincre cette peur et ce chamboulement? Oui car l'arrivée d'un bébé devrait/doit être l'instant le plus émouvant de la vie de couple. La concrétisation d'un amour pour la vie. L'affection de parents à reporter sur bébé. Mais cela ne devrait pas supprimer la vie d'adultes, la vie de couple. Il faut s'en rendre compte et se forcer parfois, au nom de notre amour pour l'autre, au nom de notre couple. Réfléchissez baby-sitter et octroyer vous une soirée en amoureux? Une nuit? Un week-end? Quand l'occasion se présente retrouvez-vous en tête à tête pour vous raconter votre journée, parler d'autre chose que du bébé. Ne cessez pas vos projets, vos rêves, l'avenir vous appartient toujours. Mesdames pensez à chouchouter Monsieur-Votre-Mari par des délicatesses, un délicieux met. Messieurs n'oubliez pas que le quotidien avec un bébé est loin d'être reposant, alors pensez à Madame-Votre-Epouse en la bichonnant, la surprenant, la cajoleant.

Bébé est tout arrivé sur la planète terre, il a besoin de repères pour avancer, pour grandir. Et ses repères c'est vous ! Alors soyez fort, il parait qu'après un an on a fait le plus gros chemin. Il parait...

 

 

Et vous Baby-Clash ou pas? Témoignez !

 

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

JEU AVEC CADEAU sans-rapport-avec-le-potiron #juste-parce-que-j'ai-envie

Parceque la lecture de cet article vous aura peut-être donner un coup. Je ne veux pas que vous vous sentez mal à cause de moi. Alors petit jeu et petit cadeau (oui on ne va pas faire des gros cadeaux à chaque fois je suis australienne mais pas cresus - pfff sans rapport-).

Mon cadeau ? Un dessin fait de mes petites mains. Pour votre blog. Votre plaisir. Ou mettre en cadre. Lol

Et si votre bout de chou se retrouvait en dessin? Ou un portrait de famille. Ou une nouvelle bannière !

 

Bébé a 6 mois - Mademoiselle MamanMademoiselle Maman - Le BlogYoupi - Mademoiselle MamanDépart en vacances - Mademoiselle Maman

 

 

Pour cela c'est très simple, il suffit de participer avant MERCREDI 24 OCTOBRE 2012 - 12 heures

 

- En laissant un commentaire sur cet article avec les mots "COUPLE"  "AMOUR"  et "DESSIN"

- En donnant votre avis/votre témoignage sur le Baby-Clash !

- En répondant à cette question : Depuis combien de temps suis-je folle amoureuse de ZAM ?

- En partageant cet article sur votre page Facebook (un peu de publicité ne fait jamais de mal pour un blog)

A VOUS DE JOUER ! 

 

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman 

Repost 0

Facebook---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Hellocoton---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Twitter---Mademoiselle-Maman.png

Le-Blog---Mademoiselle-Maman.png Les-conseils---Mademoiselle-Maman.png

Coup-de-coeur---Mademoiselle-Maman.png Monsieur-Papa---Mademoiselle-Maman.png

 

Melle-Mam---Mademoiselle-Maman.png

 

Mademoiselle-Maman-2013-copie-1.pngA Propos : Zaz + Zam = Zoulette (né en Avril 2012)  et Zébulon (né en Février 2015) Quelle est la recette du bonheur? Les coups de gueule d'une jeune maman? Les joies et les peines d'une famille expatriée en Australie ! Notre quotidien de jeunes parents...

Les réponses aux questions que l'on se pose toutes (enfin moi je me les suis posées hein...)! Je m'appelle ZAZ, j'ai 30 ans. Je suis folle amoureuse (et il me le rend bien!) de ZAM depuis bientôt 8 ans. Nous sommes les parents de Zoulette et Zébulon, deux p'tits gars adorables et déjà plein de malice. Mademoiselle est devenue Maman : découvrez mon histoire et mon quotidien !

 

Retour à la page d'accueil

 

Me contacter : zazdaustralie@hotmail.com 

 

 

Articles-recents---Mademoiselle-Maman.png

Categories---Mademoiselle-Maman.png

 Newsletter---Mademoiselle-Maman.png

Pour suivre l'actualité du blog en direct...

Blogroll---Mademoiselle-Maman.png

 

- Marjolaine de Mamour Blogue

- La Prune Blogueuse

- Sous une étoile

- La Reine de l'Iode

- Fanala dans BB en route

- Marjolie Maman

- Sophia, expatriée en Asie "30 ans une vie nouvelle"

- Chez Vany

- La mare au canard de la Mère Cane

- Joyeux Bordel au fond du Jardin

- BlaBla et cie de Sophie

- Papa Blogueur

- Maman Café Addict

- La Vie rêvée de Maman

- Chroniques d'une Maman

- Lady Butterfly

- Anaïs et sa petite vie

- Hélène Citrouille

- Adventure Mom 13

- Les sorcières au clair d'étoile

- Ma vie en couleurs

- Baby meets the world

- La mère flémarde

- 1 boîte 2 bonheur

- Read my mind

- Kiff mes secrets de canon

- Petite fleur de cerisier

- Maman est occupée

- My Baby Girl Blog

- La mélodie des jours

- BBBs Mum

 

 

 

A-droite-a-gauche---Mademoiselle-Maman.png

 

 

Mes illustrations plaisent. Mes illustrations se baladent à droite à gauche sur les blog des copines !

Retrouvez ici tous les articles illustrés par ©Mademoiselle Maman ! 

 

 

- Bannière et Avatar chez Mamour Blogue

 

- Bannière et Avatar pour les 3 ans de blog de Lady Butterfly

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

- "J'ai toujours pas de rideaux", chez Blabla et cie

 

- "Avant j'étais une femme normale, mais ça c'était avant!", chez Maman Bavarde

 

- "Alors? Débordée?", chez Mamour Blogue

 

- "Tu peux pas compatir, t'as pas d'autres enfants", chez Truffi.net

 

- "Off", chez Rachel Passions

 

- "Inventaire à la Prévert", chez Véro Vire au Vert

 

- "Le Terrible two est arrivé!", chez Blabla et cie

 

- "Vivre dans un tourbillon", chez Mama Twins

 

- "Allo la Dass", chez Vive les pestes

 

- "Ma dépression post-partum", chez Les Blablas de Lili

 

- "Elle est plus forte que moi", chez Mon Incroyable Vie de Maman

 

- "Aujourd"hui j'aurai du reprendre le travail" chez Mama Twins

 

- "Bébé qui pleure = couple en péril", chez Les Blablas de Lili