Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 04:04

zoulette-super-heros.pngDepuis bientôt 3 ans c'était lui le bébé. Lui l'enfant unique. Notre premier. Celui qui nous a fait devenir parents. Celui avec qui nous avons appris. Tout appris. Les bonnes et les mauvaises choses. Zoulette a toujours été un enfant facile, dormeur, bon mangeur, mais un p'tit gars qui demande sans cesse de l'attention. Du réconfort. D'être rassuré. Qui n'aime pas décevoir. Qui n'aime pas qu'on ne l'aime pas. Qui veut tout faire bien. Bref un hyper sensible.  

Quand nous avons appris la grossesse de Zébulon, nous avons tout de suite eu envie de le mettre dans la confidence. Histoire de partager un doux secret tous les trois. Nous lui avons beaucoup parlé. Comme nous faisons chaque fois. Nous l'avons préparé. Nous avons anticipé. Nous avons répondu à toutes ses questions. Et avec nous il a attendu avec amour l'arrivée de ce bébé. 

 

Puis Zébulon est né. Les premiers jours nous les avons vécu en cocon familial. Et c'était super. Avec Zébulon nous sommes rentrés à la maison 12 heures après la naissance. Puis nous sommes restés chez nous, tous les quatre, sans voir personne, pendant 4 jours. La meilleure idée qu'on est eu pour profiter de cet évènement. Nous avons vécu au rythme du bébé, au rythme des enfants je devrais dire, en profitant de chaque seconde, et en se permettant de tendres moments familiaux. Zoulette a adoré pouvoir dormi (un peu) dans notre lit. Pouvoir diner dans le salon sur le canapé. A profité des repas qu'il préfère. Cette semaine a été douce et pleine d'amour. Un régal.

Oui mais voilà la vie a du reprendre doucement son cours. Zam au boulot. Zoulette à la crèche. Et la nouvelle routine familiale a du se trouver. Pas facile pendant quelques jours. Chacun était un peu perdu. Chacun cherchait sa place. La famille cherchait sa nouvelle organisation. Et on devait tous avancer malgré la fatigue s'accumulant. J'ai l'impression qu'on a marché les uns à côtés pendant quelques jours avant de reprendre notre souffle. C'est à ce moment là que j'ai observé mon bientôt 3 ans, si grand et si petit à la fois. Zoulette semblait fatigué. Perdu. A poser 1001 questions. Il restait très attentionné avec son petit frère, son bébé comme il l'appelle. Mais était devenu plus dur à notre égard. Testant chaque jour un peu plus nos limites. Regressant à souhait dès qu'il le pouvait. Refusant notre dialogue. Défiant nos règles. Zam s'énervait. Je perdais patience. Mais je voulais comprendre. J'étais attristée de voir mon fils ainsi se débattre avec ses émotions. Hyper sensible qu'il est. Mais pas facile de prendre le temps dans ce nouveau tourbillon. Notre grand bébé semblait nous échapper. Comme si nous le comprenions plus. 

 

L'arrivée d'un nouveau né perturbe notre vie de parents. Elle est donc forcément destabilisante pour l'enfant qui voit se voit perdre sa place d'enfant unique. Je pensais l'avoir préparé. Mais c'est seulement devant le fait accompli que nous pouvons observer, analyser et solutionner. Ce n'est pas facile de voir son petit se battre avec des émotions qui le dépassent complètement. A tout juste 3 ans je voyais qu'il n'était pas bien dans ses baskets. Qu'il semblait nous tester mais en fait c'est sa place à lui qu'il cherchait.

J'ai décidé de prendre du temps pour "mon grand". Prendre le temps d'observer et de comprendre. Avec mon maitre mot : patience et discussion.

 

Ce matin Zoulette m'a piqué une crise de larme inexpliquée. Des larmes. Une envie de câlin. Une fatigue évidente malgré les 12 heures de nuit d'où il sortait. J'allais lui dire de ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller le bébé, puis je me suis tus. Ce n'est pas juste pour lui de changer son rythme pour un bébé. Il a le droit aussi à toute notre attention et considération. Certes nos vies sont différentes maintenant que nous sommes quatre. Mais lui a le droit de garder un peu de son exclusivité. On a alors parlé. COmme on peut parler avec un 3 ans. J'ai répondu à ces questions sur le bébé. Je lui ai dis à quel point nous l'aimions fort. Et qu'il restait notre bébé aussi. Mais qu'il était plus grand que Zébulon. Son regard signifiait la complexité à trouver sa place. Il me dit souvent que le bébé a besoin de lui, qu'il doit le protéger. Alors je lui dis que l'on a tous besoin de lui comme il a besoin de nous. Qu'il ne doit pas protéger le bébé, que c'est nous Papa et Maman qui devont les protéger tous les deux. Je lui parle de sa place importante et unique dans notre famille. J'essaie de profiter de moments privilégiés avec lui...

 

Mais à l'instant c'est lui qui m'a résumé au mieux notre situation. Nous jouions ensemble pendant la sieste de Zébulon. Et là sans crier gard, il me sort avec son petit anglais parfait "Maman, you're my best friend!" Je fonds. Je lui réponds et toi tu es qui? Il réfléchit et me dis "Moi je suis ton super héros. Un super héros rigolo" Et il éclate de rire.

 

On s'enlace. On s'embrasse. On rigole. Et je me dis qu'il a raison. Il est notre super-héros qui nous rend si fier. Notre super-héros pour se sentir bien. Se sentir aimé. A nous de bien lui rendre....

 

 

 

Et toi, comment sont-ils devenus Grand Frère ou Grande Soeur chez vous? 

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 03:54

Non mais les gars vous auriez pu me prévenir quand même ! Oui vous les copines avec vos 2, 3 enfants ou plus. Pourquoi ne m'avoir rien dit? J'aurais bien aimé être préparée, en avoir parlé avant, pour réfléchir aux solutions envisageables. Comment ça de quoi je parle? Mais de cette FAILLE TEMPORELLE. Celle dans laquelle je suis tombée à la naissance de mon 2ème il y a 5 semaines. Celle dans laquelle ON s'est retrouvé du jour au lendemain avec Zam. Celle qui te fait perdre toute notion de temps, où ta seule préoccupation devient non pas dormir, non pas manger, mais juste appuyer sur le bouton STOP pour obtenir 2 minutes pour toi-même. Je vous vois déjà moqueuses à vous dire "Mais elle croyait quoi?" Ok ok j'avoue je pensais gérer. Je me disais 1 ou 2 ça va ça le fait. On va y arriver. En fait, ce qu'on s'attendait le moins c'était la vie avec un nouveau né. On avait oublié. Sauf que maintenant on a un presque-3-ans à gérer en plus. En même temps, c'est le genre de truc que si tu le sais avant, tu n'y vas pas. Alors que... c'est quand même chouette.

 

Bref avoir 2 enfants à la maison (je ne vous fais pas le tableau de la vie avec un nouveau né hein, celle là je l'avais oublié et je suis bien tombée dedans) c'est : 

- Quand l'un dort tu en as un autre à gérer. Terminé la sieste du mercredi après midi pour maman fatiguée. Quand le 2ème s'endort, le 1er se réveille. 

- Quand tu accordes enfin 3 minutes au grand pour jouer, il est content, mais le petit pleure de faim à ce moment là

- Répondre aux 100000 "Pourquoi" de ton grand au sujet du petit, alors que toi même tu n'as pas les réponses "Pourquoi il pleure?" "Je ne sais paaaaaaaaaaas"

- Préparer dans tous cas le dîner pour le grand, avec le petit accroché au sein

- Donner la douche au grand, avec le petit accroché au sein

- Emmener le grand faire pipi, avec le petit accroché au sein

- En fait, oublier les tétées tranquilles en présence du grand et apprendre à tout faire dans la maison avec le petit accroché au sein

- Quand à 6heures du mat' tu as enfin rendormi le petit après la tétée du matin, penser se recoucher pour rattraper son sommeil mais avoir le grand qui débarque dans la chambre "Maman j'ai faim, petit déjeuner s'il te plait" Ok la journée commence.

- Ne plus prendre le temps de boire ton café tranquille au réveil

- Profiter de 10 minutes de tranquilité pour lire? écrire? se reposer? NON ! Tu lances une machine, range les jouets qui trainent, fais la vaisselle, et essaye que ta maison ressemble à quelquechose.

- Compter sur les copines au parc pour soigner le bobo du grand ou le rattraper en haut du tobbogan... car tu as le petit accroché au sein

- Etre en manque de sommeil mais avoir toujours quelquechose à faire

- Espérer regarder un film en amoureux quand ils sont enfin couchés à 20.30 mais s'endormir au bout de 10 minutes sur le canapé

- Devoir se justifier auprès de la famille à 17000km pour notre absence sur Skype depuis quelques jours. "Trop dur à gérer maman. Pas envie aussi"

- Ne plus avoir le temps parfois de manger, de se doucher, d'aller faire pipi

- Alors je te parle pas du temps pour lire, écrire, se pomponner, bloguer (heureusement l'iphone existe ainsi tu peux restée connectée même en donnant le sein :-)

- Multiplier par 2 les lessives

- Multiplier par 2 le temps pour partir de la maison

- Multiplier par 2 le temps pour TOUT

- Quand tu es tranquille avec l'un c'est l'autre qui fait des siennes et vice-versa

IMG_5346.jpg

Ouai si on m'avait dit tout ça, j'aurais fais une VRAIE cure de sommeil avant la naissance, le plein de vitamines, j'aurai préparer d'avantage de plats à surgeler, j'aurais faire une retraite spirituelle pour préparer mes chacras...

Avoir 2 enfants c'est crevant. Surtout les premières semaines, le temps de la mise en place de l'allaitement, le temps de retrouver une organisation, de réviser nos priorités et nos graves / pas-graves. Mais il parait que ça se calme ensuite. Je veux bien le croire. Zébulon a bientôt 6 semaines et ça commence à aller un petit peu mieux.

 

Mais avoir 2 enfants c'est aussi :

- Redoubller d'amour pour ces bouilles d'amour qui sont les notres

- S'extasier devant le grand qui fait des calins au petit 

- S'extasier devant le petit qui sourit et gazouille en voyant le grand

- Les imaginer partager les moments de jeux et les rires dans quelques mois

- Espérer qu'ils soient complices et s'entendent toujours bien

- Etre fière d'être la maman de 2 petits garçons formidables

- Faire des plans pour les rendre HEUREUX quoi qu'il arrive

- Se sentir FAMILLE

- Réussir finalement à s'organiser en se trouvant des ressources insoupsonnées. Et s'en satisfaire ! 

- Savourer la moindre minute où ils dorment en même temps (comme maintenant ;-) ils sont à la sieste depuis 1.30 ! Bonheur !)

- Se retrouver en amoureux à 20.30 et... parler de nos enfants... avec le sourire... et sereins... car ils dorment.

- Réclamer toute la journée qu'ils veulent bien dormir pour avoir enfin la paix. Et une fois qu'ils dorment, aller les observer avec un sourire béat en se disant "mais qu'ils sont beaux"

- Les trouver formidables

- Quand tu n'es pas avec eux, regarder encore et toujours les 10000 photos d'eux que tu as sur ton smartphone

- Etre incapable de s'imaginer sans eux : nos évidences

- Ne parler que d'eux

- Etre encore plus amoureuse de ZAM avec qui je partage ce bonheur là.

 

 

Car avant tout, malgré le besoin de sommeil, les cernes qui s'accumulent, l'esprit toujours (trop) occupé, avoir 2 enfants c'est la magie de partager un amour à 4. Le bonheur de les observer et les voir grandir. La fierté de chaque nouveauté. La sérénité de se contenter d'un sourire ou d'un calin pour faire notre journée. Revoir ses priorités et ses besoins essentiels. Ne plus imaginer la vie autrement. Avoir 2 enfants c'est avoir de l'amour qui déborde de partout. Et continuer à parler d'un petit troisième car on en a jamais assez (Zam si tu me lis, je te jure que tu en as envie aussi. Juste tu ne le sais pas encore.... Jtm)

 

Et vous, la vie à l'arrivée du 2ème c'est comment? 

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 04:00

Il y a bientôt 3 ans je vivais mon premier accouchement. Bien que je l'avais raconté très positivement ici, j'ai réalisé ces derniers mois qu'il n'avait pas été si parfait. Sans les cours de préparation, je m'étais rendue à l'accouchement sans savoir ce qui m'attendait. Je n'avais aucune connaissance de mon corps et mes ressentis. J'étais impatiente que ce bébé sorte sans comprendre les avantages à mener ma grossesse au bout. Je n'avais aucune idée quant à la gestion de la douleur des contractions. Les derniers jours j'étais comme une enfant capricieuse qui réclamait quotidiennement à l'obstrétricien de me déclencher. C'est d'ailleurs un peu ce qu'il a fait quand il m'a vu arriver ce mardi avec mes premières douleurs ; il a lui même percé la poche des eaux pour accélerer le travail. Je ne m'étais pas renseignée sur les conséquences de la position de Zoulette : postèrieur, 59 minutes de poussée je m'en rend compte maintenant c'est long, le doc a utilisé les forceps, Zoulette est sorti tout abimé, blessé et a passé 30 minutes en couveuse pour se remettre. De plus la péridurale, certainement un peu trop dosée, m'a retiré toute sensation. Puis m'a couché au lit pendant 3 jours. Ce fut ma plus grosse frustration quand j'ai réalisé tout cela bien plus tard...

FullSizeRender

Pour cette deuxième grossesse j'ai voulu quelque chose de tout à fait différent. Je voulais vivre cette connexion avec mon bébé lors de la naissance. J'ai suivi des cours de préparation à l'accouchement. Et surtout j'ai pratiqué pendant ma grossesse le Yoga. La relaxation. Un régal... J'ai appris à connaître mon corps. Sentir mes sensations. Imaginer mon bébé. Apprendre à respirer, souffler. Appréhender et mieux maitriser la douleur. Pour Zoulette j'étais zen pendant 9 mois, cette fois j'étais méga zen et prête pour un accouchement naturel. J'ai surmonté mon impatience des derniers jours. J'ai relativisé. Et attendu que bébé veuille de lui même montrer le bout de son nez.

Lundi 9 Février est la première véritable journée où je craque. 41 semaines viennent de passer. J'en ai marre. Je m'ennuie. Je pleure. Je boude. Je parle au bébé. Cette journée n'est en rien drôle. Alors je m'occupe en nettoyant une nouvelle fois à fond la chambre de bébé, termine les dernières lessives, peaufine mon sac de mater et celui de Zoulette, reçoit le colis tant attendu de ma grand-mère pour le bébé... Le soir je boude auprés de Zam, lui dit que j'en ai marre, que je ne pensais pas une fois de plus dépasser mon terme. Alors on décide d'aller se coucher... Je m'endors direct. Il est environ 21 heures 30 ! 

Dans la nuit je rêve de mon accouchement. Je suis seule, chez mes parents, dans leur salle de bain, et je mets au monde mon bébé toute seule. Mon père intervient dans le rêve pour me dire que du monde est en train d'arriver pour rencontrer le bébé. Je m'énerve calmement et l'envoi balader. Et là dans mon rêve je pousse un cri de douleur... Je revois la tête stupéfaite de mon père... (Un an que je ne l'ai pas vu, je crois qu'il me manque)

 

Cette douleur me réveille d'un coup. Mon regard tombe sur le réveil. Il est 1.22 du mat'. J'ai mal. Je souffle. Je me détends. La douleur passe. Qu'est ce qui m'arrive? Je décide de me lever pour aller aux toilettes, boire un coup, je me recouche et de nouveau une douleur qui m'oblige à reprendre ma respiration. Il est 1.26am. Zam se réveille. Il m'observe. Me demande comment ça va. Je ne sais pas trop. C'est nouveau ces douleurs pour moi. Il me demande s'il doit appeler l'hôpital. Je lui dis non c'est bon. Ca se calme. On commence à se recoucher mais à 1.34am nouvelle douleur. Puis 1.38am. Je n'arrive plus à parler. Je suis concentrée sur moi. Quand je rouvre les yeux sur Zam, il est habillé, il est en train de charger les sacs dans la voiture qui tourne déjà devant la maison, il a appelé l'hôpital et la copine qui va héberger Zoulette. Il va chercher notre fils qui dort. Je ne réfléchis pas, j'enfile une robe, boucle ma trousse de toilette, rassemble quelques affaires qui trainent, et charge mon sac à main. Je rejoins mes hommes dans la voiture, tout en m'arrêtant régulièrement pour souffler. Zoulette est réveillé, demande ce qu'on fait dans la voiture, son père est en train de lui expliquer ce qui va se passer cette nuit. La voiture démarre.

Pour aller chez la copine on a 3 minutes de voiture, 3 minutes où je suis plutôt calme. Le temps de parler à Zoulette, lui expliquer, le rassurer. Il n'a pas l'air contrarié et ça me fait un bien fou. La copine m'enlace fortement quand on arrive chez elle, me dit "Ca va aller", et prend en charge mon gamin. Je reprends régulièrement mon souffle mais je peux encore gérer le couché de mon loulou, avec quelques mots d'amour, un gros bisou et un bye bye à la porte. Il a l'air bien et ça me soulage tellement. Je peux partir sereine. Il est 2.00am ! 

 

Là commence mon supplice, une demi-heure de voiture, sur des routes de campagnes sinueuses et cabossées, en pleine contractions qui reviennent environ toutes les 3 minutes. Je ne sais plus comment m'installer. Je pense passer sur la banquette arrière mais on a installé la veille le siège auto du bébé, du coup avec celui de Zoulette, il n'y a pas de place pour ma position à quatre pattes. Du coup je me mets sur les genoux, redressée, dos à la route, sur mon fauteuil passager. Vraiment difficile de mettre en pratique ce que j'ai appris dans de telles conditions. Entre 2 contractions je me relaxe et arrive à plaisanter avec mon Zam. Qui a l'air super détendu. Et semble super bien gérer.Les dernières minutes de voiture paraissent interminables. Surtout les 2 feux tricolores qu'on se prend au rouge avant d'arriver à l'hôpital.

 

Il est 2.30am quand Zam gare la voiture devant les urgences. Je n'ai qu'une envie, prendre l'air et marcher. Je descends doucement et demande à Zam de gérer. Moi je le suis, à mon rythme, tout en gérant mon souffle, me créant ma bulle, faisant des pauses régulières. Marcher c'est super, je me sens un peu mieux. La sage femme qui me prend en charge me propose chaise roulante ou brancard pour me rendre à la mater. Non merci, je veux marcher. Alors je traverse les couloirs, prend l'ascenseur, à mon rythme suivi par elle et mon amoureux qui essaie encore de me faire rire. En arrivant à la maternité, une nouvelle sage-femme, Sandra, me fait passer en salle de contrôle. Elle veut remplir des papiers et que je m'allonge pour contrôler mon col. M'allonger? Impossible ! Je veux continuer de marcher. Alors je tourne en rond dans la petite pièce. On a oublié mon sac dans la voiture, avec mon carnet de suivi de grossesse. Zam part le chercher en courant. En arrivant devant les urgences la sécurité lui demande de déplacer la voiture au parking. Il a du être un super héros dans une autre vie, car je n'ai à peine le temps de remarquer son absence qu'il est déjà revenu. La sage-femme veut que je m'allonge, je lui réponds NON avec un air pas très aimable. Je continue de tourner en rond. J'ai mal. Je perds doucement pied. Je n'arrive pas toujours à respirer correctement ou à garder en tête ma petite bulle imaginaire. Je commence à douter de ma capacité à y arriver. J'ai envie de faire pipi. Elle me montre les toilettes. Quelques gouttes seulement sortent, à peine. Par contre je remarque du sang. Ca me fait tourner la tête. Je sors de là. Je n'ai pas le temps de parler qu'une contraction me transperce de part en part. Je tombe quasiement à genoux. Je pousse un cri. Je me souviens de la surprise de Zam. Et le regard de la sage femme qui dit "Monsieur rassemblez les affaires, on part tout de suite en salle de naissance" Ha ben quand même ! 

 

Tête de mule que je suis je ne veux toujours pas de chaise roulante. Je marche toute seule jusqu'à la fameuse "Birth Suite" où je le sais, je le sens, ma vie va prendre un tournant. Je suis crevée que je lui dis en arrivant. Elle sourit. Me demande comment je veux accoucher. Je lui réponds debout si possible. Mais bizarrement tout en lui répondant ça je m'allonge pour qu'elle m'ausculte. Les douleurs viennent de changer. Les contractions sont vraiment différentes. Presque moins douleureuse. Par contre mon bas-ventre tiraille. Le poids du bébé me semble lourd. Elle m'ausculte et me dit "vous êtes ouverte à 10 mademoiselle!" Ha bon? Quelle surprise? (Ironie) 

 

Il est 2.50am ! Et d'un coup mon corps me parle. J'hurle que je dois pousser. Alors pousse qu'elle me dit ! C'est parti. Tout ce que je n'avais pas senti la première fois pour Zoulette est en train de m'arriver. Je ressens tout mon corps. Je sens mon bébé qui descend. J'observe Zam et retombe amoureuse. Je pense à notre fiston de 3 ans. Et je souris à cette nouvelle vie qui arrive. J'hurle de toutes mes forces. Je respire fort. Et je sens mon bébé arriver. Je prends 3 secondes pour plaisanter en disant en français à Zam "Put*** j'hurle comme un cochon" Zam explose de rire. Les sages femmes nous observent sans comprendre. Je rigole à mon tour. Zam me dit qu'il m'aime, que je suis incroyable. Je me sens forte et continue à pousser. 

 

 heu.jpg

Mardi 10 Février - 3.09am : il est né. Il est sur moi. Il est superbe. Il est tout propre. Pas abimé. Il pleure. Je pleure. Je ne ressens plus aucune douleur. Je le sers contre moi. Je suis si fière. Si fière de moi. De lui. De nous. J'ai vécu cet accouchement comme je l'avais imaginé. Sans péridural. J'oublie à la seconde toute la douleur. Je l'observe. Je l'admire. Il cherche le sein. Je pensais que cela me dérangerait et en fait non ! Zam m'embrasse et me couvre de compliments. Il est fier lui aussi. Il est réconcilié avec les accouchements. C'est le nouveau plus jour de ma vie. Ma vie de femme. Ma vie de mère. Je suis comblée. J'ai maintenant 2 enfants.

 

 

Accoucher sans péridural permet de se remettre assez vite physiquement. A 4.00am je prenais une douche et m'habillais. Puis appelais moi même ma famille pour annoncer la bonne nouvelle. Puis je me suis installée confortablement dans un fauteuil, mon bébé tout contre moi. 3,850kg et 55cm de bonheur pure.

A 7.00am nous rejoignions une chambre partagée. On est 4! Il était question dans mon dossier que si tout allait bien je rentrerai rapidement chez moi. En Australie selon les hôpitaux, maman et bébé peuvent partir entre 4 et 6 heures si tout va bien ! J'ai seulement insisté pour allaiter plusieurs fois en présence d'une sage femme pour adopter les bons gestes. Et oui, j'allaite cette fois. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis non? Souvenez-vous et ! J'y reviendrai... Après les visites du docteur et pédiatre, nous étions "décharger". A 14 heures 30, soit pile poil 12 heures après mon arrivée, nous reprenions le chemin du retour à la maison, avec notre bébé d'amour. A 15 heures nous arrivons à la maison, Zam est allé cherché Zoulette déposé à la crèche le matin par la copine. 

 

 

Il est temps de commencer notre nouvelle vie à 4 .... Que du bonheur ! 

Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 06:01

Portrait.jpgDernière ligne droite de cette seconde grossesse : je termine doucement ma 39°SA. C'est fou comme les 9 derniers mois sont passés à une allure folle. Rien à voir avec la grossesse de Zoulette, il y a 3 ans où je n'avais que moi à penser. Là entre Zoulette bientôt 3 ans, le boulot, mon couple, la maison, je n'ai pas l'impression réelle d'avoir pris du temps pour moi. Sauf peut-être ces derniers jours car j'arrive à la fin.

J'ai vécu comme la première fois une merveilleuse grossesse. Quelques maux mais rien d'insurmontable. Un peu de fatigue mais rien de décourageant. Bébé m'a donné mes premières angoisses quand lors de ma visite de la 36°SA la sage-femme la découvert en siège. Mais après quelques jours de séances de yoga, relaxation intensif, quelques jours de relativisation, quelques jours de poirier, et surtout un retournement manuel par la doctoresse, Bébé s'est finalement mis et est resté en bonne position.

 

Bref... Ce sont mes derniers jours de grossesse et Bébé se manifeste. Bouge encore beaucoup. A engagé la tête. Et appuie très fort vers le bas. Du coup je ne travaille (enfin) plus. Je me repose. Je continue le yoga et la relaxation. Ai commencé l'hypnose pour me préparer à l'accouchement. J'écris mes sentiments dans un petit carnet consacré au bébé. Je relis le carnet de Zoulette. Et je me souviens....


Je me souviens la jeune femme que j'étais lors de ma première grossesse. Avec mes principes. Mes préjugés. La jeune femme active, sûre d'elle, qui pensait détenir tous les savoirs de cette maternité à venir. Je me souviens de la mère que je suis devenue au premier regard, au premier contact avec mon fils. Cet amour inmesurable. Cette passion débordante. Cette façon de vouloir tout maitriser. Cette manière de ne pas refuser l'échec. Et finalement ce tourment dans lequel je suis rentrée quand mon fils ne répondait plus à mes principes de base. Je me souviens il m'a fallu quelques semaines, quelques mois pour me retrouver... Pour trouver cette femme, cette mère que je suis aujourd'hui ! Cette mère aimante, toujours débordante d'énergie mais qui sait enfin tout arrêté pour se consacrer à son fils. Cette mère devenue patiente prête à assumer des heures durant les mauvais jours de mon fiston sans crier, sans hurler, sans perdre pied. Cette maman qui observe, essaie de comprendre et aime trouver des solutions. Des bonnes. Des durables. Qui conviennent à chacun.

Oui aujourd'hui, 3 ans plus tard, j'ai grandi avec lui. Grâce à lui. Je me suis trouvée. Et j'apprécie d'autant plus cette femme que je suis devenue. Cette mère que je suis et ces nouveaux principes que j'assume complètement. Une adepte du calme. De l'observation. De la discussion. De la compréhension. Une pratiquante de l'éducation sans violence. Bannir la fessée comme le geste de facilité qui ne résolue rien. Aujourd'hui je passe d'avantage de temps avec mon fils, à essayer de comprendre ses émotions, ses réactions. Le laisser pleurer sur mon épaule en cas de chagrin. Le rassurer. Le câliner.  Etre présente pour lui. Anticiper. Expliquer. Répéter. Je suis plus mature. Plus organisée. Plus souple. Et je sais d'avantage profiter de chaque petit bonheur que m'offre la vie.

Je suis finalement devenue le contraire de ce que j'imaginais 3 ans auparavant. J'ai mis de côté nombre de principes inculqués par mon éducation. Pour laisser place à de nouveaux propres à ce que je suis, ce que nous représentons en couple, en famille.  Je suis, ma plus grande fierté, devenue une mère à l'opposé de ma mère. J'écoute. Je complimente. Je suis patiente. Et n'applique aucune autorité sans explication.

 

Enceinte de mon deuxième, à quelques jours de notre rencontre je réalise ce chemin parcouru. Je réalise la lourde responsabilité qui est de devenir mère. D'essayer d'être une bonne mère. Je n'ai évidemment pas cette prétention mais je suis fière aujourd'hui de mon fils, de notre relation, de notre cocon familial. Certes parfois il y a des faux pas. Parfois nous sommes les uns ou les autres plus fatigués. Moins patients. Plus énervés. Les réactions de Zoulette, enfant précoce, me dépassent parfois. Mais dans l'ensemble nous vivons dans un équilibre qui nous correspond et nous va bien à tous les trois.

 

Avec Zoulette je suis devenue mère. J'ai grandi. J'ai changé. Zébulon bénéfieciera de ces années d'expérience. Avec lui je serai la même en différente. Avec lui j'aimerai tenter l'allaitement. J'aimerai pratiquer le portage. Chose qui m'était innimaginable il y a 3 ans. Avec lui je laisserai moins pleurer. Avec lui je serai plus patiente et compréhensive. J'essaierai de reproduire ce qui a marché avec Zoulette. Je saurai m'adapter en cas de besoin. Dans quelques jours je deviendrai une nouvelle fois maman. Zoulette deviendra grand frère. Je me sens si sereine. Si heureuse. Si impatiente de le rencontrer. J'aime être mère. Ce rôle passionnant dans ma vie de femme. 

 

Et toi, quel a été ton sentiment en devenant mère une seconde fois? 


Illustration : Nathalie Jomard

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 05:00

Grossesse - Bébé 2 - Garçon - Mademoiselle MamanIl est vrai que je ne publie pas énormément depuis ces derniers mois ! Mais il est vrai aussi que je continue d'être présente sur Facebook ! Donc nombre d'entre vous le savent déjà : nous attendons notre deuxième enfant ! Oui je suis comme ça je balance la chute en début de film, pas de surprise, mais voilà tellement de temps que j'avais envie de le partager avec vous !

 

Il est vrai que depuis 2 ans et demi que nous sommes devenus parents, nous relatons souvent entre nous, avec nos proches, entre blogueuses, à quel point ce nouveau rôle est difficile. A quel point on aurait besoin parfois d'un livre de recettes pour savoir quoi faire, quoi dire, comment agir. Nous sommes fatigués, exténués, on perd parfois patience, on répète 100 fois les mêmes choses, on se fâche, on punit, on pleure... Oui mais après 2 ans et demi, je suis aujourd'hui persuadée que c'est le prix à payer pour tout le reste. Pour le plus grand bonheur de notre vie. Notre évidence. Nos enfants.

 

Oui car être parents c'est surtout ; avoir de l'amour à revendre, déborder de tendresse pour son enfant quel que soit son âge, s'émerveiller devant lui quand il dort, mange, joue ou nous fait son premier caprice calculé ! C'est aussi retrouver son enfance en dessinant, courant à travers la maison pour jouer, lire des belles histoires, construisant des tours de lego, sauter dans l'eau, faire des pâtés de sable, leur apprendre un tas de choses. Etre parents c'est avoir des éclats de rire, des éclats de vie chaque jour dans sa maison. Un fou rire incontrôlé pendant le dîner parce que maman a fait tomber du yaourth et que Zoulette se moque. Aujourd'hui à 2 ans et demi, le bonheur d'être parents se traduit aussi dans le fait d'avoir des conversations incensées avec son p'tit père qui déborde d'imagination. Répondre à ses "Pourquoi?" ses "Comment?" "Maman tu fais quoi?" "Il est où Papa?" Et aussi entendre ses "Je t'aime Maman", "Super-Maman", "Maman t'es jolie" et recevoir ses câlins et ses bisous par dizaine. 

Pour nous être parents c'est constuire ensemble notre idéal familial, discuter pendant des heures de nos valeurs, de nos attentes. Essayer de comprendre ce petit garçon qui fait partie intégrante de notre vie. Lui imaginer un futur heureux et simple à la fois. S'organiser des moments à 3, rien qu'à nous, rien que pour nous ! Voir en lui le résultat de notre amour. Et se dire que nous nous sommes bien trouvés, que notre histoire est une évidence certaine et que notre fils est la prunelle de nos yeux.

 

Puis l'envie d'agrandir ce cercle se fait ressentir, et voilà comment un second petit bout de bonheur est venu se loger en moi. Il y a 6 mois déjà ! D'abord surprise de vivre une grossesse si différente, j'ai eu peur de ne pas offrir au 2nd tout ce qu'on avait fait pour le 1er. Puis après avoir réalisé que dans tous les cas cela se déroulerait forcément différement, l'important était la dose de bonheur disponible pour chacun. J'ai ouvert alors un peu plus mon coeur et je suis prête maintenant pour aimer à la folie ce petit garçon qui m'a l'air déjà bien actif ! Je me surprend à l'imaginer... on lui cherche un prénom qui nous conviendrait à tous les 3.... pas facile sachant qu'à chaque proposition Zoulette me répond "Mmh ça pas joli Maman"... on parle beaucoup de lui... Zoulette comprend de plus en plus la notion de frère... le bébé dans le ventre... J'aime m'octroyer des moments en tête à tête pour le sentir s'épanouir en moi. Des moments que j'aime tout autant partagé avec mon amoureux et ma canaille qui pose ses mains sur le ventre en disant "Allez danse bébé"...

 

Dans 3 mois nous serons 4 ! Notre vie peut être composée de toutes les réussites sociales inimaginables, rien ne remplacera notre bonheur familial. Celui de rire, de s'aimer, de se comprendre, de vivre ensemble. Nos fils sont notre force, notre faiblesse et représentent pleinement notre amour que nous avons l'un pour l'autre, Zam et moi. Dans 3 mois, nous serons une famille un peu plus complète. Dans 3 mois je serai de nouveau mère... pour mon plus grand bonheur ! 

 

 

 

Et toi, quels sont tes p'tits bonheurs de vie familiale? 

 

 

Repost 0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 05:00

On ne le dira jamais assez : le temps file à une allure grand V. Je viens de passer ma semaine à me remémorer ma grossesse, l'accouchement, les premiers jours de Zoulette, ses premières fois, puis la semaine de son premier anniversaire, et le voilà qu'il souffle aujourd'hui 2 bougies. Enfin c'était Jeudi dernier, mon bébé a eu 2 ans !

 

Pour nous, les anniversaires sont chaque année une fête, les notres, puis le sien depuis 2 ans ! Alors depuis Mardi mon bébé a savouré cette fête qui était la sienne. Mardi premier gâteau pour souffler les bougies à la crèche. Mercredi matin on a remis ça au parc avec le club des mamans françaises. Puis Jeudi, Jour J, Zam et moi avions pris notre journée et nous avons annulé la crèche. Histoire de passer la journée tous les trois en famille. Au programme, petit déj royal, expo et activité de dinosaures, lunch au restaurant, gâteau à 4.00 pour le réveil de sieste et jeux/rigolades en famille. Une journée parfaite ! Vendredi matin nous allions au Zoo entre copines avec les enfants, un nouveau gâteau et des nouvelles bougies à souffler. Un régal pour ce petit bonhomme qui préférait souffler 10 fois les bougies que manger le gâteau ! 

 

Zoulette's birthday !Puis Samedi c'était la fête. The fête ! On s'est éclaté. L'année dernière souvenez-vous, il était bébé nous avions fait le thème : La tête dans les nuages. Cette année, pour ce grand garçon de 2 ans, nous avions choisi le thème de la nature et des monkeys (=singes) qu'il adore. L'invitation (dessinée par mes soins) présentait déjà la thématique.

 

 

 

Puis côté déco j'ai opté pour un mélange de deux couleurs : Jaune et Vert. Le tout dans le jardin ! On a eu une superbe journée ensoleillée pour un mois d'Avril d'Automne. Un régal ! Avec quelques monkeys par-çi par-là comme rappel de l'invitation. Zoulette a adoré tout installer avec son père le matin même. Il était aux anges. 

DSC06769.JPG

 

Côté gâteau j'ai hésité longtemps... Il est vrai que l'année dernière nous avions mis la barre haute avec un Rainbow Cake décoré de pâte à sucre. Cette année j'avais un peu moins de temps dans ma semaine ayant repris le travail. Je me suis baladée sur les blogs et je suis tombée sur cette recette que j'ai adoré. Alors on a opté pour le GATEAU DAMIER. D'après la recette du blog j'ai juste doublé les proportions afin que les deux gâteaux soient plus épais, donc gâteau final plus élevé. Résultat parfait ! Un goût à tomber par terre. Les parents l'ont adoré. Zam s'est bien amusé au montage :-)

DSC06757.JPG

DSC06812.JPG

 

 

Mais la version vanille/chocolat ne convenait pas à mon thème et ne paraissait pas assez enfantin. Vu que les invités étaient nombreux pour cette journée (près de 20 couples et pas moins de 30 enfants sont passés plus ou moins longtemps dans la journée) nous avons décidé de prévoir 2 gros gâteau d'anniversaire. Le 2ème était plus coloré. Un Gâteau Damier aussi mais avec une base de gâteau au yaourth :

RECETTE (je l'utilise très souvent, tu peux le couper en deux pour le garnir de confiture ou nutella, c'est super bon)

- 1 pot de yaourth (=90g)

- 1,5 pot de sucre en poudre

- 2 pots de farine

- 80 g de beurre fondu

- 1 sachet de levure chimique

- 3 oeufs

- Tout mélanger dans un grand saladier

- Cuisson : 45min à 180° four chaud

 

 

Un gâteau coloré Jaune. Un gâteau coloré Vert. Même principe de montage. Pile-poil dans le thème. J'ai remplacé la ganache au chocolat par du Nutella pour assembler les cercles. Miam Miam. Côté déco j'ai recouvert le tout d'un sucre glace, j'ai joué avec les petits batonnets de toutes les couleurs, rajouté des bonhommes savanes en pâte à sucre, puis caché les côté avec des gâteaux au beurre. Le résultat était superbe. Comme je l'imaginais. Et la surprise à la découpe réussie. Très réussie. Le goût : un délice ! Bref plutôt fiers de nous pour ces gâteaux d'anniversaire.

DSC06760.JPG

DSC06785.jpg     DSC06814.JPG

 

Evidemment des bougies sur chaque gâteau. Que Zoulette a soufflé plusieurs fois, après avoir chanté Joyeux Anniversaire en français et en anglais. Les petits fanions étaient faits maison sur le thème général. Sur une idée de My Little Day qui propose des printables adorables. Que j'avais d'ailleurs utilisé l'année dernière. 

 

La sweet table proposait aussi des bols de bonbons, des chamallows et des crêpes gigantesques (professionnelles) faites par ma copine la reine des french crêpes ! Elles ont d'ailleurs fait l'unanimité auprès des mummys australiennes ! :-)

 

Bref, une journée d'anniversaire parfaite. Des amis et leurs enfants toute la journée. Les copains de crèche de Zoulette qui le suivent depuis plus d'un an ! Des cadeaux à gogo. On a d'ailleurs décidé d'aménager une salle de jeux pour Zoulette suite à ce birthday ! :-) Et un bébé qui n'est plus vraiment un bébé. Qui a eu l'air d'apprécier cette semaine de fête. Et qui dort depuis 2 jours avec un camion beine :-)

 

 

 

Joyeux Anniversaire Ma Vie !

 

 

 

 

Repost 0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 23:54

Bebe-malade---Roseole---21-mois---Mademoiselle-Maman-Le-.pngZoulette, bientôt 21 mois, déjà 2 Noëls à son actif, 2 Noëls malade... Bonne moyenne n'est ce pas? Alors si cette année on ne les attendait pas ces foutus microbes, je vous promets que le "Jamais 2 sans 3!" va être évité dans la mesure du possible l'année prochaine ! J'ai une année devant moi pour monter mon plan diabolique antifièvredefoliepournoel ! 

 

Une infection pulmonaire avant ses 1 an !

L'année dernière, Zam était en déplacement professionnel en Asie. Nous attendions avec impatience Noël qui était sur le point d'arriver. Son 1er Noël. Mais Zoulette, 8 mois et demi en l'abscence de son papa a décidé de tester mes limites de wondersupermama. La fièvre a monté. Monté. Monté. Pour plafonner à 41°. C'est toute seule, au bout du monde, sans famille, sans beaucoup d'amis à l'époque que j'avais emmené mon bébé à l'hôpital. Deux scans, deux injections d'antiobio, trois nuits sans dormir, une infection pulmonaire plus tard nous avons pu fêter Noël en famille. Puis "profiter" comme on a pu de notre semaine de vacances à la mer, avec un bébé soigné mais fatigué par les derniers évènements. Finalement il avait retrouvé la patate à la rentrée, début Janvier, quand tout le monde a repris le chemin du boulot et de la crèche ! Vacances en famille mitigées.


Une maladie mystèrieuse...

Cette année nous sommes arrivés jusqu'à Noël sans encombres. Le réveillon s'est déroulé à merveilles. Zoulette s'est trouvé une passion dévorante pour les pères-noel en chocolat. Il a adoré ouvrir ses nombreux cadeaux. Jouer avec ses nouveaux jouets. Bref c'était sans compter sur nos vacances qui débutaient le 24. Les microbes ont du profiter de la magie de Noël quelques heures supplémentaires avant de se rendre compte qu'ils avaient loupé leur débarquement. Les viscieux ! Bref ils n'étaient pas là pour Noël mais le lendemain. Zoulette refuse son dîner, s'endort à table, on met ça sur le compte de la journée mer-baignade-soleil-exitation, on n'insiste pas on va le coucher. Il refuse de lire une histoire, il demande la chanson du soir puis s'assoupit avant même que je ne quitte la chambre. Un dernier baiser de bonne nuit, et oups... j'ai failli me bruler les lèvres tellement il était chaud. Je sors de la chambre en annoncant à Zam que j'ai le pressentiement que notre nuit va être pourrie. Ca n'a pas loupé, Zoulette s'est réveillé toutes les 30min (chrono en main) à partir de 23h30. Soif. Chaud. Perte de doudou. Médicament. Cauchemar (il a passé sa nuit à chercher le chien, quel chien? Je ne sais pas Le Chien !).... Il a fini à 5 heures dans notre lit tellement nous étions lessivés. Finalement il trouve le sommeil vers 6 heures, sommeil entrecoupé de réveils jusqu'à 14 heures. Le thermomètre a été formel pendant la nuit : 41° ! Chouette ! 

Notre programme de vacances a été revu à la baisse. On a passé plus de temps à la maison, sous la clim, que prévu. Le médecin n'a rien trouvé. Attendre. Observer. Zoulette est sujet aux grosses fièvres. Elles ont été nombreuses ces derniers mois. 40° pour une poussée dentaire ça ne lui fait pas peur ! Mais là il semble HS. Au radar. La sortie au zoo de ce week-end a failli être regrettée tellement bébé était grognon. Finalement sa curiosité a eu raison de lui face aux animaux...

5 jours plus tard on ne sait pas toujours ce qu'il a eu. Aucun autre symptômes à part des boutons de chaleur. Il est fatigué, décalé, mais il va mieux. Nous avons repris le chemin du boulot/crèche ce matin. Il n'est ici que 10h on verra bien s'il y termine sa journée ! 

 

Bref soit ce gamin ne supporte pas la chaleur de Noël malgré nos attentions. C'est vrai qu'il fait chaud en ce moment, 43° hier ressenti 46°. 80% d'humidité. 

Soit ce gamin ne supporte pas les vacances en famille. Trop de papa. Trop de maman. Une bonne overdose. Mais non ça ne doit pas être ça ! 

Noël prochain, je serai parée...

 

Update de 13 heures : Une Roséole une ! 

La crèche m'a appelé juste après la publication de l'article. Les tâches sur le corps considérées comme des boutons de chaleur s'intensifient. Zoulette s'est endormi au sol. Il n'a pas de fièvre mais parait lessivé. La nanny demande à ce que je vienne le chercher. Je reste perplexe les premiers instants, car je le retrouve dehors, en train de jouer, et de se marrer quand il me voit. Il court retrouver ses jouets en arrivant à la maison. Finalement, on va voir le médecin, et cette fois son diagnostic est formel : Roséole. Mais c'est la fin. Donc du repos seulement pour Ptit Loup. Du coup il s'est endormi pendant le Lunch, sur sa chaise haute. Je l'ai couché dans notre lit, sous la clim, il fait trop chaud dans sa chambre. Vive l'été australien, 33° actuellement. Pas de crèche cette semaine, pas de boulot non plus, bon je vais aller à la sieste aussi... :-)

 

Je reste parée pour Noël prochain ! 

Repost 0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 21:43

sunrise.jpgCes instants sont magiques et imprévus. Chaque jour tu ne sais pas si tu le savourera ou non. Oui car bébé à beau être un bon dormeur, il n'en reste pas moins un bébé, qui se réveille en pleurant, chouignant au mieux hurlant. :-) Qui ne prévient jamais la veille de l'heure de son levé. Si seulement... Et si tu as un bébé comme Zoulette, les réveils matinaux varient entre 6h et 10h, pas facile de s'organiser.

Et pourtant un matin pas comme un autre, oui car il ne faut pas exagérer cela ne font pas partis de la majorité, et bien ce matin Zoulette a décidé de dormir plus longtemps. Il est loin le temps où je tournais en rond en attendant son levé. Terminé le temps où je m'ennuyais et ne savais pas quoi faire. Non maintenant ces matins là je les savoure... Je savoure chaque instant...

 

- Me faire réveiller par le réveil ou le clapotis de la douche de mon homme et non par un bébé hurlant

- Flâner dans le lit 10-20-30 minutes juste parce que j'ai envie

- Prendre le temps de me réveiller doucement en buvant mon café chaud, vautrée sur Zam dans le canapé ou sur la terrasse 

- Savourer le déjeuner en amoureux au goût de calme et volupté, dehors avec les oiseaux

- Traîner sous la douche, et jouer les prolongations dans la salle de bain pour tous les petits gestes prenant soin de moi

- Allumer de la musique, en sourdine, dans la cuisine où les rayons de soleil viennent inonder les fenêtres

- Ranger la maison dans le calme, lancer une machine, bercée par le chant des oiseaux (toujours)

- Se resservir un café, flâner dehors en écoutant (encore) les oiseaux et en admirant de la campagne australienne

- Prendre le temps de réfléchir, de faire le point et de se dire que la vie est belle

- Préparer notre journée dans le calme, faire des listes, faire les sacs, anticiper le lunch

- S'asseoir au bureau, traiter les emails boulot, toujours avec mon café chaud

- Organiser ma journée boulot avec le réveil du tourbillon de ma vie

- Préparer ses affaires et commencer à savourer cette journée

 

Oui le programme n'est pas extraordinaire mais il est fait à mon rythme, dans le calme... Je mène ces matins comme je l'entends et je prépare la folie du reste de la journée. Je prends le temps de me dire que la vie est belle. Que j'aime mes hommes. Que tout va bien ! Et ces matins là font du bien au moral. Ces matins là m'aident à commencer la journée sereinement. Ces matins là sont rares mais font tellement de bien. Ces matins là où la vie se réveille sur notre maison, où les rayons du soleil transpercent notre home sweet home et réchauffe notre coeur. Ces matins là ne sont pas indéfinis, ils ont une fin, celle du réveil du héros de ma vie, qui généralement, après avoir dormi plus longtemps commence la journée par des sourires et des rires ! 

 

Merci à toi mon bébé pour ces matins là ! 

Le matin sonne chez toi en France, alors bon matin à toi !!!

 

Et toi le matin, ça se passe comment chez toi ?

Repost 0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 04:31

photo-copie-1.JPGPeut être l'auriez vous aussi remarquer avec vos cher et tendres et bébés. Mais ils ont leur phase. Un jour ça va un jour ça va pas. Finalement ils sont comme nous. Si un matin tu te lèves du mauvais pied, tu peux être désagréable pour la journée. Et bien mon fils n'échappe pas à la règle. Sauf que pour lui, c'est vraiment cyclique et ses cycles durent 3 semaines !

 

Je crois que nous l'avons remarqué depuis qu'il est tout petit bébé. Au début c'était facile je notais tout. Les heures de dodos, les heures de pleurs, les heures de jeux. Une façon pour moi de mieux le comprendre en analysant mes écrits le soir une fois bébé couché. Et on s'est vite rendu compte que ces bons et mauvais cycles durent 3 semaines environ en alternant. 

 

Aujourd'hui il a 17 mois et c'est toujours valable. En général ça commence après une période ou tout va bien. C'est vrai je peux crâner il est plutôt cool comme bébé (oui je crâne car en ce moment il est dans son bon cycle, j'aurai peut parlé de lui différement il y a 10 jours). Donc tout va bien, on se la coule douce, et un matin la donne change. Un matin suffit pour me dire que la tranquilité est terminé. Il ronchonne. Il râle. Il s'ennuie au bout de 12 secondes. Il ne veut jouer à rien. Ou à tout à la fois. Il n'aime pas tout ce qu'il a dans son assiette. Il fait son difficile. Là c'est évident la mauvaise période a commencé.

 

En général il nous faut quelques jours, une fois bien énervés, pour se dire que quelque chose ne tourne pas rond. On en discute, le matin en se réveillant, le soir en se couchant, pendant les siestes (ô combien bienfaitrices) de notre chérubin. On se retourne le cerveau, on l'observe, on essaie de comprendre ce qui ne va pas. Et souvent les raisons sont multiples : les dents (encore et toujours), une poussée de croissance (encore 3 cm ces dernières semaines), un mal quelconque (et ils peuvent être nombreux), un ras le bol des jeux présents, un ras le bol des menus préparés par maman... Bref toutes les raisons sont imaginables. 

Donc voilà une semaine qu'il est déjà bien pénible. Et nous on cherche des solutions. Et on les applique. En général on remet bien une semaine à trouver la bonne. On en essaye une. Puis une autre. Et enfin on trouve ce qui peut être ne pourrait pas aller dans son petit corps, dans sa petite tête. 

Une petite semaine plus tard, après une nouvelle adaptation de rythme, ou de nouveaux éléments, ou une nouvelle façon de faire ou, ou, ou.... comme par enchantement notre petit ange se lève un matin tout sourire. Et là je sais que c'est reparti pour 3 semaines. Et j'en profite un max. 

 

Depuis 3 semaines, surtout la semaine dernière il a été horrible vraiment très dur. Le début de la frustration du NON. Frustration de la parole. De la compréhension. J'avoue, on s'est fait un peu complètement dépassé par l'arrivée de ses crises de nerfs à se rouler par terre pour le moindre refus. On a très certainement mal réagit, mal agit les premiers jours. Puis on s'est posé, on l'a observé, on s'est documenté, renseigné, on en a parlé et on a adopté notre comportement à nous face à lui. Et aujourd'hui tout va mieux. 

Depuis deux jours il est souriant, parait moins frustré, il ne supporte pas encore le refus de notre part, mais ça dure 10 secondes et hop on repart sur de bonnes bases. Un peu beaucoup en manque de mon fils depuis quelques semaines (trop de boulot, trop de stress, pas assez de sommeil, pas assez de temps), j'ai mis quelques responsabilités de côté ces derniers jours pour plus profiter de lui. Ca aide aussi certainement à la meilleure entente et meilleure ambiance.

 

Je profite. Je l'observe. Je le caline. Je le prends en photo. Je suis fière de lui. Je me dis qu'il est loin d'être un bébé. Je lui apprends plein de choses. Je lui explique. Je me régale. C'est un petit bonhomme bien rigolo, bien gentil que nous avons là. Quel bonheur.

Mais je sais au fond de moi que dans 3 semaines nous repasserons certainement par une période un peu difficile. A chercher à le comprendre. A chercher à l'aider à grandir correctement dans ce monde. Je relativise et tout va mieux dans ces moments là. Il grandit c'est tout, il s'affirme beaucoup, et pour tout cela il a besoin de nous. Besoin que nous allions bien. Que nous soyons patients. Que nous soyons à l'écoute. Alors les 3 prochaines semaines promis je me repose, prend du recul, profite à 3000% du bonheur d'être maman, afin d'être en forme pour passer le prochain cycle !

 

 

Et chez toi, est ce que cela te parait cyclique aussi ? 

 

(La photo? Rien à voir vous me direz ! Mille pardons mais je suis déjà super émga contente d'avoir trouvé quelques minutes pour moi aujourd'hui pour écrire un billet. Je n'ai pas encore la prétention de me lancer dans un dessin. Les journées à 36 heures? J'en rêve ! Par contre j'ai un Iphone depuis quelques semaines alors je crâne avec mes photos.)


Repost 0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 05:00

Je me connecte à Overblog et un pop s'affiche me disant que mon blog vient de passer plus de 45 jours en inactivité. 45 jours !!!! C'est fou comme je n'ai pas vu le temps passer. Depuis sa création j'écris chaque semaine, j'y pense chaque jour, je vous lis réguilièrement. Mais le blog il n'y a pas que ça dans ma vie, alors y'a un moment où on doit prendre du recul, s'organiser pour que tout se passe bien, savoir souffler, se reposer et profiter des bons moments.

 

45 jours sans activité du blog mais 45 jours qui ont certainement changé ma vie ! Vous savez ces projets que vous avez en tête depuis longtemps. Voir des années. Et bien ces projets un jour il faut les concrétiser. Cela demande du temps, de la patience et de la motivation. Je vous ai quitté pour des raisons professionnelles, pour la concrétisation d'un projet de vie qui traine dans un coin de notre tête depuis que je le connais. La volonté de créer quelquechose ensemble. C'est fait ! Mon amoureux et moi nous voilà entrepreneurs, associés, partenaires, collègues. Tout ça à la fois en restant avant tout mon amoureux. J'aurai envie de vous en parler. De vous expliquer. De vous montrer. Mais je suis blogueuse anonyme alors juste croyez moi, ce projet c'est magique ! 

Et depuis ces 45 jours j'ai cette douce sensation d'avoir fait le bon choix. Une nouvelle fois. De préparer encore mieux notre avenir. De voir d'autres projets se rapprocher. De me réveiller chaque matin avec le sourire. En sachant pourquoi on se lève tous les jours. Pour ceux qui me suivent vous savez que les projets sont nombreux dans notre vie. Tout plaquer pour le bout du monde restera sans doute pendant longtemps le plus fou. Mais chaque jour nous peaufinons notre vie. Pour quelle soit toujours plus belle. Toujours plus heureuse ! 

 

J'avais 9 ans quand la maitresse me demandait ce que je voulais faire plus tard: je lui répondais "être heureuse" ! J'ai toujours eu ce doux sentiment en moi que tant que ma vie m'appartenait. Tant que mes choix étaient les miens. Tant que nos décisions étaient prises pour le meilleur de tous. Et bien oui je pouvais être caissière ou pilote d'avion. L'important était mon bonheur.

 

Depuis que je suis en couple. Depuis que je suis Maman il s'en va sans dire que l'important est NOTRE bonheur. 

Nous avons des principes. Nous avons des rêves. Nous avons des envies. Et chaque jour nous nous battons pour rendre chacun de ces points réalisables. Dans la vie professionnelle. Dans la vie personnelle. Même dans l'éducation portée à notre enfant. Le destin a mis sur ma route l'homme le plus beau, intelligent, drôle, rêveur, juste, fou, amoureux que j'aurai pu rencontrer dans ma vie. Merci le destin pour ce coup de pouce. Mon homme mon semblable. Mon complément. Ma soupape. Car aujourd'hui cet homme et moi sommes en parfaite hosmose pour rendre notre quotidien le plus heureux possible.

 

Et quand chaque matin je vois ce petit bout de vie, se réveiller à des heures pas possibles (bébé gros dormeur est revenu), avec le sourire, avec l'envie de jouer et de profiter. Chaque matin je me dis que notre vie est drolement belle. Devenir Maman a été l'évidence suplémentaire dans cette bulle de bonheur. Il est mon tout. Avec son père ils sont ma vie ! Mon petit bonhomme de bientôt 16 mois qui croque la vie à pleine dents. Qui apprend plus de choses en une journée que nous en une semaine. Il est ma boule d'énergie. Il me comprend. Il m'analyse. Il "m'éponge" d'ailleurs un peu trop souvent. Si jamais un matin je me pose des questions sur nos choix, sur 'lavenir je n'ai qu'à le regarder pour tout oublier. Ma vie ne pourrait pas être plus belle sans eux.

La clé de notre bonheur? Ne jamais se plaindre. Voire le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Se dire que bientôt on en rigolera. Savoir prendre du temps à 1. A 2! A 3! On est comme tout le monde, on traverse aussi des périodes difficiles. On est parfois fatigué. Parfois désarmés. Mais ça ne dure pas. On se relève très vite et on avance. On battit notre vie de famille chaque jour de nos mains. Pierre par pierre. On attend jamais que cela nous tombe tout cru. On travaille dur. On passe d'un projet à un autre. On se fixe des objectifs. On s'organise. On sait parfois tout arrêter juste pour quelques heures de repos, de jeux, de rires ! On se ressource. On est chacun la boule d'énergie de l'autre. Les vases communicants. On était un duo. On est maintenant un trio. Et tout cela nous réussit plutôt bien ! 

 

Mon absence du blog est dûe à de nouvelles priorités mais je ne vous oublie pas. J'aime toujours écrire, raconter, partager. Et lire vos commentaires. Alors ne m'oubliez pas non plus, promis je reviens vite ! 

Et n'oubliez pas, vivez votre rêve, ne rêvez pas votre vie ! Vous êtes seules détentrices des clés de votre bonheur. Arrêtez parfois de réfléchir, de vous trouver des excuses et foncez ! Oui bordel foncez! Vivez ! 

 

 

Repost 0

Facebook---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Hellocoton---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Twitter---Mademoiselle-Maman.png

Le-Blog---Mademoiselle-Maman.png Les-conseils---Mademoiselle-Maman.png

Coup-de-coeur---Mademoiselle-Maman.png Monsieur-Papa---Mademoiselle-Maman.png

 

Melle-Mam---Mademoiselle-Maman.png

 

Mademoiselle-Maman-2013-copie-1.pngA Propos : Zaz + Zam = Zoulette (né en Avril 2012)  et Zébulon (né en Février 2015) Quelle est la recette du bonheur? Les coups de gueule d'une jeune maman? Les joies et les peines d'une famille expatriée en Australie ! Notre quotidien de jeunes parents...

Les réponses aux questions que l'on se pose toutes (enfin moi je me les suis posées hein...)! Je m'appelle ZAZ, j'ai 30 ans. Je suis folle amoureuse (et il me le rend bien!) de ZAM depuis bientôt 8 ans. Nous sommes les parents de Zoulette et Zébulon, deux p'tits gars adorables et déjà plein de malice. Mademoiselle est devenue Maman : découvrez mon histoire et mon quotidien !

 

Retour à la page d'accueil

 

Me contacter : zazdaustralie@hotmail.com 

 

 

Articles-recents---Mademoiselle-Maman.png

Categories---Mademoiselle-Maman.png

 Newsletter---Mademoiselle-Maman.png

Pour suivre l'actualité du blog en direct...

Blogroll---Mademoiselle-Maman.png

 

- Marjolaine de Mamour Blogue

- La Prune Blogueuse

- Sous une étoile

- La Reine de l'Iode

- Fanala dans BB en route

- Marjolie Maman

- Sophia, expatriée en Asie "30 ans une vie nouvelle"

- Chez Vany

- La mare au canard de la Mère Cane

- Joyeux Bordel au fond du Jardin

- BlaBla et cie de Sophie

- Papa Blogueur

- Maman Café Addict

- La Vie rêvée de Maman

- Chroniques d'une Maman

- Lady Butterfly

- Anaïs et sa petite vie

- Hélène Citrouille

- Adventure Mom 13

- Les sorcières au clair d'étoile

- Ma vie en couleurs

- Baby meets the world

- La mère flémarde

- 1 boîte 2 bonheur

- Read my mind

- Kiff mes secrets de canon

- Petite fleur de cerisier

- Maman est occupée

- My Baby Girl Blog

- La mélodie des jours

- BBBs Mum

 

 

 

A-droite-a-gauche---Mademoiselle-Maman.png

 

 

Mes illustrations plaisent. Mes illustrations se baladent à droite à gauche sur les blog des copines !

Retrouvez ici tous les articles illustrés par ©Mademoiselle Maman ! 

 

 

- Bannière et Avatar chez Mamour Blogue

 

- Bannière et Avatar pour les 3 ans de blog de Lady Butterfly

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

- "J'ai toujours pas de rideaux", chez Blabla et cie

 

- "Avant j'étais une femme normale, mais ça c'était avant!", chez Maman Bavarde

 

- "Alors? Débordée?", chez Mamour Blogue

 

- "Tu peux pas compatir, t'as pas d'autres enfants", chez Truffi.net

 

- "Off", chez Rachel Passions

 

- "Inventaire à la Prévert", chez Véro Vire au Vert

 

- "Le Terrible two est arrivé!", chez Blabla et cie

 

- "Vivre dans un tourbillon", chez Mama Twins

 

- "Allo la Dass", chez Vive les pestes

 

- "Ma dépression post-partum", chez Les Blablas de Lili

 

- "Elle est plus forte que moi", chez Mon Incroyable Vie de Maman

 

- "Aujourd"hui j'aurai du reprendre le travail" chez Mama Twins

 

- "Bébé qui pleure = couple en péril", chez Les Blablas de Lili