Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:10

"Chez certains enfants, l'éruption des dents de lait passe presque inaperçue, tandis que chez d'autres, elle s'accompagne de divers malaises ou de douleurs" Et bien voilà, on est en plein dedans ! ZOULETTE sort ses premières dents et v'là comme on dérouille. On en bave ! On déguste ! On en a marre !

 

Bon ok surtout lui le pauvre, mais vous ne pouvez pas dire le contraire quand bébé souffre vous souffrez avec lui. Donc je souffre depuis près de 15 jours (3 semaines?). Mais c'est mon rôle de maman, je suis en plein dedans !

 

Poussée dentaire - Mademoiselle Maman

 

A 3 mois il a commencé à baver énormément. Il avait des pleurs qui ressemblait à des pleurs de douleurs. Ni une ni deux on a mis ça sur le compte des dents. On s'est dit qu'il serait précoce, on s'est préparé, on était prêt, "Vas-y ZOULETTE sort ta première dent! Go!" Puis finalement il a continué de baver, les autres symptômes ont diminué, pas de dents à l'horizon. A 5 mois, lors de notre (long) séjour en France, toutes les personnes qui rencontraient ZOULETTE pour la première fois disaient "Oh il fait ses dents ce petit!" Les symptômes étaient nombreux. Rhinopharingite, joues rouges, fesses rouges, diarhées, il ne bavait pas il dégoulinait, il semblait plus ronchon que d'habitude. Les grand-mères étaient fières de penser que leur petit fils du bout du monde ferait sa première dent chez elles. On s'est (grave) équipé : Doliprane, Nurofen, Homéopathie, Collier d'Ambre, Gel anesthésiant, Anneau de dentition, Biscuit dentaire. Avouez qu'on était archi prêt ! Finalement on est rentré chez nous au pays des kangourous sans dents dans la bouche de ZOULETTE. 

 

Puis (courant novembre) il y a eu la période où je ne voulais plus en entendre parler. Voilà plus de 3 mois qu'on mettait tout sur le compte des dents et que rien ne venait. En attendant je trouvais mon fiston de plus en plus ronchon, voire capricieux. Nos journées étaient devenues très compliquées. Difficile de prendre quelques minutes pour moi. Impossible de le poser plus de 5 minutes. Inimaginable de sortir de son champ de vision. Du retard dans le travail à la maison. Crise des 8 mois? De l'énervement. De la fatigue. Des nuits écourtées. A cette période ZOULETTE se retournait sur le ventre pendant la nuit et pleurait jusqu'à ce qu'on vienne le retourner. L'été a commencé à pointer son nez avec ses grosses chaleurs. Mine de rien cela demande pas mal d'organisation avec un bébé ! Parfois il faisait des crises de pleurs qui nous démunissaient complètement, nous rendaient impuissants. Me faisaient devenir cinglée dingue ! (Je sais pas pourquoi je parle au passé car on est encore en plein dedans !)

 

La semaine dernière tout s'est emballé. 39° de fièvre. La toux. Le nez qui coule. Le médecin diagnostique une Bronchiolitis. Pour nous notre bébé est malade (j'en ai d'ailleurs parlé dans le dernier article) alors on lui donne ses médocs, on le cajole, on le rassure ! On attaque notre 3ème semaine compliquée, mais là il y a une raison une vraie alors on assume ce rôle de parents. Et cette raison sera bientôt accompagnée d'une autre. A force de ne plus vouloir entendre parler des dents on avait presque oublié qu'à 7 mois et demi cela pouvait réellement le travailler. Vendredi matin, ZOULETTE se réveille plus tard que ces derniers jours. Il se réveille avec le sourire et en gazouillant. Ca fait du bien. Ca fait longtemps ! Avant de le lever, je joue un peu avec lui dans la chambre, il se met à rire et... mais... que vois-je... dans ta bouche bébé... UNE DENT !!! Il n'y a aucun doute. Il n'y avait rien la veille je suis presque sûre et là elle est bien là ! Je la trouve énorme ! Evidemment on l'attendait en bas comme les manuels disent, évidemment elle arrive EN HAUT A DROITE !!!

 

ZOULETTE semblait soulagé. Décontracté. On a passé un week-end reposant. Les grasses mat ont repris leur place à la maison. Les sourires. Les rires. Les babillages ! Ca fait du bien. Deux jours, juste le temps de se requinquer avec l'épisode II de la poussée dentaire de ZOULETTE. Deux jours seulement de répit pour bébé ! 

 

Une dent ne lui suffisait pas, non, il en voulait d'autre. Hier je me suis aperçue qu'une nouvelle dent avait percé. EN BAS à GAUCHE. C'est mignon ces deux dents qui s'opposent. Mais les deux autres en haut et bas sont en train de suivre, la gencive est gonflée, on voit les traces blanches ! C'est une question de jours je pense. En attendant depuis Lundi notre bébé passe du rire aux larmes. Ca fait mal au coeur. Il ne pleure pas, il hurle. Rien ne le calme. Rien du tout, c'est exténuant ! C'est si difficile de le soulager. On alterne toutes les solutions. Heureusement les sorties en voiture ou en poussette le calment instantanément ! Hier la matinée piscine lui a fait oublié la douleur tellement il s'amusait. En revanche la sieste de l'après-midi et le couché du soir ont été plus rock'nroll. Pour ne rien arrangé, on atteint les 40° depuis hier. On cherche la fraicheur partout. Cette nuit ce n'est pas descendue en dessous de 27°, dur dur de dormir convenablement et donc de se reposer pour une journée si compliquée, si douloureuse. A midi il a hurlé pendant 20 minutes, il refusait tous mes gestes. Il ne voulait pas manger. ll a finit par se calmer avec un petit pot gelé direct sorti du frigo ! (Note pour plus tard!)

 

Mon astuce en or pour calmer bébé à la maison : je l'ai trouvé ce matin. ZOULETTE s'est réveillé aujourd'hui à 8h en hurlant. Le biberon l'a calmé le temps de le boire. Puis il était ronchon. L'homéopathie et le nurofen n'avaient pas l'air de le calmer. Il ne voulait plus son anneau de dentition ni son biscuit qu'il jetait à terre. Et il pleurait, ronchonnait, souffrait. Mon pauvre bébé. Alors cette astuce en or ? Je l'ai calé dans son transat, devant des dessins-animés, et j'ai bercé le transat. L'objectif était de le calmer, finalement en 3 minutes chrono il s'est endormi pendant près de 30 minutes à même pas 9 heures ! OUF...

 

 

 

Et chez vous les poussées dentaires, quels souvenirs ?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 05:45

... ou comment réaliser que tu es belle et bien MAMAN ! L'instinct maternel on en pas parle énormément, cela fait partie des sujets incontournables ou chacun a son avis. L'instinct maternel on te le prête dès ton plus jeune âge quand tu joues avec tes poupées. Un baigneur le jour de tes 6 ans et voilà comment tu deviens pour la première fois une maman. Ou plutôt un petite mère ! Tu choisis son prénom. Ses vêtements. Tu lui coiffes les cheveux. Et l'emportes partout avec toi pour faire des câlins. Et voilà comment on t'inculque sans que tu t'en rendes comptes un aspect bien biaisé de l'instinct maternel. Comme si devenir Maman se résumait au choix du prénom, des vêtements, aux longues balades en poussette et aux câlins tout doux ! L'instinct maternel on commence à te rabacher le négatif à l'adolescence, ha non ma fille pas question que tu deviennes Mère à 16 ans! Tu es bien trop jeune ! Pas prête. Et tes études? L'aimes-tu vraiment? Tu me feras le plaisir d'utiliser un moyen de contraception (et si tu pouvais stopper ton intellect en ne pensant pas et n'ayant pas d'avis !) C'est dingue ça qu'on te mette des poupées dans les bras dès tes premiers pas, et que lorsque tu es en âge de prendre un temps soi peu tes propres décisions, on t'enlève tes poupées, te calent des bouquins et une boite de pilule contraceptive. Bref.

 

Personnellement je n'ai jamais aimé les bébés des autres. Je veux dire que je pouvais ressentir de l'affection pour les bébés de mes copines les plus proches. Ou de mes cousines. Mais l'affection s'arrêtait à offrir à ce bébé un beau cadeau, faire une photo, posait trois questions et c'est tout. Je n'ai jamais été complètement gaga des enfants des autres. Je n'ai jamais fais de areuh areuh. J'ai du changer un seul bébé dans ma vie, mon cousin, j'avais 13 ans, lui 3 mois, il m'a fait pipi dessus. Autant dire que cet unique souvenir en mémoire ne me donnait pas envie de retenter l'expérience. J'ai rarement porter des nouveaux-nés, peur de les casser, certaine de ne pas savoir m'y prendre. Et puis entre nous, quel interêt? Jusqu'à ma rencontre avec ZAM je ne m'imaginais pas Maman. En tout cas pas maintenant. Mes priorités étaient nombreuses. La carrière professionnelle une évidence. S'il fallait devenir Maman a 35 ans, aucun soucis pour moi ! Je disais souvent que si je pouvais accoucher d'un bébé de 3 ans, propre, qui marche, qui parle et qui a un peu d'autonomie ça m'allait bien. 

L-instinct-maternel---Mademoiselle-Maman.png

Je ne me souviens plus très bien quand et comment nous avons décidé de faire un enfant. Je me souviens seulement que dans ma tête cela a très vite : nous étions prêts à avoir notre bébé à nous ! Les choses n'étaient pas pressées jusqu'à ce que je tombe enceinte une première fois. Je me souviens de ce retour de vacances, de ces symptômes, de ces doutes qui ne sont pas vraiment des doutes, du test et hop... ces deux traits rouges qui apparaissent. Un coup de massue qui te tombe dessus : notre vie va littérallement changer, on va devenir parents !!! Notre vie a changé certes, mais cela ne sera pas grâce à ce petit oeuf qui s'est révélé non viable et qui a décidé de me quitter quelques semaines plus tard. Je crois que c'est en constatant ma tristesse et mon mal-être face à cette perte que j'ai réalisé à quel point je voulais devenir Maman. 

 

Quelques mois plus tard, mêmes symptômes, mêmes doutes qui sont plus des certitudes, un test-pipi et hop... ces deux traits rouges qui apparaissent. Loin de moi l'idée de m'emballer, trop peur de vivre une perte de nouveau. Finalement la grossesse se passe merveilleusement bien (ou presque...) et 9 mois plus tard est né notre (splendide) bébé. A la fin de la grossesse je me posais un tas de questions : Comment on change une couche? Mais je ne sais pas donner le bain moi ! Et les biberons ça se prépare comment? Comment je vais savoir si bébé a mal? a faim? a soif? Haaaaa mon dieuuuuuu je ne suis pas prête, vais-je aimer ce bébééééé !!!!! Je me souviens de la réponse claire d'une copine jeune maman : t'inquiètes c'est naturel ! 

 

Et effectivement ça l'est. Dès notre rencontre j'ai oublié tous ces doutes. Il est mon bébé. Je suis sa Maman. On est une Famille. C'est mon évidence. Les gestes sont arrivés naturellement. J'ai eu l'impression d'avoir toujours fait ça ! Je faisais énormément confiance à mon instinct. Je me suis surprise plus d'une fois. ZAM dit que je parle comme une Maman depuis que je suis tombée enceinte. J'aime cette idée ! Je viens de passer les 7mois3/4 dernier à me poser un tas de questions pour répondre au mieux à ces besoins, à ces envies, à son confort. J'essaie chaque jour de le comprendre. J'essaie qu'il me fasse confiance les yeux fermés. L'amour que je ressens pour lui a été immédiat à sa naissance et ne cesse d'augmenter chaque jour ! Je suis complètement gaga de ce petit gars là. Je fais des areuh. Je fais wouaf wouaf si ça doit le faire rire ! Je lui fais un tas de papouilles. Je saute partout pour le distraire. Je chante "Aux Champs Elysées" ou "Alouette gentille alouette" 1000000000 fois par jour car il aime ça ! Je lui fais des bisous partout pour le rassurer. Je lui dis 10000000 fois par jour qu'il est beau et que je l'aime ! Je (on!) me relève la nuit pour le remettre sur le dos (quand il pleure en se réveillant sur le ventre)! Je fais des km en poussette pour le calmer, l'endormir, le distraire ! Je me balade avec un sac à main dédié à sa vie à lui ! 

 

Et depuis une semaine mon bébé est malade. Rien de grave, on appelle ça ici une Bronchiolitis. Pas de médicaments, juste du doliprane, du mouchage de nez, et de la patience. En plus de ça il nous sort (enfin!) sa première dent (j'y reviendrai bientôt) et il semble souffrir le martyr! Nos nuits ont été récemment écourtées. Des réveils nocturnes en pleurs. Besoin d'un câlin, d'un biberon d'eau (avec médoc!), une chanson pour retomber dans les bras de morphée. Il passe du rire aux larmes en quelques secondes. Il réclame d'avantage d'attentions. Et se calme (pas toujours!) particulièrement dans les bras. Il chougne plus que la normal ! Tousse à s'en faire vomir ! Son nez est une fontaine à microbes dégoulinants. Son oreille infectée le démange ! Le sommeil est perturbé. Je passe mon temps à le moucher. Le rassurer. Le porter. Lui donner sa dose de médicaments. Le réconforter. Jouer. Faire la débile. (Parfois péter un plomb de fatigue ou d'énervement) Bref SOS Bébé malade à la maison ! Je viens de passer 30min à le calmer et l'endormir pour la sieste de l'après-midi. En chantonnant, cajolant, je l'observais et me suis dis "Ouah je suis Maman !"

 

Ce tout petit c'est moi qui lui ai donné la vie. Ce tout petit n'a rien demandé et de notre amour nous l'avons crée. Ce tout petit a besoin de nous, tout le temps, partout pour bien grandir. Ce tout petit on lui dédie notre vie. Ce tout petit n'a que nous en modèle. En référence. En réconfort ! Ce tout petit me regarde comme une sainte alors à moi d'assurer et de lui donner tout l'amour que j'ai d'emmagasiné. Mon instinct maternel est né avec lui, disparaitra avec moi ! Je le dis souvent mais ce petit gars là c'est toute ma vie ! Ce n'est pas tous les jours facile d'être maman, ha ça non, mais quel bonheur de l'avoir dans notre vie !

 

 

 

Et toi ton instinct maternel quand est-il né ? 

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:26

C'est un sujet qui me prend aux tripes. En plein coeur. Un sujet que j'ai longtemps refoulé, repoussé, comme s'il pouvait porter la poisse ! Mais c'est un sujet qui m'a bouffé de l'intérieur pendant longtemps. Et un jour ZAM a réussi à m'en faire parler. J'ai pu mettre des mots dessus. J'ai peur de la mort. J'ai perdu trop de personnes chères. En trop peu de temps. Sans avoir le temps de reprendre mon souffle ! J'ai accompagné trop de proches dans leur deuil, en me demandant chaque fois si j'avais réussi à vivre les miens! C'est même étonnant de ma part de réussir à l'écrire aujourd'hui alors que j'ai pendant longtemps refusé de prononcer ce mot. Les mots ne sont finalement pas nombreux pour exprimer ce malaise tellement il est difficile de le comprendre. Certes, vous me direz, tout le monde en a peur au fond de lui. Personne ne peut aimer ça. L'idée qu'un jour tout se termine. L'idée qu'on ne maitrise pas tout. Et en devenant Maman, l'idée horipilante de la mort se mêle à la peur. Une peur qui grandit. Une peur qui s'étend à chaque instant. Peur des risques de la maison autour de mon bébé. Peur d'une mauvaise chute, d'un mauvais geste. Et puis il y a les peurs où je me prend pour folle. Peur du kidnapping. Peur de tomber sur une nounou crazy ! Peur de le perdre...

 

 

Peur-de-le-s--perdre---Mademoiselle-Maman.pngLoin de moi l'idée de vous filer le cafard. Alors ravalez votre peine, votre larme que je ne saurai voir et retrouvez de suite votre gaieté. S'il vous plait ! La mort est un sujet qui fait partie intégrante de la vie, et en l'écrivant aujourd'hui c'est avant tout, une nouvelle fois pour faire part de l'amour viscéral qui m'unit avec ces deux là ! Mon amoureux je l'ai choisis. Je lui ai ouvert ma vie. Car il me plaisait. Me correspondait. Me complétait. Ensemble nous avons crée la plus belle merveille de notre vie. Notre fierté.  Un fils, le plus beau, le plus coquin, le plus gentil, le plus drôle... (ben oui c'est notre fils quoi!) A tous les trois nous formons un trio indéstructible basé sur l'amour, la confiance, la compréhension, la discussion. Mes hommes je les aime d'un amour démesuré qu'il est devenu impossible à décrire. Un amour si fort que sans eux je ne suis plus moi même ! Un amour si profond que je donnerai ma vie pour leur bien-être, leur confort, leur bonheur. Bien que je sais que sans l'un de nous trois, le trio serait un peu branlant. Et oui notre force on la puise dans nos trois corps. Nos trois coeurs !

 

Je les regarde, je les observe, je les admire. J'aime leur sourire. J'aime leur regard. J'aime leurs mouvements. Je ne me lasse de leurs jeux. De leur rire. De leur gaîeté. De leur amour pour la vie. Je réalise qu'ils sont mes hommes. Que ma vie tourne autour d'eux. Que je suis faire d'être leur nana. La nana du trio ! Et que j'aime ça ! Alors sans qu'ils s'en appercoivent vraiment je me blottis contre eux, respire leur douce odeur qui m'ennivre, je me drogue au contact de leur peau et ne peut résister à leur glisser un mot d'amour. Je souris interieurement, j'aime me dire que ma vie est plus parfaite que je ne l'avais rêvé gamine, que je suis chanceuse de l'avoir à mes côtés et qu'on a drolement bien bossé pour obtenir ce magnifique bébé ! La mort me fait toujours peur, alors parfois je pars dans mes pensées et je me mets à m'imaginer le pire. La maladie. L'accident. La folie ! La fin du monde. La perte de mes amours les plus chers. Demain. Ou dans 50 ans ! Et je ressens un profond vide en moi. Une boule qui se forme au fond de moi et qui ne partira qu'après un sourire de leur part ! Ou pas... 

 

Il faut juste ne pas y penser. C'est ce que je me dis à chaque fois. Il faut profiter de ce que la vie offre de meilleure : Elle-même ! Alors je vis ! Chaque jour à fond ! Je profite. Je dévore. Je m'ennivre ! J'en ai jamais assez ! Alors je vais en chercher encore plus ! Et parfois je sais me poser. Observer. Analyser. Et me rendre compte de la chance que j'ai. Des petits bonheurs qui composent mon quotodien. Se rendre compte de son bonheur. Pour avancer sereine. En se disant qu'au pire on aura eu une belle vie ! C'est facile à dire, car évidemment si je les perdais je ne me redresserai que difficilement. Si je me redresse ! 

 

 

Et toi quelle est ta peur ?

 

 

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

RESULTATS CONCOURS "OU VONT NOS SOUVENIRS ?"

Boutique Moi Aussie / www.moi-aussie.com

Et la gagnante est CHRISTELLE, Commentaire n°15 ! Bravo à toi. Je t'envoie un mail ! 

Capture-d-ecran-2012-11-29-a-08.26.37.png

Merci à toutes les participantes d'avoir joué. 

La Boutique MOI AUSSIE vous gâte encore ! 4 bon d'achats aux 4 plus intéressées, aux 4 plus rapides des participantes qui laisseront un commentaire ici en premier. 

- 20% sur COUTURE

- ou 10% sur DECORATION

Dites moi ce que vous préférez.

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 04:51

On a beau se dire qu'il faut profiter. Qu'il faut dévorer la vie. Savourer. Pour ne rien oublier. Ne rien regretter. C'est impossible de tout emmagasiner. De se souvenir de tout. Et parfois ça me frustre. J'ai beau passer des heures à l'observer. A l'admirer. Des heures à le regarder jouer. Sourire. Rire. J'ai beau faire tout ça depuis qu'il est né. Et bien avant. Je passais tant de temps à admirer mon ventre de femme enceinte. A imaginer mon bébé en moi ! On prend énormément de photos. On fait des films. On écrit tellement ! On crée. On en parle. Bref on a beau tout faire pour ne pas oublier depuis plus d'un an, et bien je me rend compte que j'oublie quand même.

 

 Souvenirs---Mademoiselle-Maman.png

Il n'a que 7 mois et déjà je me souviens de moins en moins de son visage de nouveau né. Je ferme les yeux. Je me concentre. J'attrape des brides de souvenirs par ici et par là. Mais le visage recherché reste flou ! Je me souviens de mes sentiments vieux de quelques mois. De mes réactions. De mes impressions. Mais tout ce qui est visuel s'en va doucement. Les sons aussi ! Quand je l'entend appeler aujourd'hui. Ou pleurer. Je me dis qu'il s'est toujours exprimé ainsi. Evidemment que non, mais je crois que je ne me souviens pas. Quand j'entend un tout petit bébé pleurer ça me prend les tripes. Et je reconnais cette sensation. Cette réaction je l'ai eu. Quand il était tout petit bébé. Mais le son de ses pleurs s'éloigne tranquillement. Il a 7 mois, il est assis, se déplace, roule sur lui-même, j'adore le voir évoluer à la maison. L'observer découvrir la vie à sa façon. Je me pose dans un coin et je le regarde. Quand il capte que je l'observe il me regarde, il arrête tout, et il sourit ! Quel coquin. A ces moments là j'ai envie de le dévorer tellement je déborde d'amour. Mais n'a-t-il pas toujours fait ça? Il parait qu'il n'a pas toujours tenu assis! Ha bon? Je ne me souviens plus ! Quand je vois une femme enceinte, je l'admire, je la plains, je l'envie. Mais jamais je ne me compare car j'oublie que j'ai été enceinte aussi ! J'oublie la sensation du gros ventre. J'oublie les sensations quand il bougeait en moi. Je me souviens que j'étais heureuse, que j'étais zen, que j'étais si bien ! Mais c'est tout ! 

 

Les souvenirs aident vraiment à réaliser que le temps passe vite. A se rendre compte de l'évolution fulgurante de nos bébés la toute première année. Qu'on se plaint de notre fin de grossesse et hop en quelques mois tu lui apprends le quatre pattes et lui donne à manger du fromage. Quand tu vois ton bébé aujourd'hui et que tu te souviens de ton bébé hier tu réalises à quel point la vie file à une vitesse Grand V, qu'il faut en profiter. Tout le temps. Dès maintenant. Qu'il faut avancer aussi vite qu'elle pour s'ennivrer de tous les moments qu'elle offre. Les souvenirs aident à relativiser. A ne pas comparer ce qui n'est pas comparable. Hier au parc une amie observe ZOULETTE et me dis : "tu as de la chance il est calme le tiens !" Oui car elle regardait le sien gambader partout et elle ne pouvait se poser. Oui mais le tien à 13 mois, le mien n'en a que 7! Le mien ne gambade pas ! Le tien aussi était calme au parc à 7 mois. Souviens toi ! Elle dit ne pas se souvenir. Mais moi je me souviens pour elle ! On en reparle quand le mien aura 13 mois!!!

 

Où vont les souvenirs que l'on emmagasine toutes ces années? J'aimerai bien me souvenir de mes sentiments quand j'étais bébé pour parfois comprendre d'avantage le mien. Ses attentes. Son inconfort. Ses envies. J'aimerai me souvenir des reproches que je faisais à ma mère pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. J'aimerai me souvenir des conseils que ma grand-grand-mamie me donnait quand elle me gardait. J'aimerai me souvenir du moment où on a décidé de faire un bébé pour me dire que c'était la meilleure des idées. J'aimerai me souvenir de qui j'étais vraiment avant leur arrivée dans ma vie pour réaliser encore plus le bonheur d'aujourd'hui ! 

 

Heureusement je me souviens du premier regard échangé avec mon amoureux. Le premier regard où je me suis dis qu'il était temps de le séduire, de le garder et de faire ma vie avec cet homme là !  Je me souviens du premier regard échangé avec mon bébé. Ce premier regard de Maman qui observe son fils, sa merveille, sa vie. Je me souviens du premier instant tous les trois, ce duo transformé en trio, cette force à trois, cet amour sans limites. Je me souviens... peut-être du principal finalement. Les photos et les vidéos aident à se replonger dans des iinstants de bonheur et de nostalgie, des instants qui nous semblent si loin et qui sont pourtant si prêt à la fois.

 

Chaque matin je me souviens que je les ai, qu'ils m'aiment autant que je les aime et que notre vie pourrait difficilement être plus belle ! 

 

 

Et toi quel souvenir aimerais-tu garder toute ta vie ?

 

 

 

_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

 

SOUVENEZ-VOUS C'EST BIENTÖT NOEL. POUR L'OCCASION LA BOUTIQUE MOI AUSSIE VOUS OFFRE UN CADEAU !

UNE TOILE SUR CHASSIS A CHOISIR SUR LA BOUTIQUE : Page décoration / Cliquez ici  

 Capture-d-ecran-2012-11-20-a-16.23.31.png

QUE VOUS GARDEZ. QUE VOUS OFFREZ. C'EST COMME VOUS VOULEZ !

 

POUR JOUER C'EST SIMPLE :

- Un petit commentaire en citant votre plus beau souvenir de Maman ou de Papa (avoir une adresse mail valide)

- Précisez la toile que vous aimeriez gagner

- Partager cet article que votre page facebook avec un petit mot gentil, d'amour ou blagueur <3

- Partager sur votre page facebook la page de la boutique et aimez la si ce n'est déjà fait : ICI

- Si ce n'est déjà fait, aimer la page Facebook du blog en cliquant ici 

- Jouer jusqu'à Mercredi 27 Novembre 2012

 

BONNE CHANCE A TOUTES ET TOUS <3<3<3

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Et les autres...
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 00:23

Etre Maman en Australie cela implique des différences. De culture. D'habitudes alimentaires. Etre Maman en Australie c'est se poser la question de la routine pour son bébé. Plutôt frenchie? Plutôt Aussie? Quand je parle routine je veux dire Repas (heure, quantité, organisation) et Sommeil. Dans cet article je compare ce qui est comparable c'est à dire des enfants de moins de 12 mois. Le mien en a tout juste 7 !

 

Quand je suis devenue Maman je me suis posée tout un tas de questions, mais je n'ai jamais réfléchis au fait d'apporter des habitudes françaises ou australiennes à mon bébé. Je n'imaginais pas qu'il puisse y avoir des différences. Et puis dans tous les cas je suis bien plus française (pour l'instant!) qu'australienne. Alors quand ZOULETTE est né j'ai agis par instinct. Par habitude culturelle. Ce qui me paraissait le plus juste. Ce que j'avais vu dans mon entourage familial ou amical. Sa routine a progressivement trouvé son rythme. Elle me paraissait être la meilleure possible. Elle convenait et convient toujours très bien à mon fils. Et à nous les parents.

 

Bebe-France-Australie---Mademoiselle-Maman.png

 

Je m'explique. Le rythme de Zoulette est aujourd'hui celui ci. 

Il prend 4 repas par jour. Sur la base (à quelque chose près) de 8h, 12h, 16h, et 20h. Bon le matin vu qu'il est un gros dormeur le premier biberon était à 10h jusqu'à ses 6 mois, aujourd'hui c'est plutôt 9h. L'heure du goûter est variable selon l'heure de fin de sieste. Et le soir il dine plus vers les 19h30 pour être couché à 20h-20h30. Bref nous ne sommes pas là à une demi-heure prêt, vous allez comprendre pourquoi ! Niveau qualité et quantité, je me réfère depuis toujours sur une tonne de site français et ma belle-maman m'avait offert un petit guide des repas de bébé jusqu'à ses 3 ans. Donc un biberon de lait le matin, des légumes+viande+yaourth le midi, des fruits et du laitage au goûter et un biberon de lait et/ou de légumes le soir. Tout ça digne d'un bon gastronome français qui se respecte.

 

Côté sieste, Zoulette a toujours beaucoup dormi. Quand vers ses 2-3 mois il a trouvé son rythme de sieste, ce fut une sieste le matin d'environ 30-40 min. L'après-midi il dormait 2 heures. Et retombait dans les bras de morphée en fin de journée pour 30-40 min. Aussi bien réglé que les préconisations des livres et forums, à 6 mois il a fait sauter la sieste du soir en dormant près d'une heure le matin, et environ 3 heures l'après-midi. Oui oui j'ai un bon dormeur ! 

 

A quelque chose près je ne dois rien vous apprendre. A quelque chose près vos enfants ont du (ou ont toujours) avoir le même rythme. 

 

Tant que j'étais mère à la maison à 100% ce rythme me paraissait parfait et toute la famille vivait autour de ces horaires. Mais les mois passent, Maman reprend une activité (voire des n'est ce pas?), bébé doit se sociabiliser en allant à la crèche. Il a commencé tout doux, une journée par semaine. Mais c'est assez pour réaliser la grosse différence entre notre culture et celle du pays où nous vivons. Les nurses de la crèche ont toujours eu du mal à respecter la routine de notre bébé. On mettait ça sur le fait qu'elles faisaient un peu comme elles voulaient pour bien gérer leur journée avec 8 bébés. Après une journée de crèche, Zoulette semblait heureux de nous retrouver. Il évoluait (évolue toujours, c'est incroyable ces nouveautés!) à une vitesse grand v dans le babillage et les déplacements. Mais il semblait toujours fatigué, réclamait de nouveau une sieste du soir vers 18h et était affamé. Je me suis alors penché sur le rapport écrit de sa journée à la crèche et là j'ai compris. Les nurses faisaient "à l'australienne" !

 

Une sieste du matin proposée plus tôt qu'à la maison. Zoulette est un dormeur, on le met au lit avec doudou, pas de soucis il dort 30 ou 60 minutes. Le repas du midi est proposé (et avalé, évidemment il ne rechignera pas) à 11h00-11h30 mais seule la purée (légumes-viande) est donnée. Il est remis au lit vers 12h-12h30 et dort convenablement ses 2 heures. A son réveil il avale le yaourth qui était prévu pour l'après-purée et la compote prévue pour 16h. Pas de soucis, mon fils aime manger, proposez lui n'importe quoi à n'importe quelle heure il mangera. L'après-midi il joue sans rechigner. Normal, des jouets, des couleurs, des musiques, d'autres enfants et des gentilles dames pour le faire rire, ça l'occupe pendant un bon moment. Vers 16h30-17h00 son biberon de 16h lui est proposé, parfois il le boit parfois il le repousse. Il montre des signes de fatigue alors les nurses le couchent. Quand avec ZAM on arrive à 17h30 notre fils est le seul couché, qui dort profondément. Maintenant je comprends sa fatigue et sa faim quand il rentre à la maison.

Là j'ai réalisé qu'on allait devoir prendre une décision. Certes notre routine française nous allait à merveille. Mais ZOULETTE est né en Australie, va grandir ici, aller à la crèche, rencontrer d'autres enfants, aller à l'école. Pas moyen que mon fils soit en décalage toute sa vie. Alors nous avons quelques temps devant nous, mais nous pensons, nous réalisons qu'après un an ici, il va vraiment falloir se mettre à leur rythme.

 

C'est-à-dire? Après avoir papoté avec mes copines-mamans franco-australiennes qui ont des bébés sensiblement du même âge que le mien voici le topo. Bébé dort peu et mange tout le temps :

- 6h - 7h : Un biberon de lait au réveil (Ok Zoulette les australiens se lèvent tôt il va falloir revoir tes grasses mat', mdr)

- 9h : Sieste du matin

- 10h : Un morning tea : bol de céréales

- 11h - 11h30 : Un lunch (légumes/viande)

- Sieste entre 12h et 14h (tous les bébés australiens que je connais sont couchés à 12h)

- 14h30 : Un en-cas sucré : fruits ou compote ou biberon de lait

- 17h30 : Le repas du soir (légumes)

- 18h30-19h00 : Biberon de lait suivi direct du couché pour la nuit.

Donc vous remarquerez pas de sieste l'après-midi. Mais évidemment il n'est pas rare de voir les bébés tomber de sommeil dans leur poussette ou en voiture. Pour les mamans australiennes, un bébé de 7 mois qui dort plus de 2h-2h30 dans la journée ne s'endormira pas le soir et se réveillera à l'aube. C'est loin d'être le cas pour le mien !


Une base de 6 repas. Mais surtout, un grignotage continuel dans la journée. Les bébés se baladent avec des barres de gâteaux secs dans la bouche. Des morceaux de fruits ou légumes crus à gogo. Des glaces faites maison à base de fruit et de jus. Autant je trouve qu'on est moins bien lotis au rayon puériculture comparé à la france, moins de choix, moins de goût, plus cher (c'est pour ça que je suis une adepte des commandes internet sur les sites français, et des colis de belle-maman. Bref.), autant en ce qui concerne la bouffe ils sont au taqué. Certains objets sont consacrés à faciliter le grignotage du bébé. LDes filets pour grignoter les légumes ou fruits crus. Des attaches gâteaux comme un attache tétine. Des boites pour faire des glaces. Etc...

 

Les copines-mamans (même les mamans françaises s'y sont mis) déjeunent vers 11h avec leur enfant. Et la famille dine entre 17h30 et 18h. Les australiens sont des couches-tot, des lèves-tôt et mangent pour manger. Ils n'ont pas cette culture gastronome que nous avons en France. Avec ZAM on réalise qu'on rigolait de leur rythme mais qu'avec un enfant à la maison on va devoir s'y plier. Gloups...

 

Peut-être que je ne suis pas objective ! C'est à vous de me le dire ! Je suis devenue Maman ici en Australie je n'ai jamais vécu en France avec mon bébé. Ce qui existe ici existe peut-être en France. Certaines mamans françaises pratiquent peut-être cette multitude de repas et ces heures de sieste décalées. Ce couché tôt et ce levé tôt (oui je sais certaines de vous se lèvent tôt et ne l'ont pas choisi). Car ici, certaines de mes copines australiennes réveillent leur bébé vers 7h car dormir plus tard pour elles cela n'a pas de sens. 

 

 

Je suis vraiment curieuse de lire votre avis à ce sujet.

Alors?

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans La vie en Australie
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 07:00

Ca peut paraitre évident. Mais à quel moment le réalisons-nous vraiment? Ce tout-petit-bébé nous l'avons espéré, nous l'avons attendu et il est né ! Nous l'avons porté, cajolé, aimé, embrassé et depuis il fait partie intégrante de nos vies. L'amour est arrivé dès la première seconde (même avant?). Cette évidence qu'il est notre tout. Qu'il est la somme de notre amour. Un peu de lui, un peu de moi et voilà ce merveilleux bébé ! Mais voilà, les mois passent. Et à côté de cette évidence s'installe parfois des questions. Des doutes. Des interrogations. Un manque de réponse. Des craintes pour l'avenir. Oui car ce bébé c'est aussi la perpète. L'obligation d'assurer pour la vie entière. Pas vraiment le doit aux faux pas. Aux coup de blues. Tu es parent, tu en ressors plus grand.


 

Bebe-7-mois---Mademoiselle-Maman.pngLes étapes s'enchaînent et je les ressens chaque fois différemment. Les premiers mois j'ai adoré coocooné, cajolé, emmitouflé de tout mon amour ce tout-petit-bébé ! Puis le passage des 4 mois m'a semblé important, des sourires, des rires, des mimiques (plein!), la petite cuillère. Un bébé qui réagit de plus en plus à son papa et à sa maman ! Un bébé qui est déjà moins un bébé ! Un bébé qui te fait prendre conscience encore un peu plus de ce pas de géant qui a été fait dans nos vies quelques mois plus tôt.

 

 

Et aujourd'hui il a 7 mois. C'est pour moi la seconde grande étape. Nous l'appellions le bébé-parfait. Une routine bien rodée de 0 à 6 mois. Des nuits de 14 heures. Des siestes à rallonge. Une attention peu sollicitée. Un bébé calme et observateur. Nous sommes des parents gâtés. Trop bien habitués ! Puis il grandit. Il change. Il évolue. Certes il dort un peu moins. L'heure du réveil matinal est variable. Les pleurs un peu plus stressant. Un peu plus affirmés. Tout comme son caractère qui fait de lui de moins en moins un bébé ! Quel bonheur d'avoir ce petit-bout-de-vie dans notre maison. Dans nos coeurs. Dans notre vie. Ce petit-bout-de-vie qui respire le bonheur. Qui éclate (très fort) de rire quand il est heureux. Qui pleure (très fort) quand il n'est pas content ! Qui donne l'impression de savoir ce qu'il veut. Qui repousse de sa main l'indésirable. Qui regarde en coin pour obtenir ce qu'il veut. Qui tend les bras pour un câlin. Qui observe les autres enfants et cherche à les toucher. A les comprendre. A les imiter. Qui vocalise, gazouille, assemble des syllabes! Qui jète ses jouets et observe leur retour. Qui chougne quand on quitte la pièce et qui se calme au bout de quelques explications. Qui devient zinzin au contact de l'eau qu'il adore tant ! Qui s'endort avec son pouce et son doudou quand c'est l'heure, peu importe où on le pose ! Qui mange de plus en plus et ne semble jamais rassasié ! Qui regarde maman de coin quand il joue avec papa et regarde papa quand c'est maman qui joue. Qui tient assis parfaitement, commence à maitriser l'allure commando, qui cherche à se mettre debout à chaque appui ! Qui bat ses petits pieds quand il voit la vie debout sur ses jambes.

 

 

Notre tout-petit-bébé est devenu un petit-bout-de-vie qui vient de fêter ses 7 mois ! Sa route est encore bien longue, sa vie devant lui, mais l'évolution déjà tellement affolante. Et c'est maintenant que je réalise (un peu plus) son arrivée dans notre vie. Il est notre évidence. Notre force. Notre baromètre. Quand il ne va pas bien on s'effondre. Et puis on se relève très vite car il a aussi besoin qu'on le tire vers le haut, qu'on le pousse vers devant. Quand on joue avec lui le temps s'arrête. Quand il nous regarde, nous cause ou nous sourit plus rien ne compte autour de nous. On ne se lasse de l'observer. De l'admirer. De se dire qu'il est beau. De réaliser notre fierté. De l'avoir pour enfant. Et que nous soyons ses parents. Nous refléchissons pour trois. Nous sommes le trio magique. Celui qui fait que notre vie est si jolie. Certes un jour il deviendra un grand frère. Notre amour sera partagé entre nos bébés. Mais lui restera indéniablement notre premier. Notre merveille. Celui qui nous a rendu parents, plus grand, plus fort ! Celui qui nous fait réaliser le sens de notre vie. De cet amour sans faille qui nous unit. Ma vie c'est lui. C'est eux. Mes hommes que j'aime si fort si fort ! 

 

Il y a 7 mois je suis devenue Maman. Mon amoureux est devenu Papa. Notre vie a pris un tout nouveau sens. Notre nouvelle vie a tout juste débuté. A la naissance de ce-tout-petit-bébé devenu ce tout-petit-bout-de-vie qui remplie notre vie. Mon fils est toute ma vie ! 

 

 

 

Et toi, quand l'as tu réalisé?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Mois après mois
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 22:12

Maman-fatiguee---Mademoiselle-Maman-copie-1.pngCombien de fois j'ai pu l'entendre cette phrase. 

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as un bon boulot !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as une vie de couple épanouie !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, tu pars régulièrement en vacances !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as tout de la fille heureuse !

Les sujets sont futils. Les excuses bidons ! Les gens qui t'empêchent de te plaindre, sont souvent les gens qui n'arrivent pas (et n'arriveront jamais) à relativiser leur vie ! Qui se plaignent de tout et de rien à la fois. Qui voient le verre à moitié vide quand tu le vois à moitié plein. Les gens qui ne seront jamais heureux car c'est toujours mieux chez les autres. Et qui attendent que le bonheur leur tombe tout cuit dans leur bouche grande ouverte de conneries bêtises !

Etant du genre positive et enjouée j'ai souvent pris le parti de "Ha non je n'ai pas le droit de me plaindre. Ok je ne me plains pas et j'avance la tête haute, le sourire aux lèvres. De toutes façons j'aime ma vie !"

 

 

Maintenant je suis Maman et ce discours n'a pas changé. C'est même presque pire ! 

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton fils n'a pas eu de coliques !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton bébé a toujours fait ses nuits !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton mec il assure dans son rôle de père !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, t'as réalisé ton rêve, tu vis au bout du monde, en short toute l'année !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton gamin n'est pas un bébé aux besoin intenses !!!

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, Zoulette il sait jouer tout seul sans te réclamer.

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton fiston il s'endort partout !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, ton môme il mange de tout !

- Toi t'as pas le droit de te plaindre, alors tais toi et souris !

 

Alors oui ma vie est belle. Oui mon gosse est une crème. Oui devenir maman c'est magique. Oui je fais ce que je veux et réalise mes rêves. Oui MAIS !

 

Mais je suis comme toutes les mamans, je suis fatiguée !

Je suis comme toutes les mamans, j'assure 3 rôles à la fois : Mère, Femme et Epouse !

Je suis comme toutes les mamans (ou pas), je me bats pour faire de notre vie un rêve et ça demande de l'implication !

Je suis comme toutes les mamans, je suis dépassée par le temps et les journées sont trop courtes.

Je suis comme toutes les mamans, j'ai mes soucis et mes angoisses !

Je suis comme toutes les mamans, j'ai de moins en moins de temps juste pour moi

Je suis comme toutes les mamans, j'aimerai me retrouver en tête à tête avec mon amoureux !

Je suis comme toutes les mamans, j'ai un bébé qui parfois ronchonne, parfois pleure, parfois hurle ! 

Je suis comme toutes les mamans, y'a des jours où je ne supporte pas ses gérémiades !

Je suis comme toutes les mamans, j'en ai ras le bol des tâches ménagères ! 

Je suis comme toutes les mamans, un bébé c'est beaucoup d'imprévus ! Beaucoup de besoins. Beaucoup d'attentions !

Je suis comme toutes les mamans, parfois je me dispute avec mon mec car on n'est pas tous les jours d'accord ! 

Je suis comme toutes les mamans, j'ai une mère et une belle-mère !

Je suis comme toutes les mamans installées en Australie, je vis avec la pression quotidienne de la famille qui fait que je culpabilise ! 

 

Pourquoi certaines auraient le droit de se plaindre et d'autres non ! Je revendique le besoin de chacune de se plaindre, de se faire plaindre, de réaliser que ce n'est pas tous les jours facile et de trouver des solutions pour que demain soit meilleur. A force de me dire que je n'ai pas le droit de me plaindre, je prends la vie à bras le corps, je fonce sans me retourner, sans me reposer, je ne réalise pas l'accumulation, il n'y a rien de pire pour un jour craquer et tout envoyer valser. Parfois je m'effondre, je suis à fleur de peau, je suis crevée, je ne supporte plus aucun poids sur mes épaules. En ce moment je me dis qu'on a besoin de vacances, de quelques jours juste pour nous, se reposer, farnienter, oublier la maison et nos obligations.

Donc oui parfois je me plains. C'est une façon de prendre du recul. D'analyser. De parfois solutionner. Et souvent de constater que finalement le verre est à moitié plein, que le positif l'emporte. Mais tout de même. On a toutes les droit d'être chamboulée. D'être fatiguée. D'avoir envie de changer d'air. Ca veut dire quoi avoir le droit? Qui est ce qui décide? Toi là qui croit avoir tous les malheurs du monde sur ta tête? Toi qui croit que l'herbe est plus verte chez le voisin ?

 

Alors que je n'entende plus "Toi tu n'as pas le droit de te plaindre!" sinon je mords ! Petit article qui ne sert pas à grand chose, mais si je lisais qu'une maman qui a tout pour être heureuse craque aussi parfois, je crois que cela me ferait du bien. Ce billet est pour les mamans qui supportent sans rien dire et qui n'osent pas se plaindre. Pensez-vous à vous bor***! 

 

 

Et toi, droit de te plaindre ou pas? 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 08:00

C'est Astrid, La Reine de l'Iode qui m'a lancé avec son récent billet. Elle y expose les principes qu'elle a du mettre de côté en devenant maman. On est bien tous pareil. Pendant la grossesse on réflechit aux mille et une façons d'être la mère idéale. D'avoir l'enfant rêvé avec l'éducation parfaite. Oui mais la réalité est toute autre, les enfants parfois déconcertant, on est pris au dépourvu et hop les principes volent en éclat. Oui mais pas tous. Et nous, nous n'avons pas cédé à la tétine.

 

Avec ZAM nous avons toujours été anti-tétine. Ce bout de plastique qui donne l'impression de "fermer" bébé. De lui mettre un "bouchon" (dixit Astrid - c'est exactement l'expression que j'aime utiliser). Cette tétine qui traine partout, qu'on cherche tout le temps, qui tombe sans arrêt, que les parents nettoient avec leur bouche (et leurs microbes). Et pire ces grands bébés qui marchent, qui courent et qui ont la tétine dans la bouche toute la journée. Qui te parlent (essaient?) avec la tétine coincée entre les lèvres! Et je sais de quoi je parle, je me souviens des stratagèmes de ma grand-mère pour faire oublier la tétine à ma petite cousine de 6 ans. Et puis toutes ces photos de naissance, où bébé apparait avec sa tétine dans la bouche, une marque de fabrique? un sacré souvenir? Sérieusement vous trouvez ça chouette un faire-part de naissance où bébé apparait avec son bouchon plastique?

Bref cela faisait partie de nos nombreux principes mis sur papier élaborés pendant la grossesse. ZOULETTE n'aura pas de tétine. 

Et on a tenu bon...


 

Contre-la-tetine---Mademoiselle-Maman.pngEvidemment pas de tétine dans le sac de maternité. Et pourtant nous avons eu le droit au discours du "besoin de succion" à la maternité. Les 2 premières nuits (et journées? j'ai oublié !) on a gracieusement loué notre petit doigt à notre nouveau-né. Puis la troisième nuit, on l'a entendu téter. On a allumé la veilleuse et là on a vu ZOULETTE le pouce dans la bouche. Certes il grognait quand il le perdait. Mais nous l'aidions à le retrouver et à le garder le plus longtemps possible. Et notre petit doigt a signé un contrat de location de quelques semaines, c'était notre remède pour le calmer. (Alors les avis divergent. Certains sont contre le pouce dans la bouche ! Problèmes de dents? Bref il est bien connu que chacun a ses avis (surtout dans la blogo) donc nous étions contre la tétine mais nous n'avions rien contre le fait qu'il suce son pouce)

 

Nous avons été surpris (comme tous les jeunes parents) dans les premières heures par ce bébé qui pleure. Des hurlements qui sortent de ce tout petit corps. C'était notre premier nous n'étions donc pas habitués. Mais bizarrement cela ne nous a pas "dérangé". On a réussi à s'y accomoder, à se dire que c'était "normal" pour un bébé de pleurer. Vous ne voyez pas le rapport? Tout simplement que nous considérons la tétine comme un bouchon anti-bruit ! Un bouchon anti-pleure. UN MIRACLE DU SILENCE pour de nombreux parents ! Les parents (de notre entourage) qui cèdent à la tétine, expliquent pourquoi ils ont cédé en citant le besoin de succion et surtout le ras-le-bol des pleurs. 

 

Je suis toujours si étonnée des parents qui dégainent la tétine en lieu public (car je ne suis pas avec eux dans le privé hein...) au premier bruit, son de leur bébé. Parfois il ne s'agit même pas de pleurs. Pourquoi ne pas laisser ce bébé s'exprimer ? Je trouve que nous sommes dans une société où les jeunes parents veulent des bébés parfaits. Qui ne pleurent pas. Qui ne ralent pas. Qui ne pètent pas. La tranquilité avec un bébé à la maison? Mais cela n'existe pas, n'est ce pas? Le bébé a besoin de s'exprimer non? C'est normal que votre vie soit légèrement chamboulée !!! Souvent parmis les bébés du même âge mon fils est le seul à ronchonner. Mais c'est aussi le seul sans tétine ! 

 

Notre grande peur avec la tétine était de savoir quand s'en débarrasser? Comment? Car comme dit plus haut, inimaginable pour nous de voir un grand bébé, qui gambade, avec sa tétine dans la bouche. Oui mais quand votre enfant s'est habitué à l'avoir en bouche pour s'endormir, pour être calme, pour jouer... Comment lui expliquer un jour qu'il est trop grand pour cela? 

 

Bébé a un besoin de succion. Il aime mettre des choses dans la bouche. Il adore faire "calin" pour s'endormir. Notre fils n'échappe évidemment pas à la règle. Il y a tellement de chose pour remplacer ce bouchon plastique. ZOULETTE suce son pouce dès qu'il est fatigué. Il a plusieurs doudous dans le lit a qui il dévore les oreilles ou les pieds. Il s'attrape l'oreille. Ou encore tout tissu qui traîne est bon pour faire "nin-nin". 

 

Certes certains parents optent pour la tétine, pour 1001 raisons, mais savent encadrer son usage à des endroits (le lit par exemple) et dans un temps limité (et non 24/24). Alors là je dirai pourquoi pas. Chaque histoire est différente. Chaque famille aussi. Chaque bébé encore plus. Et loin de moi l'envie de juger. Mais pour les autres... n'hésitez pas, expliquez moi. Qu'est ce que la tétine apporte vraiment? A lui? A vous? Et les grands bébés à tétine, pourquoi ? Peut-être que les parents trouvent cela tout aussi mignon que je trouve ça moche. C'est vrai, chacun son point de vue après tout !

 

Donc LA TETINE, un principe qui en est resté un ! Youhouuu! Oui nous sommes fiers. Et oui j'adore voir mon bébé le pouce dans la bouche (je fond à chaque fois) Evidemment, comme tout sujet qui fâche certains seront d'accord. Certains pas d'accord. Certains vont s'énerver. D'autres passer leur chemin. Mais je suis certaine que des mamans vont se reconnaître dans mon billet. Et je serai curieuse de lire vos avis. Maman à tétine svp commentez ! Astrid me dit en commentaire, que les enfants sans tétine deviennent rare ! J'ai du mal à y croire. Auriez vous toutes cédé à la tentation?

 

 

Et chez vous, tétine ou pas?

Et pour quelles raisons ?

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 07:36

Bebe-au-biberon---Mademoiselle-Maman-copie-1.pngParfois il y les matins câlins (tout doux, tout tendre, tout sourire!) et parfois y'a les autres. Ceux où ZOULETTE se réveille bien plus tôt que d'habitude. Et appelle !!! Du genre "haaaa" qui veut dire "maman je suis réveillé". J'ai envie de lui répondre "mais t'as vu l'heure!". Mais je ne réponds rien je fais celle qui n'a pas entendu. Je continue de dormir. Ou je continue mes occupations. Mais c'est sans compter sur le second "Haaaaaaa" du genre "ouh ouh t'as pas entendu? je suis réveillé?" Ces matins là je suis comme perdue. Prise au dépourvu ! (Un bébé dormeur vous donne des mauvaises habitudes tout de même!) Je ne sais jamais quelle attitude adopter. Il est arrivé que je réponde au premier appel et qu'une fois sorti du lit ZOULETTE soit ronchon, se frotte les yeux et réclame le lit au bout de 20min. "Damn j'aurasi du le laisser". Et puis parfois les appels cessent rapidement, et en entrouvant tout doucement la porte pour-ne-pas-le-réveiller-ou-me-faire-repérer, j'apperçois mon bébé endormi, serein. "Faux appel. On recommence plus tard!". Et puis parfois sa nuit est vraiment terminée. Peu importe les stratagèmes mis en place, les mots doux à travers la porte pour lui dire de faire dodo, quand il a décidé qu'il ne voulait plus dormir, il ne veut plus dormir. Peu importe l'heure indiquée par le réveil.

 

Et ces matins je ne les aime pas. Non pas parce que mon fils m'agace. Non pas parce que j'ai encore envie de dormir. Non pas parce que je ne supporte pas son ralage matinal. Non pas pour pout tout ça ! Ces matins je ne les aime pas car dans le mauvais caractère de mon fils : je me vois ! Mal-aimable ! Tétue. Déterminée. Oui c'est tout moi! Avec une touche d'impatience du papa et voilà on a ZOULETTE les mauvais matins.

 

Quand c'est un matin sans câlin, sans sourire, sans tendresse. C'est un matin où il appelle en hurlant dès la première fois. Ou rien ne le fera stopper. Il râle de plus belle quand j'essaie de lui parler. Il doit se dire "non non maman j'ai compris que tu ne voulais pas me lever mais moi J'AI FAIM!" Oui j'ai remarqué qu'il y a souvent un lien de cause à effet. Alors ces matins là je me lève du lit encore toute endormie. Ou bien je stoppe toute activité en laissant tout en plan. Je rentre dans la chambre, tente le rituel du matin mais MonSeigneur râle jusqu'à sortir du lit. Alors je le prends avec moi. Il se calme. 2 secondes. Il s'agite. Grogne. Il veut sortir de la chambre. Malheur le biberon n'est pas prêt. Je dois déposer ZOULETTE dans son transat, bien l'attacher car il remue tellement qu'il en tomberait. Quelques secondes pour préparer son bib' à la hâte. Me poser la question :"Mais il est quelle heure? Ouh la la je lui donne combien? Il n'attendra jamais 12h30!" Peu importe faut nourrir l'ogre alors un bib' complet, on remue, on choppe un bavoir et hop on est prêt. On attrape ZOULETTE dans le transat, on s'installe tant bien que mal sur le canapé, on essaie de lui enfiler le bavoir mais le lion se défend. Il grogne de plus belle. Il parait vraiment mécontent. Pressé. Affamé. (Oui j'avoue je ne lui donne à manger qu'un jour sur deux!). On est prêt, sa bouche est grande ouverte à la vue du biberon, et hop biberon fermement attrapé. Tenu par les deux mains. SILENCE.

 

Ces matins ronchon avec cet air de vouloir dire "Je te parlerai après mon bib Maman" me fait amusement penser à moi certains matins, incapable d'aligner 3 mots et qui dit à ZAM "On peut en reparler après mon café!" Les chiens ne font pas des chats finalement, c'est ça? Avant de vouloir un bébé il faudrait faire un point sur ses propres défauts et les corriger si on ne veut pas les voir chez bébé.

 

Le bib' enfilé, je retrouve mon ZOULETTE repu, souriant, heureux. Prêt à causer. Prêt à jouer. Prêt à rigoler. Prêt à accueillir tous mes baisers. La journée peut commencer !

 

 

 

Et toi, tu connais aussi ces matins grognons?

 

 

 

Crédit Illustration : Mademoiselle Maman

Repost 0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 05:32

Il y a d'abord eu l'article de Maman What Else puis des Filles Electriques, et j'ai réalisé que j'en faisais partie. De ces femmes que j'avais dis que j'en deviendrai jamais. De ce rôle qui ne m'a jamais fait rêver. Oui oui je suis une mère au foyer. Ca ne fait pas longtemps, ça se finira peut-être bientôt... mais est ce que je l'ai choisi? Est ce que je suis bien avec ça? Ce sont les questions que je me suis posée. Et être mère au foyer ça veut dire quoi? S'occuper des enfants et de la maison? Etre tip-top pour le mari qui rentre le soir? Mais non ce sont des clichés, chez nous Mère Au Foyer ce n'est pas tellement ça ! 

 

Quand nous sommes arrivés il y a un an en Australie, j'étais Chef d'Entreprise sur Paris. A la tête d'une agence de communication et d'événementiel crée 2 ans plus tôt. Mon premier bébé en quelques sorte. Un projet qui me tenait à coeur, qui s'est réalisé et qui marchait bien. Oui mais voilà le projet Australie arrivant rapidement il a fallu prendre des décisions. Donc à notre arrivée ici, plus de nouveaux clients, plus de nouveaux contrats, mais des devis et des commandes à honorer encore quelques mois. Un rythme un peu ralenti mais qui correspondait bien à notre arrivée ici, toutes ces nouveautés et ces choses à gérer pour se recréer une nouvelle vie. Donc du home-office, en direct d'Australie, avec une team et des clients en france. Pas facile mais faisable. Alors je l'ai fais.

 

Et surtout en arrivant ici, un gros projet poussait sous mon nombril. L'avenir était difficilement prévisible. L'arrivée de ce bébé nous semblait tellement ENORME que notre organisation était DIFFICILE à prévoir. Je me suis toujours imaginée Maman-Working-Girl (si nous étions resté en Europe j'étais bien partie pour). Je ne m'imaginais pas prendre de congés maternité. Tant mieux il tentait ZAM. Pour moi une Maman se devait de travailler et de laisser bébé en garde. Mais ça c'était avant.

 

Mere-au-Foyer---Mademoiselle-Maman.png

 

Avant que ZOULETTE vienne envahir notre vie de son amour. De sa tendresse. De ses sourires. Car pleine de projets professionnels en cours avant l'acocuchement, tout a été abandonné dès ma rencontre avec mon fils. L'évidence est tombée très vite, jamais je ne voudrais le laisser à garder, jamais je ne voudrais partir de la maison, j'avais trop envie de profiter à fond de lui. Et c'est ce que j'ai fais. Les derniers contrats confiés à des tiers, tous mes projets en stand-by, je suis devenue une Maman au Foyer. C'est à dire une Maman qui ne travaille pas!  A m'occuper de ce tout petit bébé. A le comprendre. A l'observer. A lui apporter un rythme. A répondre à ses besoins.  (A le "laisser-pleurer", mdr je ne reviendrai pas dessus). A le câliner. A jouer. A sourire. A rire. A nous promener. A rencontrer d'autres mamans et à parler de mon bébé, encore de mon bébé, toujours de mon bébé. Une vraie passion en moi est née, elle s'appelle ZOULETTE. 

 

Mais voilà ZOULETTE a 6 mois et moi j'ai des fourmis dans les pieds. J'adore le voir grandir mais je m'ennuie un peu d'une vie sociale qui sorte de mon monde de jeune maman. Une vie professionnelle. Je rêve de rejoindre une équipe. D'avoir des collègues. De quitter la maison 1-2 ou 3 jours par semaine. Ou en tout cas d'avoir ce temps pour moi seule sans enfant. De laisser ZOULETTE à la crèche ou chez la nounou et d'aller le récupérer après ma journée de travail! Avoir des responsabilités. Des discussions d'adultes. D'avoir de nouvelles choses à raconter à ZAM le soir quand il rentre du boulot. Ou bien de me lancer dans ma propre activité (oui j'ai la passion de la création d'entreprise...) mais ça prend du temps et du temps j'en ai actuellement pas beaucoup. Etre mère au foyer c'est prenant, épuisant voire érintant. Tant de gens ne l'imaginent pas. Ne le croient pas. Et pourtant.

 

On imagine toujours le mauvais côté de la mère au foyer. Jusqu'à maintenant je ne le ressentais pas ainsi, mais il y a des jours où je ne voyais que ces mauvais côtés, que je n'étais pas certaine d'avoir choisis, et qui ne faisaient plus mon bonheur au quotidien. Etre à la maison pour m'occuper de mon fils, profiter des matins câlins, ne pas me lasser de le voir sourire, de l'entendre rire, d'aller me promener, de retrouver les copines-mamans ça c'est chouette. Mais profiter des siestes de ZOULETTE (ou de sa journée de crèche) pour faire du ménage, des lessives, la vaisselle, les courses, la cuisine, de l'administratif, du repassage, du rangement, du récurage, du tri. Non merci ! Je ne voulais pas avoir que ça à raconter le soir ! 

 

Alors ma vie de Mère au Foyer j'ai essayé ces derniers temps de la façonner à mon goût. Le Blog. Le Dessin. La reprise de la Couture et de la Création. L'Ecriture. Les rendez-vous avec les copines. Les déjeuners à l'extérieur. Les sorties à la piscine. Mes émissions de radio ! Et un nouveau projet professionnel est en train de grandir dans mon esprit. J'y travaille dur ! Alors oui parfois la maison n'est pas rangée, le repas n'est pas prêt, mais ni plus ni moins que si je rentrais d'une journée de boulot dans une entreprise. Il est possible que ZOULETTE soit garder une deuxième et une troisième journée dans la semaine. Histoire d'avoir du temps pour moi. Parfois je réfléchis même à prendre une femme de ménage pour ne plus avoir à assurer ces tâches qui me paraissent si ingrates. Pour déculpabiliser je me dis souvent que pour que ZOULETTE aille bien, il faut que j'aille bien, et ainsi ZAM ira bien. Mais pourtant ce besoin de déculpabiliser?

 

Donc Mère au Foyer ce n'est pas forcément le cliché de la mère en jogging, pas coiffée qui ne s'occupe que des enfants et de la maison. Ce Mère au Foyer là très peu pour moi. Cela n'a d'ailleurs jamais été vraiment le cas!  

Maman-à-la-maison-avec-bébé c'est chouette. Demain je serai une Maman à la maison à mi-temps pour m'occuper de mon bébé et qui va créer, imaginer, travailler pour soi le reste du temps. C'est bon pour mon épanouissement personnel. C'est ma vie que j'ai choisi, celle qui me rend heureuse. Alors au grand damn de mes proches (de mes parents qui ne comprennent pas), si je ne retourne pas dans une entreprise demain cela ne voudra pas dire que j'ai raté ma vie. Ma vie je l'aime comme elle est et comme elle peut devenir dans quelques semaines. L'expression Mère au Foyer est propre aux envies et besoins de ces mamans qui restent à la maison la plupart de leur temps !

 

 

 

 

Et toi ta vie de mère au foyer? Elle te plait? Tu l'as choisi?

 

 

 

Crédit Illsutration : Mademoiselle Maman

Repost 0
Published by Melle Mam - dans Sujets polémiques
commenter cet article

Facebook---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Hellocoton---Mademoiselle-Maman-copie-2.png Twitter---Mademoiselle-Maman.png

Le-Blog---Mademoiselle-Maman.png Les-conseils---Mademoiselle-Maman.png

Coup-de-coeur---Mademoiselle-Maman.png Monsieur-Papa---Mademoiselle-Maman.png

 

Melle-Mam---Mademoiselle-Maman.png

 

Mademoiselle-Maman-2013-copie-1.pngA Propos : Zaz + Zam = Zoulette (né en Avril 2012)  et Zébulon (né en Février 2015) Quelle est la recette du bonheur? Les coups de gueule d'une jeune maman? Les joies et les peines d'une famille expatriée en Australie ! Notre quotidien de jeunes parents...

Les réponses aux questions que l'on se pose toutes (enfin moi je me les suis posées hein...)! Je m'appelle ZAZ, j'ai 30 ans. Je suis folle amoureuse (et il me le rend bien!) de ZAM depuis bientôt 8 ans. Nous sommes les parents de Zoulette et Zébulon, deux p'tits gars adorables et déjà plein de malice. Mademoiselle est devenue Maman : découvrez mon histoire et mon quotidien !

 

Retour à la page d'accueil

 

Me contacter : zazdaustralie@hotmail.com 

 

 

Articles-recents---Mademoiselle-Maman.png

Categories---Mademoiselle-Maman.png

 Newsletter---Mademoiselle-Maman.png

Pour suivre l'actualité du blog en direct...

Blogroll---Mademoiselle-Maman.png

 

- Marjolaine de Mamour Blogue

- La Prune Blogueuse

- Sous une étoile

- La Reine de l'Iode

- Fanala dans BB en route

- Marjolie Maman

- Sophia, expatriée en Asie "30 ans une vie nouvelle"

- Chez Vany

- La mare au canard de la Mère Cane

- Joyeux Bordel au fond du Jardin

- BlaBla et cie de Sophie

- Papa Blogueur

- Maman Café Addict

- La Vie rêvée de Maman

- Chroniques d'une Maman

- Lady Butterfly

- Anaïs et sa petite vie

- Hélène Citrouille

- Adventure Mom 13

- Les sorcières au clair d'étoile

- Ma vie en couleurs

- Baby meets the world

- La mère flémarde

- 1 boîte 2 bonheur

- Read my mind

- Kiff mes secrets de canon

- Petite fleur de cerisier

- Maman est occupée

- My Baby Girl Blog

- La mélodie des jours

- BBBs Mum

 

 

 

A-droite-a-gauche---Mademoiselle-Maman.png

 

 

Mes illustrations plaisent. Mes illustrations se baladent à droite à gauche sur les blog des copines !

Retrouvez ici tous les articles illustrés par ©Mademoiselle Maman ! 

 

 

- Bannière et Avatar chez Mamour Blogue

 

- Bannière et Avatar pour les 3 ans de blog de Lady Butterfly

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

- "J'ai toujours pas de rideaux", chez Blabla et cie

 

- "Avant j'étais une femme normale, mais ça c'était avant!", chez Maman Bavarde

 

- "Alors? Débordée?", chez Mamour Blogue

 

- "Tu peux pas compatir, t'as pas d'autres enfants", chez Truffi.net

 

- "Off", chez Rachel Passions

 

- "Inventaire à la Prévert", chez Véro Vire au Vert

 

- "Le Terrible two est arrivé!", chez Blabla et cie

 

- "Vivre dans un tourbillon", chez Mama Twins

 

- "Allo la Dass", chez Vive les pestes

 

- "Ma dépression post-partum", chez Les Blablas de Lili

 

- "Elle est plus forte que moi", chez Mon Incroyable Vie de Maman

 

- "Aujourd"hui j'aurai du reprendre le travail" chez Mama Twins

 

- "Bébé qui pleure = couple en péril", chez Les Blablas de Lili